Disparaître, roman

Disparaître, roman

Mathieu Menegaux

Grasset

  • par (La Touquettoise)
    12 mai 2020

    Un auteur à lire de toute urgence !

    Paris, une jeune fille se suicide en sautant du 6ème étage...
    Nice, le corps d'un homme est retrouvé sur la plage, nu, rasé, le bout des doigts brûlés, impossible à identifier...

    Qu'est ce qui a poussé cette femme à vouloir disparaître et qu'a fait cet homme pour être méconnaissable ?

    Mathieu Menegaux nous emmène dans la vie de ces deux protagonistes à la manière d'une enquête policière.

    Ce roman se lit d'une traite, on ne peut le lâcher, l'écriture est fluide et travaillée, Mathieux Ménégaux décrit à la perfection les sentiments amoureux et les tourments que ces derniers peuvent apporter....

    A vous de découvrir la vérité !


  • par (Librairie La Grande Ourse)
    18 février 2020

    Récit haletant

    C'est la première fois que je me plonge dans un roman de Mathieu Menegaux (auteur de "Je me suis tue", "Un fils parfait" et de "Est-ce ainsi que les hommes jugent ?") et je ne suis pas déçue !
    Roman court, dense, nerveux qui se lit d'une traite. Roman noir ? Plutôt mélancolique. Le destin de deux personnes, qui vont s'aimer, et qui s'enfoncent inexorablement. Leurs décisions, leurs choix, vont les mener jusqu'au point de non retour, comme s'ils étaient aspirés par le fond. Haletant.

    Vanessa


  • 13 février 2020

    amour, suicide

    Ouvrir un roman de Mathieu Menegaux, c’est accepter d’être surpris et malmené par l’histoire qu’il nous raconte.

    C’est pourquoi j’ai été étonné une bonne partie de ma lecture : le roman raconte une histoire d’amour entre un quinquagénaire banquier émérite et reconnu au sein de sa banque – un homme aux dents longues mais sans histoire – et une jeune femme qui vient juste d’entrée dans la-dite banque. Elle doit faire ses preuves comme tous les nouveaux venus, est soumise à un stress intense qui la mène à l’hôpital.

    Son patron se rend à son chevet, et l’idylle commence.

    En parallèle, nous suivons un enquêteur à Saint-Jean Cap Ferrat chargé d’identifier un noyé imberbe et sans empreinte digitale, après 3 semaines immergé.

    Et qui est cette jeune fille qui a sauté de son balcon à Paris et est décédée ?

    C’est en refermant le roman, en imaginant ce qu’avait pu vivre le futur noyé pour en arriver à une telle extrémité que toute la violence subie m’est apparue.

    Il suffit d’un rien, mais de plusieurs émotions fortes pour faire basculer une vie au point de vouloir la détruire, se détruite soi-même.

    Un roman puissant dont les personnages me resteront en mémoire longtemps.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la vie bien réglée du banquier qui n’a dans sa garde-robe que des costumes sombres, des chemises de deux couleurs et nombres de cravates assorties.

    https://alexmotamots.fr/disparaitre-mathieu-menegaux/


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    25 janvier 2020

    Sans identité

    Sous ses airs de roman policier, Menegaux explore avec son dernier ouvrage des thématiques qui lui sont chères : l'identité, la dissimulation, le mensonge, et surtout l'impossibilité d'un amour dans de telles conditions. L'intrigue, menée tambour battant, invite également le lecteur à s'interroger sur notre société d'images et d'informations : est il encore possible de disparaitre sans laisser de traces ?


  • par (Fontaine Villiers)
    21 janvier 2020

    Impossible à lâcher !

    Mathieu Menegaux est un auteur qui se caractérise par un style vif, rapide, et des situations toujours sur le fil du rasoir...
    Avec Disparition, il nous propose un roman qui mélange habillement mystère et enquête dans le cruel monde de la finance. Performance à tout prix, concurrence omniprésente, c'est dans cet univers que l'on suit une jeune femme extrêmement douée dans ces domaines compétitifs... Et peu à peu, la terrible toile pensée par l'auteur se referme. Extrêmement addictif, ce livre a beau être un roman, il se dévore comme un polar sociétal...


  • par (Librairie Gibier)
    11 janvier 2020

    Conseillé par Fabienne, libraire

    Les romans de Mathieu Ménégaux ont en commun qu'ils sont impossibles à lâcher avant la dernière page ce qui, compte tenu de leur format court, n'est guère problématique finalement. Il suffit juste de trouver le bon créneau pour le lire d'une traite ! L'auteur excelle dans l'observation de notre société et de ses travers. Il est ici question du monde de la finance, de son management impitoyable, de burn-out, d'amour et de disparition. L'écriture est toujours aussi acérée, le regard aiguisé et le rythme soutenu... Bref la lecture est addictive, extrêmement plaisante et totalement accessible. Rien à redire : j'aime Mathieu Ménégaux sans restriction !