Haines

Haines

Pierre Pouchairet

Palémon

  • par
    28 septembre 2018

    Léanne, bretonne d'origine, qui a passé une longue période à Nice, aux stups, prend la tête de la PJ finistérienne. Retour aux sources donc et retrouvailles avec ses deux amies d'enfance, Élodie médecin-légiste et Vanessa psychologue dans la police. D'où le nom de la série qui débute avec ce tome, "Les trois Brestoises".

    À peine arrivée, une vieille dame est retrouvé à son domicile, assez sauvagement assassinée. Pas forcément appréciée de son voisinage, Corentine Ledantec n'était pourtant point menacée. Les trois amies se retrouvent à s'entraider sur cette affaire délicate.

    Trio de filles donc, avec en plus des juges, des substitutes du procureure... plein de filles dans ce polar breton, je crois même que c'est la première fois que j'en vois autant... sous une plume masculine. Filles qui n'échapperont pas aux remarques et discours machistes et qui se feront respecter par leur travail et leurs compétences. En plus, tout cela se passe en pays bigouden, entre Brest, Quimper et un peu plus loin Rennes - Corentine Ledantec est tuée à Combrit -, donc le plaisir est doublé voire triplé. Parce qu'évidemment plaisir il y a. D'abord, j'aime beaucoup assister à la (quasi) naissance d'héroïnes récurrentes auxquelles l'auteur sait nous intéresser ; sur ce tome, la part belle est faite à Léanne, il serait alléchant qu'il en fasse de même avec Vanessa et Élodie lors des volumes suivants. Ensuite, on ne s'ennuie pas dans ce livre qui multiplie les intrigues et brouille les pistes et qui ne fait pas des filles des super héroïnes qui règlent tout en deux trois questions et quelques coups de feu. Non, c'est beaucoup plus réel et subtil. Puis, Pierre Pouchairet qui a déjà écrit des polars (le très bon La prophétie de Langley et l'excellent "Tuez-les tous... mais pas ici") sait ménager ses effets et maintenir le suspense. Langue simple, dialogues vifs et réparties parfois cinglantes, tout est là pour que les pages se tournent vite. Enfin, et je l'ai écrit plus haut, il y a la Bretagne, ses paysages, son climat et ses habitants. Très bon tout cela. Vivement la suite !

    Le début : "Un demi-sourire aux lèvres, Léanne reposa son téléphone. Elle venait de décrocher son premier dossier en sol breton. En bruit de fond, elle entendait sas collègues qui se marraient. Ils en étaient au café et le major Kerantec devait encore faire le spectacle en racontant de nouvelles vannes." (p.9)


  • 8 août 2018

    Bretagne, policier

    Première enquête des trois brestoises, le personnage principal étant Léanne, jeune femme quadragénaire nouvellement mutée dans le Finistère pour y retrouver un parfum d’enfance.
    Elle y retrouve aussi ses deux amies dont l’une et psy et l’autre médecin légiste.
    Le roman s’ouvre sur l’assassinat d’une vielle dame que tout le monde décrit comme odieuse. Le petit fils, drogué notoire, est soupçonné.
    La brigade part dont à sa recherche et en profite pour appréhender un méchant de haut vol. Ceci prend la première moitié du roman, ce que j’ai trouvé dommage. J’ai attendu patiemment que l’enquête s’oriente enfin vers la famille.
    C’est cette seconde partie que j’ai préférée.
    J’ai en revanche été désolée de lire certains comportements machistes qui m’ont agacé.
    Mais le dernier chapitre laisse Léanne en mauvaise position, j’ai hâte de lire la suite.
    L’image que je retiendrai :
    Quand ses enquêteurs disent que les suspects sont dans le sud, il faut comprendre le sud de la Bretagne.

    https://alexmotamots.fr/haines-pierre-pouchairet/