www.leslibraires.fr

Les soeurs aux yeux bleus

Marie Sizun

Arléa

  • 21 juillet 2020

    Quel bonheur à chaque fois renouvelé que de lire Marie Sizun.
    On retrouve ici les personnages de La Gouvernante suédoise
    Monsieur Sezeneau se retrouve seul avec ses cinq enfants.
    Il va envoyer les deux garçons au Prytanée et emmener ses trois filles quelques années à Saint Peterboroug, avant de revenir en France.
    C’est un peu grandeur et décadence.
    Alice n’est qu’un bébé au début de l’histoire qui se termine quand elle en a plus de soixante.
    Quelle existence triste et lourde pour ces trois sœurs devenues adultes, elles auront du mal à se débarrasser de l’emprise de ce père austère que pourtant elle adorent.
    Il ne m’est décidément pas sympathique du tout ce Monsieur Sezeneau.
    L’écriture coule de source. C’est très agréable à lire.
    Et pourtant, de décennies en décennies, la vie des trois sœurs semble toujours aussi pesante et oppressante.
    Il se dégage une impression étouffante de ces existences bouleversées depuis l’enfance.
    Mais que tout est bien décrit !


  • 31 mars 2019

    Les trois sœurs

    Marie Sizun retrouve là le fil de son histoire familiale entre 1877 et 1939,
    avec trois héroïnes qu’elle suit depuis leur enfance. Nul besoin d’avoir lu «
    La gouvernante suédoise », première partie de la saga, pour apprécier cette
    suite qui donne cependant très envie de remonter la source de l’histoire ! Car
    Marie Sizun sait réunir les ingrédients irrésistibles d’un bon roman : secrets
    de famille, amours contrariées, destins de femmes, le tout dans une écriture à
    la fois réaliste et impressionniste, fluide et agréable.

    **Les trois filles du veuf**

    A la mort de leur mère en 1877, les cinq enfants de Léonard Sézeneau, dont le
    plus âgé n’a que dix ans, se retrouvent seuls avec un père austère et leur
    gouvernante suédoise, Livia Bergvist. Après avoir inscrit ses deux fils dans
    une pension militaire, le père, représentant d’une prestigieuse maison de vins
    française, ne souhaite pas se séparer de Louise, Eugénie et Alice, et les
    emmène à Saint-Pétersbourg avec leur préceptrice. Pendant six ans, les
    fillettes côtoient la riche société russe, alors que dans l’intimité
    s’instille le poison du soupçon à l’égard de Livia. A leur retour en France,
    cette dernière disparaît de leur vie et les trois filles s’installent dans une
    station balnéaire de la région nantaise avec leur père.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Librairie Ravy)
    25 février 2019

    Après « La gouvernante suédoise » Marie Sizun nous raconte le destin de sa grand-mère Eugénie et de ses sœurs Louise et Alice. De 1877 à 1939 l’histoire de la famille se déroule entre Saint-Pétersbourg et Paris en passant par La Bernerie en Retz où les 3 sœurs s’ennuient ferme. Leur salut viendra d’Alice qui comprend vite que pour échapper à la tyrannie de leur père elle doit s’émanciper et travailler. C’est un vrai plaisir de retrouver la famille Sézeneau et Livia, de découvrir leurs destins dans cette très belle saga familiale.
    Valérie