www.leslibraires.fr
Ils ont voulu nous civiliser

Ils ont voulu nous civiliser

Marin Ledun

Flammarion

  • par (Librairies de Port Maria)
    27 mai 2018

    Tandis qu'au dehors, la tempête de déchaîne, des truands armés jusqu'au dents choisissent la propriété en forme de camp retranché d'Alezan.
    La lutte est sans pitié.
    Mais où se situe la véritable violence ?
    Derrière les délires de ce vieux fou solitaire, ne se cache-t-il pas certaines vérités bonnes à dire ?
    Pris nous aussi dans l'engrenage, nous tournons les pages à toute vitesse...


  • par (Le Pain des Rêves)
    13 septembre 2017

    Thomas Ferrer vit de petits trafics qui l'occupent beaucoup et lui rapportent juste de quoi vivre (on est dans les Landes, le pays du canard et du foie gras). Son receleur, Baxter, qui vit bien mieux que Thomas, rechigne une fois de plus à le payer correctement, ce qui provoque sa colère. Ils s'empoignent, Ferrer le laisse pour mort et s'enfuit en emportant une belle quantité de billets.
    Mais Baxter se relève, appelle deux compères, "les frères", pour l'aider à retrouver l'argent et faire payer à Thomas l'affront subi.
    Mais ce jour-là est un jour de très grosse tempête, d'ouragan qui va mettre à terre une grande partie de la forêt landaise. Échappant à la violence du vent, Thomas arrive devant la maison d'Alezan. Celui-ci a un passé qui l'a traumatisé et qui l'a rendu méfiant, sauvage. Sa maison est une forteresse qu'il défend les armes à la main. Il laisse cependant entrer Thomas. Dès lors, son honneur lui commande de le défendre contre Baxter et les frères. La guerre est déclarée. Mais pour Alezan, a-t-elle jamais cessé ?

    Marin Ledun met en scène des personnages blessés par l'injustice -même si le lecteur pense différemment des personnages, très en colère, qui conservent leur sens de l'honneur. Le personnage d'Alezan est particulièrement attachant, en ancien militaire ayant fait la guerre d'Algérie et commis quelques horreurs, qui n'a jamais oublié comment Bahia, sa bien-aimée kabyle a été sauvagement et injustement assassinée.
    C'est un roman noir sur les rapports de domination qui n'existent pas que dans le monde du travail, mais aussi dans des mondes parallèles des exclus, des pauvres, des petits truands. Il met en scène des personnages qui ont gardé leurs humiliations actives, leurs blessures ouvertes et qui n'arrivent pas à s'extraire de leur bourbier.
    En somme, c'est un roman de la vie réelle...