www.leslibraires.fr

Dans les transports en commun, à la maison, en chemin vers le bureau… Immergez-vous dans l’univers sonore de nos podcasts et de ceux de nos partenaires autour de l’actualité littéraire. Bonne écoute !

Podcasts

Agnès Hurstel : Copier coller

13/09/2021

Agnès Hurstel est comédienne et humoriste. Elle est la créatrice de la série Jeune et Golri visible actuellement sur OCS. Dans cet épisode du Book Club, elle recommande un livre qui, à sa lecture, a résonné comme un véritable écho à sa vie.

Il s’agit du roman autobiographique Le coût de la vie de Deborah Levy : “ C’est trop bien quand tu lis un livre et tout d’un coup on est dans ton cerveau et c’est toi qui parle. C’est pas possible quoi, l’auteure elle a eu accès à ton intimité.”

Le coût de la vie raconte l’histoire de l’autrice britannique Deborah Levy qui, à 50 ans, va vivre un divorce difficile. Elle change de vie et passe d’une grande maison Victorienne à un petit appartement au sixième étage dans le nord de Londres, seule avec ses deux filles :  

“ Elle va s’acheter un vélo électrique et réfléchir à la liberté, l’écriture, la féminité, ce que c’est que d’être auteure, ce que c’est l’auto-fiction et comment on fait quand on change de vie”. 

Une ode à la solitude choisie, qui a inspiré Agnès Hurstel dans son écriture, mais qui l’a aussi encouragée à embrasser la liberté : “ C’est vraiment hyper intéressant sur ce que ça raconte de ce qu’est être une femme aujourd’hui et sur la quête d’une vie à soi quand tu es dans un endroit qui ne t’appartient plus. “

Dans Le coût de la vie, Deborah Levy questionne la féminité et le rapport à la maternité. Des réflexions émancipatrices que partage Agnès Hurstel : “ Elle dit un truc incroyable sur les mères, elle dit que sa mère a été super libre et dans le livre je trouve que par pointillés Deborah Levy nous indique ce qu’est être une mère qui est avant tout une femme, pas juste une mère. J’adore ce qu’elle dit sur la féminité ”

Agnès Martin-Lugand : conte d'été

19/07/2021

Agnès Martin-Lugand est autrice. Son dernier roman, La Datcha, est paru en mars 2021 chez Michel Lafon. 

Dans cet épisode du Book Club, Agnès Martin-Lugand recommande Gabrielle, le premier tome de la série Le goût du bonheur, signé par Marie Laberge : “Ce roman est la synthèse de ce que je recherche en tant que lectrice et de ce à quoi j’aspire en tant qu’auteure”. Il raconte l’histoire de l’émancipation de Gabrielle, une femme dans les années 30 au Québec : “Elle est le point de bascule entre deux époques et c’est ça qui me fascine”.

Le Book Club est un podcast présenté par Agathe Le Taillandier. Agnès Martin-Lugand répond aux questions de la journaliste Raphaële Kranjcevic.

Soukaïna Qabbal est à l’édition et à la coordination du Book Club. Florence Epandi a fait le montage de cet épisode et Jean-Baptiste Aubonnet a réalisé le mixage. 

Colombe Schneck : comme à la maison

06/07/2021

Colombe Schneck est journaliste, réalisatrice de documentaires et autrice. Elle a publié son dernier roman, Deux petites bourgeoises, il y a moins d’un mois. 

 Dans cet épisode du Book Club, Colombe Schneck présente le roman Portnoy et son complexe, de Philip Roth, auteur à qui elle voue une réelle obsession : “Une fois qu’on a lu Philip Roth, et ce livre en particulier, ce n’est pas facile de trouver aussi bien”. 

C’est ainsi qu’adolescente et avec un plaisir non-coupable, elle a scruté à travers les pages Portnoy et son complexe, la sexualité d’Alex, un jeune homme juif américain dont la parole s’échappe du cabinet de son psychanalyste : “Il n’y a aucun maquillage, aucun travestissement. Il y a toutes ces choses qu’on ne peut pas raconter, toutes ces choses honteuses”

“ Et puis il parlait d’un autre sujet dont on ne parlait jamais dans la littérature, il parlait de transit”. Une sincérité brute, presque familière qui passionne Colombe Schneck : “Je ne suis aucunement choquée et au contraire, j’en veux davantage”

Susie Morgenstern : le jardin des délices

11/06/2021

Le Book Club reçoit cette semaine l’autrice franco-américaine Susie Morgenstern. Elle a signé plus de cent cinquante romans de jeunesse dont les best-sellers La sixième ou encore Lettres d’amour de 0 à 10. Elle vient également de publier son autobiographie Mes 18 exils  aux éditions de l’Iconoclaste. 

Dans cet épisode, Susie Morgenstern présente les “234 pages de bonheur” du roman D’or et d’oreillers, signé par Flore Vesco. Il invite ses jeunes lecteurices à découvrir ce que font “les jeunes filles en secret la nuit, sous l’oreiller” : “Si vous êtes un adulte qui ne s’est jamais aventuré dans les livres de jeunesse, vous verrez que c’est ce qui se fait de mieux dans la littérature actuelle”.

Pour Susie Morgenstern, les fictions qui abordent l’érotisme manquent souvent de subtilité. Ce qui l’enthousiasme, c’est que justement dans cet ouvrage, la sexualité n’est pas taboue, ni un mal nécessaire ; elle est enchanteresse : “Flore Vesco n’a pas écrit spécifiquement pour une collection chaude, mais qui effleure le désir et le sexe avec une plume trempée dans le miel aux mille parfums”.