www.leslibraires.fr

Sukkwan island

David Vann

Éditions Gallmeister

  • par (Le Pain des Rêves)
    12 août 2020

    Pour changer de vie, pour fuir un passé pas vraiment reluisant, Jim a acheté une cabane dans une île isolée du sud de l'Alaska, Sukkwan Island. Il a décidé d’y passer une année avec Roy, son fils âgé de treize ans. Sur cette île éloignée de toute présence humaine, on peut imaginer que Jim s’y installe pour une année de survivalisme, un retour à la nature, une vie simple. Mais Jim est mal préparé à cette vie rude en autarcie, il est immature, torturé par des obsessions, imprévisible. Très vite, Roy doute de la réussite du projet de son père, "Cela semblait impossible. Tout semblait impossible aux yeux de Roy, ils étaient terriblement mal préparés." Toute la première partie du roman plante un décor qui va en se délitant, d’un inadaptation face à une nature qui ne fait aucun cadeau à l’imprévision, d’une relation père-fils qui s’inverse, d’un fils qui parle peu et observe beaucoup, se décourageant peu à peu jusqu’au choc terrible qui inaugure la deuxième partie du roman. Commence alors un voyage insensé, une folie désespérée, une plongée dans l’horreur, une série d’actes irraisonnés qui mènent à une issue fatale, obligée.
    Ce sombre huis-clos se déroule en Alaska, au cœur de paysages grandioses, au milieu des lacs et des forêts, dans cette nature sublime, rêvée comme étant un lieu d’une pureté originelle, une sorte de paradis terrestre. Un endroit en contraste avec un drame absolu, une plongée dans une noire folie, une lente destruction, le dégoût ressenti à la lecture de certaines scènes décrites avec une précision clinique.
    Dès les premières pages, David Vann construit un roman dont on pressent qu’il va mal se finir. Il nous captive, nous envoûte au point que nous suivrons les protagonistes jusqu’au terme de leur descente aux enfers.
    Angoissant à souhait, vénéneux, puissant. Un grand roman noir américain.