www.leslibraires.fr
Les Bourgeois

Les Bourgeois

Alice Ferney

Actes Sud

  • par (Entrée Livres)
    29 septembre 2017

    Bienvenue chez les Bourgeois. Préparez-vous à cette saga familiale qui débute fin XIXème jusqu'à nos jours.
    On remonte le temps et Alice Ferney mélange subtilement saga familiale et histoire avec un grand "H".
    Avec des paragraphes courts, l'autrice fait coïncider faits historiques avec histoire contemporaine.
    Un excellent rappel de l'histoire au XXème siècle, avec une superbe écriture.
    Aucun parti pris par rapport aux faits historiques et bonnes réflexions.

    Jérôme - Libraire


  • 16 septembre 2017

    Un siècle français

    Jérôme appartenait au clan des Bourgeois et il vient de mourir : la narratrice va s’emparer de sa vie et de celle de ses sept frères et deux sœurs. Car les Bourgeois forment une tribu qui a de bourgeois le nom et aussi le mode de vie. Quand Henri, le père, rencontre Mathilde, c’est une évidence : ces deux-là auront des enfants, beaucoup d‘enfants, et ils les élèveront dans le catholicisme, le culte de la nation, ils leur enseigneront les bonnes manières. Nous sommes en 1920 et nous suivons l’arrivée des bébés « comme des horloges » tous les ans, nous plongeons dans la crise de 29, les déménagements successifs et le train de vie d’une famille « comme il faut » dans le seizième arrondissement de Paris.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairie La Galerne)
    28 août 2017

    Ne prenez surtout pas ce texte pour une saga familiale, vous seriez déçu. Observez, constatez avec la narratrice comme cette famille très 16ème a traversé le 20ème siècle. Aucun des Bourgeois ne sera révolutionnaire (ça ne se fait pas). Dieu, la patrie, la réaction sont de mise.
    Paradoxalement, sans partager nombreux idéaux de cette famille, elle nous touche, nous heurte et nous questionne en permanence sur la société et l’évolution des mœurs. Les pages sur la fratrie sont très belles. Les Bourgeois rappelle beaucoup Au plaisir de Dieu de Jean d’Ormesson.