www.leslibraires.fr

Orphelins 88

Sarah Cohen-Scali

Robert Laffont

  • par (Librairie Grangier)
    8 novembre 2019

    A mettre entre toutes les mains !

    Après Max (2012, Gallimard), où l'écrivaine plongeait ses lecteurs dans l'enfer des orphelinats Lebensborn, puis Orphelins 88 (2018, Robert Laffont), où elle étudiait la fin de la Seconde Guerre mondiale, la dévastation, l'impossible recommencement pour ses enfants survivants, Sarah Cohen-Scali nous fait revivre une période de l'histoire peu médiatique, celle de la construction du mur de Berlin, brutale et violente, en une nuit. Ce mur qui va briser et séparer des êtres, des familles.
    C'est aussi une histoire d'amour entre Ben, enfant des camps et survivant des marches de la mort, et Tuva, enfant du Lebensborn puis vivant sous le joug de la RDA et de la terrifiante Stasi.
    Août 61, c'est un récit envoutant de plusieurs vies, éprouvant, rare et sensible.
    A mettre entre toutes les mains.
    Lecture à partir de 15 ans.
    Maryline


  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    28 novembre 2018

    Conseillé par la Librairie Sorcière L'Oiseau Lire à Visé

    «La guerre nous a tous transformés en Petits Poucets perdus dans la lugubre forêt qu'est devenue l'Europe.»

    Munich, juillet 1945. La guerre est finie, mais Josh, comme de nombreux enfants, erre parmi les décombres. Il finira par être recueilli à l'orphelinat dirigé par Ida, une dame au grand coeur. Dans cet orphelinat, des dizaines d'enfants se retrouvent perdus à la recherche de leur identité. Qui sont-ils? S'appellent-ils réellement par le prénom qu'ils ont en tête? D'où viennent-ils?
    Josh, 10 ans, est tatoué sur le bras gauche, cela veut-il dire qu'il est juif? Pourtant, son bras droit ne cesse de se tendre pour effectuer le terrible geste qui lui a été inculqué...

    «Sauf que je ne suis pas n'importe quel enfant. Je suis un enfant de la guerre. Un orphelin 88. Qu'est-ce qui pourrait bien me choquer?»

    Nous allons suivre la lente reconstruction identitaire de ce personnage; la recherche de ses origines nous tiendra en haleine. Toutefois, il est important de préciser que certains passages font froid dans le dos, la réalité des faits décrits nous coupe le souffle.

    Ce texte puissant est dans la continuité de "Max", le premier roman de cette auteure qui parlait de la création du Lebensborn, le projet invraisemblable des nazis qui voulaient créer une race supérieure. Des milliers d'enfants ont été volés et kidnappés parce qu'ils correspondaient aux critères: blond aux yeux bleus. C'est un roman essentiel qui aborde un pan de l'histoire souvent mis de côté. Cette lecture fut passionnante, forte et émouvante. Adultes, lisez-le aussi! — Conseillé par la Librairie Sorcière L'Oiseau Lire à Visé