Trois jours chez ma tante

Trois jours chez ma tante

Yves Ravey

Les Éditions de Minuit

  • par (Librairie La Mandragore)
    6 janvier 2018

    Piquant !

    Ce livre saura détendre l'atmosphère !
    Héritage d'une fortune familiale et rapports intergénérationnels sont exploités par la plume pince-sans-rire d'Yves Ravey. Une comédie, tragique, tellement contemporaine...désopilante et absolument savoureuse.

    Elisabeth


  • par (Librairie l'Esperluète)
    11 novembre 2017

    Trois jours pour régler une affaire... de sous, de famille. Du grand Ravey pour un 18 ème roman millimétré. Une atmosphère épurée. Très efficace !

    Nicolas Gruszkiewicz


  • par (Librairie Papeterie Aux Lettres de Mon Moulin)
    28 octobre 2017

    un neveu très intéressé

    Marcello Martini vit au Libéria où il y dirige une association humanitaire accueillant des jeunes survivants du génocide, financé un peu par le Haut-Commissariat aux réfugiés mais beaucoup par sa tante Vicky. Au moment où il apprend que le haut-commissariat aux réfugiés va effectuer un contrôle dans son école, Marcello reçoit une convocation de la vieille dame qui le menace de mettre fin à ses versements mensuels et même de le déshériter. Marcello s’accorde trois jours pour tenter de convaincre sa tante de changer d’avis.
    Après vingt ans d’absence, il arrive en France pour rencontrer sa tante dans la maison de retraite où elle finit ses jours. La vieille dame est tout à fait lucide et n’a pas du tout l’intention de se laisser amadouer une nouvelle fois par son neveu. Les discussions seront vives et si au départ le lecteur est tenté de plaindre ce neveu désavoué qui nous embobine face à sa tante fortunée, il découvrira vite le côté louche du pauvre Marcello.
    Vingt ans plus tôt, Marcello a été obligé de fuir la France avec des faux papiers pour ne pas être arrêté suite à un transfert de fonds illégal vers la Suisse, alors qu’un certain Walter s’est fait piégé sur dénonciation. Walter n’était autre que le directeur financier de la tante Vicky. Qui a envoyé cette lettre anonyme à la police ?
    Vicky a eu le temps de mener son enquête et de se faire sa petite idée. Et ce n’est pas pour rien qu’elle a convoqué son neveu Marcello chez le notaire familial. Marcello ne l’entend pas ainsi, ses jours dépendent du bon vouloir de sa tante. Comment la convaincre de son innocence ?
    Yves Ravey nous entraîne dans un drame familial drôle et acide. Il nous dévoile peu à peu la personnalité de Marcello et de Vicky. Le lecteur finit par découvrir qui est le véritable manipulateur.
    Un excellent roman sur le pouvoir de l’argent et les drames familiaux qui en découlent.


  • par (Librairie Vent de Soleil)
    24 octobre 2017

    Trois jours infernaux

    On nous a prévenus, "ça commence très fort". Et cela dure ! une écriture serrée et limpide, sans place au superflu. Vraiment jubilatoire.


  • par (Librairie L'Armitière)
    18 septembre 2017

    Marcello Martini réalise un court séjour en France. Il vient du Liberia où il dirige un foyer de jeunes enfants africains « abandonnés », une école , prend soin d'eux, enfin, à priori.
    Il visite sa riche tante qui réside dans une institution prestigieuse pour personnes âgées. Elle a souhaité, exigé qu'il revienne. Marcello le fait. Trois jours, pas un de plus pour faire en sorte qu'elle continue à alimenter son compte en banque alors qu'elle menace de suspendre tous versements.Pas le choix, pas d'autres alternatives, la menace est prégnante, présence fantomatique qui sous tend toutes actions, tous comportements des personnages de ce roman noir.
    Il y a ce qui est dit et surtout ce qui ne l'est pas, ces mensonges en suspens, ces souvenirs qui dérangent, ce travestissement de la réalité. Qu'est ce qui est juste ?
    L'on ne rentre pas en dilettante dans l’œuvre d'Yves Ravey, l'on y pénètre plutôt avec prudence, délicatesse, respect pour une écriture exigeante, pointilleuse où chaque pensée est contrecarrée par une autre, où chaque direction est empêchée par un sens de circulation balisé, l'air de rien, de main de maître. Linéarité, simplicité vous dites ? : Le piège a fonctionné, vous êtes tombé dedans !
    Le temps est l 'allié précieux d'une décantation littéraire hors norme et, quand le voile sera tombé, vous prendrez la mesure de ce pouvoir immense de la littérature, il n'est pas ailleurs.