www.leslibraires.fr

À l’approche des fêtes de fin d’année, les difficultés d’approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu’à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d’anticiper vos achats et de privilégier les ouvrages en stock (points verts).

Dans les transports en commun, à la maison, en chemin vers le bureau… Immergez-vous dans l’univers sonore de nos podcasts et de ceux de nos partenaires autour de l’actualité littéraire. Bonne écoute !

Podcasts

Cécile Coulon: sortir du gouffre

21/10/2021

Cécile Coulon est écrivaine. Son dernier roman, “Seule en sa demeure”, est paru en août aux éditions de l'Iconoclaste. Au sein de cette même maison, elle co-dirige l’iconopop, une collection de textes courts et poétiques. 

Dans ce nouvel épisode du Book Club, Cécile Coulon compare ses livres à “ses professeurs”, indispensables chez elle, semblables à des “lumières”. “Ma bibliothèque dit beaucoup de choses de moi puisqu'elle renferme tout ce qui me touche intimement, tout ce qui m’émeut, tout ce qui m’éduque”. 

Elle a choisi de nous parler d'un livre qui l'a particulièrement bouleversée alors qu'elle sortait de l'écriture de son roman "Trois saisons d'orage". Courte fable en huis clos, Le Puits, signé par l'écrivain espagnol Iván Repila, raconte l'histoire de deux frères, le Grand et le Petit, qui se retrouvent au fond d’un puits et essayent de s’en sortir. 

Ce conte cruel les observe sortir de l’enfance malgré eux, en découvrant les désirs de haine et de vengeance. Unis par leur fraternité, l’amour seul résiste à l’épreuve qu’ils doivent surmonter. En se replongeant dans cette lecture, l’écrivaine nous confie l’écho qu’a eu cette “œuvre complète” dans sa vie.   

“J’étais à une période où j'essayais de me hisser hors d’un lieu ou je me sentais un petit peu pétrifiée et immobile, comme ces deux enfants dans le livre, essayent à de nombreuses reprises de se hisser hors de ce puits.” 

Une lecture physique et sensorielle qui a accompagné Cécile Coulon, dans un nouveau moment de vie. “Lorsque j’ai terminé j’étais dans un état second. Je savais que je venais de lire un grand livre, un ouvrage important. Je savais que ce texte allait avoir des répercussions sur moi, sur ma façon d’écrire, sur ma façon de penser.”

Anne Berest : L’amour à trois

21/10/2021

Anne Berest est écrivaine. Dans son dernier roman, “La Carte Postale”, publié aux Éditions Grasset, elle reconstitue l’histoire de ses aïeux qui ont trouvé la mort en camps de concentration.  

Lectrice compulsive depuis son plus jeune âge, l’écrivaine nous explique qu’elle voit dans sa bibliothèque les différentes couches géologiques d’une roche. “C’est comme si je regardais les différents appartements dans lesquels j’ai habités, comme si je revoyais les différentes amours que j’ai eues dans ma vie, les anniversaires, les voyages, parce que chaque objet-livre, renvoie à un moment, à un lieu, à un appartement, à quelqu’un.” 

Dans ce nouvel épisode du Book Club, Anne Berest se remémore sa rencontre avec Marguerite Yourcenar lors du confinement, devenue relation passionnelle de lectrice à autrice. Dans cette période difficile, j’ai eu la sensation de vivre un miracle, comme de rencontrer une amie incroyable”. Le roman qui a bouleversé Anne Berest c’est “Le coup de grâce”, dans lequel se tisse une histoire tragique de triangle amoureux, au cœur des pays Baltes, ravagés par la guerre. 

“Dans ces histoires d’amour éconduit, on est souvent focalisé sur le personnage de celui qui souffre, celui qui aime sans retour. Alors que là, ce que je trouve très intéressant, c’est qu’on est dans l’intimité, dans le regard, non pas de la victime mais du bourreau, de celui qui n’aime pas.” 

Un livre qui a déclenché chez Anne Berest une passion et une admiration pour Marguerite Yourcenar, “romancière historienne”, avec qui elle partage une même démarche d’écriture. “Depuis plusieurs livres je me plonge dans des figures du passé, j’essaye d’entrer en elles, pour à la fois éclairer leur regard avec mes yeux d’aujourd’hui, et inversement, faire venir leur culture passée sur notre époque. Ce double mouvement, dans lequel j’inscris mon écriture, correspond à son sillage.”

Agnès Hurstel : Copier coller

13/09/2021

Agnès Hurstel est comédienne et humoriste. Elle est la créatrice de la série Jeune et Golri visible actuellement sur OCS. Dans cet épisode du Book Club, elle recommande un livre qui, à sa lecture, a résonné comme un véritable écho à sa vie.

Il s’agit du roman autobiographique Le coût de la vie de Deborah Levy : “ C’est trop bien quand tu lis un livre et tout d’un coup on est dans ton cerveau et c’est toi qui parle. C’est pas possible quoi, l’auteure elle a eu accès à ton intimité.”

Le coût de la vie raconte l’histoire de l’autrice britannique Deborah Levy qui, à 50 ans, va vivre un divorce difficile. Elle change de vie et passe d’une grande maison Victorienne à un petit appartement au sixième étage dans le nord de Londres, seule avec ses deux filles :  

“ Elle va s’acheter un vélo électrique et réfléchir à la liberté, l’écriture, la féminité, ce que c’est que d’être auteure, ce que c’est l’auto-fiction et comment on fait quand on change de vie”. 

Une ode à la solitude choisie, qui a inspiré Agnès Hurstel dans son écriture, mais qui l’a aussi encouragée à embrasser la liberté : “ C’est vraiment hyper intéressant sur ce que ça raconte de ce qu’est être une femme aujourd’hui et sur la quête d’une vie à soi quand tu es dans un endroit qui ne t’appartient plus. “

Dans Le coût de la vie, Deborah Levy questionne la féminité et le rapport à la maternité. Des réflexions émancipatrices que partage Agnès Hurstel : “ Elle dit un truc incroyable sur les mères, elle dit que sa mère a été super libre et dans le livre je trouve que par pointillés Deborah Levy nous indique ce qu’est être une mère qui est avant tout une femme, pas juste une mère. J’adore ce qu’elle dit sur la féminité ”

Agnès Martin-Lugand : conte d'été

19/07/2021

Agnès Martin-Lugand est autrice. Son dernier roman, La Datcha, est paru en mars 2021 chez Michel Lafon. 

Dans cet épisode du Book Club, Agnès Martin-Lugand recommande Gabrielle, le premier tome de la série Le goût du bonheur, signé par Marie Laberge : “Ce roman est la synthèse de ce que je recherche en tant que lectrice et de ce à quoi j’aspire en tant qu’auteure”. Il raconte l’histoire de l’émancipation de Gabrielle, une femme dans les années 30 au Québec : “Elle est le point de bascule entre deux époques et c’est ça qui me fascine”.

Le Book Club est un podcast présenté par Agathe Le Taillandier. Agnès Martin-Lugand répond aux questions de la journaliste Raphaële Kranjcevic.

Soukaïna Qabbal est à l’édition et à la coordination du Book Club. Florence Epandi a fait le montage de cet épisode et Jean-Baptiste Aubonnet a réalisé le mixage.