Kiosque, roman

Kiosque, roman

Jean Rouaud

Grasset

  • par (Fontaine Sèvres)
    20 février 2019

    Un vendeur n'est pas nécessairement un vulgaire boutiquier : un écrivain peut toujours se dissimuler sous l'habit d'un kiosquier. Jean Rouaud, prix Goncourt 1990, fût durant sept années marchand de journaux à Paris. Ce boulot sans qualification n'était pas une punition, un obstacle à son désir d'écrire, mais plutôt une étape, un travail préparatoire en quelque sorte... Au kiosque s'invite le monde et son théâtre. Là, la comédie humaine déploie ses beautés et ses naufrages, sa routine comme ses excès. Jean Rouaud raconte les clients, les habitués, ses collègues et ses anciens patrons avec un talent, une distance pleine de finesse et d'ironie. Son sérieux, sa sagesse, sa sociabilité lui permettent un courageux regard bienveillant sur ses lointaines ouailles. Aujourd'hui, quand s'effacent peu à peu les kiosques, ce récit provoque une profonde nostalgie teintée d'amertume. Plus que jamais, lire les journaux demeure la dernière élégance.


  • par (Fontaine Sèvres)
    19 février 2019

    Un vendeur n'est pas nécessairement un vulgaire boutiquier , un écrivain peut toujours se dissimuler sous l'habit d'un kiosquier. Jean Rouaud , prix Goncourt 1990 fût durant sept années marchand de journaux à Paris . Ce boulot sans qualification n'était pas une punition , un obstacle à son désir d'écrire , mais plutôt une étape , un travail préparatoire en quelque sorte... Au kiosque s'invite le monde et son théatre ; là , la comédie humaine déploie ses beautés et ses naufrages , sa routine comme ses excès . Jean Rouaud raconte les clients , les habitués , ses collègues et ses anciens patrons avec un talent , une distance pleine de finesse et d'ironie. Son sérieux , sa sagesse , sa sociabilité lui permettent un courageux regard bienveillant sur ses lointaines ouailles. Aujourd'hui, quant s'effacent peu à peu les kiosques , ce récit provoque une profonde nostalgie teintée d'amertume . Plus que jamais , lire les journaux demeure la dernière élégance.


  • par (Librairie l'Esperluète)
    15 janvier 2019

    Magnifique

    Le propos est intelligent, à la fois récit poétique (le cinquième) de la vie de l'écrivain, mais aussi essai sur la création, embrassade du quotidien et de l'extraordinaire de moments minuscules. Mais il y en aurait d'autres comme ça, des livres. Seulement, il y a la langue somptueuse et souvent surprenante de Jean Rouaud, et cette manière qu'il a d'importer la beauté du verbe en parlant du beau, sérieusement, drôlement et magnifiquement. C'est un texte exceptionnel.