www.leslibraires.fr

Réelle

Guillaume Sire

Éditions de l'Observatoire

  • par (Librairie Mots et Images)
    14 septembre 2018

    Réelle ou les travers de la télé-réalité...

    Johanna rêve d'être connue et riche depuis des années, quand on lui propose une aventure télévisuelle unique...
    Dans ce roman, Guillaume Sire, sans faire de critique ouverte, interpelle sur la machination de la télé-réalité.
    Le lecteur se retrouve lui même parfois le voyeur, ce qui rajoute de la force à la démonstration de l'auteur.
    Un roman simple à lire sur un sujet complexe, une écriture fluide pour un contenu riche, une prise de position discrète pour un bilan alertant, un roman fort tout simplement!


  • par (Librairie Coiffard)
    13 septembre 2018

    Conseillée par Carole, Rémy, Célia et Stéphanie

    "Il n'y a de réel que ce que nous voyons" clame Don Quichotte.
    Johanna Tapiro, l'héroïne de "Réelle" n'a jamais lu Cervantès.
    Non. Johanna a été élevée à la télévision allumée 24h/24 et aux magazines people.
    Alors rêver de devenir Ophélie Winter est-ce vouloir toucher à la réalité? Le tube de la "chanteuse bimbo" ne s'intitule-t-il pas "Dieu m'a donné la foi"?
    Johanna est une petite fille qui veut vivre son conte de fée : passer de l'autre côté du petit écran. Mais à l'adolescence c'est la réalité du corps qui la rattrape : ce qu'il renvoie, son usage, son exploitation. La volonté de Johanna se fait plus forte encore. Elle veut prouver qu'elle existe à ceux qui l'ignorent, la rejettent, la méprisent.
    C'est le début des années 2000 et l'arrivée de la téléréalité sur nos écrans. Johanna y survivra-t-elle?
    Guillaume Sire nous offre un roman terrible par sa lucidité. Mais "Réelle" n'est pas uniquement une critique de ces années 2000 et de la perversité du système, c'est aussi une photographie sociale d'une époque, de la confrontation de milieux sociaux différents, du rapport au sentiment amoureux et au sexe, du désir d'exister. C'est le portrait "réel", troublant et magnifiquement juste de Johanna Tapiro.