www.leslibraires.fr

Colorado Train

Thibault Vermot

Sarbacane

  • Conseillé par (Librairie Coiffard)
    6 avril 2020

    Conseillé par Caroline

    1949, Etats-Unis, une petite ville un peu perdue, qui compte quand même une affaire de meurtre jamais résolue. Cette affaire hante les habitants, autant que les guerres. Dans ce trou paumé, une bande de gosses se retrouve tous les jours dans une cabane au toit percé pour refaire le monde, pour décider d’inventer une fusée, pour s’amuser. Un quotidien banal. Jusqu’au jour où Moe, élève tyrannique de l’école, disparaît. Fugue, meurtre ? La police piétine. Les gamins décident alors d’enquêter. Mais ils ne se doutent pas qu’ils sont, eux aussi, observés…
    Ne prévoyez pas de dormir, manger, penser à autre chose pendant votre lecture. Horriblement génial. Dès 15 ans.


  • Conseillé par (Librairie de l'Horloge)
    5 octobre 2018

    Ce roman a le bruit des os qui craquent : effrayant et dérangeant. Un véritable thriller psychologique qui tient la route, le tout dans un décor "Amérique des 50's"


  • Conseillé par (Librairie Livres en Nord)
    20 octobre 2017

    Petite ville, toute petite ville, perdue dans l’Amérique profonde et les années 50, Durango voit grandir une bande de gosses qui n'ont rien à envier au célèbre groupe de "ça" de S.King.
    Lorsque la brute épaisse du coin disparait et réapparait plus tard avec quelques morceaux en moins et mâchouillés, ces gamins intrépides (ou presque) se lancent dans leur propre enquête pour démasquer le tueur. Mais le monstre qu'ils traquent est peut-être bien plus monstrueux encore qu'ils ne se l'imaginaient...
    Clairement inspirée de la fameuse histoire d'horreur de king, Colorado Train possède cependant sa propre atmosphère et sa narration aussi poétique qu'argotique qui la démarque de sa grande soeur et agis tout aussi efficacement.
    Les petites incursions dans la tête du monstre viennent apporter une touche plus personnelle et articulent des moments de suspens tout à fait intense.
    Un bon moment d'immersion dans l'Horreur!


  • Conseillé par (La librairie des Halles)
    22 septembre 2017

    Attention, il veille ... bonne odeur de chair humaine

    Quand l'horreur tient son lecteur. Réservez vous quelques heures, inutile de prévoir autre chose que vos mains accrochées à ce roman et vos yeux fixes sur les pages. Vous venez d'être pris en otage par Thibault Vermot.
    " Un jour ou l'autre, le train entre en gare et se repose contre un quai ; alors je tisse mes filets.
    Bientôt - oui, bientôt-, ils se débattront dedans.
    Oh.
    J'ai si faim. "


  • Conseillé par (Librairie Récréalivres)
    16 août 2017

    Very strange things

    "Colorado Train" est le premier roman de Thibault Vermot, une plume à suivre dans les années à venir. On y fait connaissance d'un groupe d'amis vivant dans les années 50 à Durango, ville du Colorado. A la suite d'un enlèvement suspect, ces jeunes ados vont être confrontés à un tueur énigmatique et terrifiant. On sent immédiatement dans quelle lignée romanesque l'auteur choisit de s'inscrire. Les références au maître de l'horreur, Stephen King, sont explicites ("Stand by Me" notamment) et parfois un peu trop appuyées. Mais on ne boude pas son plaisir. Il est d'ailleurs étonnant de voir comment le cadre des années 50 se trouve alimenté par toute une imagerie héritée d'une certaine production cinématographique des années 80 (réactivée récemment par le succès de la série "Strange Things" à laquelle on pense aussi parfois). Thibault Vermot s'amuse de tous ces clins d'oeil américains avec un plaisir qu'on sent riche de toute une expérience de lecteur et de spectateur, de fan. Mais avant toute chose - et c'est à cela qu'on doit la réussite de ce Colorado Train - l'auteur réussit son personnage de méchant, une intrigante figure de tueur qui devrait troubler le sommeil de certains lecteurs.


  • Conseillé par
    9 décembre 2020

    Un livre palpitant !!!

    Un livre palpitant ! Le décor s’installe doucement et permet au lecteur de s’imprégner de l’ambiance de l’ambiance. Puis une fois que l’on rentre dans le début de l’enquête, on reste scotché jusqu’à la dernière page!