• "1984" d'Orwell, paru en 1949, dénonçait TOUS les totalitarismes ; socialistes, fascistes... Rien d'étonnant, donc, à le voir interdit sous un régime comme celui des frères Castro. Mais alors pourquoi le traduire et l'éditer en 2016? Le brûlot orwellien aurait-il perdu de sa subversion ou cette ouverture à ce classique du XXe siècle augurerait de profonds changement socio-politiques dans ce petit mais emblématique pays des caraïbes? C'est pour découvrir les raisons de cette parution que Frédérick Lavoie part pour La Havane. Et de nous offrir un récit sans concession de la vie quotidienne sur l’île. Brillant et déroutant, que vous soyez contempteurs ou détracteurs de la Revolución Cubana !


  • "1984" d'Orwell, paru en 1949, dénonçait TOUS les totalitarismes ; socialistes, fascistes... Rien d'étonnant, donc, à le voir interdit sous un régime comme celui des frères Castro. Mais alors pourquoi le traduire et l'éditer en 2016? Le brûlot orwellien aurait-il perdu de sa subversion ou cette ouverture à ce classique du XXe siècle augurerait de profonds changement socio-politiques dans ce petit mais emblématique pays des caraïbes? C'est pour découvrir les raisons de cette parution que Frédérick Lavoie part pour La Havane. Et de nous offrir un récit sans concession de la vie quotidienne sur l'ile. Brillant et déroutant, que vous soyez contempteurs ou détracteurs de la Revolución Cubana !


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    16 mai 2018

    En apprenant en février 2016 que Cuba s’apprête pour la première fois à autoriser la traduction de 1984 de George Orwell, Frédérik Lavoie, journaliste québécois, sent sa curiosité piquée au vif, et s'embarque dans une enquête aux milles détours et rebondissements. Son talent d’enquête et d'écoute lui permet de dépeindre ici la société cubaine juste avant que la bulle dans laquelle elle a évolué pendant 50 ans n'éclate, en suivant le fil conducteur de cette surprenante traduction autorisée. Un motif idéal, tant il colle avec la situation, et tant les mises en garde d'Orwell sur le totalitarisme se révèlent là encore particulièrement pertinentes, jusque dans l'ironie la plus cruelle: à l'heure de sa disparition annoncée, le régime castriste utilise 1984 pour réécrire sa propre histoire, et dénoncer la propagande impérialiste. Un grand livre sur la puissance du livre et de l'écrit, et une clé pour comprendre le Cuba d'aujourd'hui