www.leslibraires.fr
  • 6 septembre 2020

    A la mort de sa grand-mère Rita, la narratrice hérite de sa tant convoitée commode aux tiroirs arc-en-ciel. Enfants, elle et ses cousins, rêvaient de découvrir les trésors cachés dans ce meuble de famille que l’abuela défendait becs et ongles. La voilà donc face aux tiroirs qui renferment les souvenirs de toute une vie, la vie passionnante, passionnée et parfois chaotique d’une jeune fille éprise de liberté qui, il y a longtemps de cela, a fui l’Espagne franquiste pour trouver refuge à Narbonne, comme tant d’autres de ses compatriotes.

    L’intention était bonne, louable même. Il est toujours utile de rappeler le sort que la France réserva aux républicains espagnols, les vaincus de la guerre civile, qui, après avoir été abandonnés par le gouvernement du Front populaire, traversèrent les Pyrénées à pieds pour être parqués dans des camps insalubres du sud de la France. À travers le destin de Rita, de ses parents qui préférèrent la mort à la défaite et de ses sœurs, Olivia Ruiz convoque le souvenir de celles et ceux qui ont combattu le dictateur jusqu’au bout, emprisonnés, torturés, exécutés, mais fiers de leurs valeurs et de la justesse de leur lutte. Pourtant, malgré la forte personnalité de la grand-mère et les faits relatés, Olivia Ruiz pêche par son style, ou plutôt son absence de style. Elle écrit comme elle parle, c’est vif, haut en couleurs, entraînant, mais ce n’est pas de la littérature. Et puis, elle se laisse souvent aller à la facilité, abordant des sujets graves sans les approfondir, accumulant les heureux hasards et les rencontres providentielles… D’ailleurs, pourquoi une commode aux tiroirs de couleurs ? La métaphore n’est pas suffisamment exploitée. La commode aurait pu être une boîte…
    Ces maladresses s’expliquent par le fait qu’il s’agit là d’un premier roman. Olivia Ruiz écrit de bien belles chansons, mais un livre ? On retrouve son univers, on sent qu’elle a mis un peu des siens dans son récit, qu’elle s’est inspirée de l’histoire familiale mais cela ne suffit pas pour faire d’une bonne idée, un bon roman. Du potentiel à travailler.


  • par (Espace Pierre Lecut)
    24 août 2020

    coups de coeur de SOPHIE

    Une jeune maman hérite au dècès de son « Abuela » d’une commande avec des tiroirs colorés . Dans ce meuble sa grand-mère a déposé des objets ou des documents qui vont permettre à la jeune femme de retracer son histoire familiale …
    Premier roman de cette auteur déjà reconnue comme artiste qui s’inspirant de sa propre famille nous propose un livre émouvant et lumineux avec pour toile de fond la guerre d’Espagne et l’exil forcé des républicains mais elle nous brosse aussi de magnifiques
    portraits de femmes volontaires qui se sont battues pour vivre dignement !!!


  • par (Librairie Coiffard)
    9 juillet 2020

    Conseillé par Coralie

    A la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite d'une commode. Sujet de toutes les curiosités d'enfance, elle va ouvrir, un soir, ces tiroirs de couleur. Au fil des découvertes, elle rencontre l'histoire de son Abuela, son arrivée en France pendant la guerre d'Espagne, les secrets, la passion amoureuse sublime, la douceur, les combats et les secrets qui ne s'arrêtent jamais.
    "La commode aux tiroirs de couleur" raconte l'immigration, l'apprentissage d'un nouveau pays, d'une nouvelle langue mais aussi l'ancrage des racines, de la mémoire et des souvenirs. A travers ce roman du souvenir, Olivia Ruiz plonge délicatement dans l'histoire de nos grands parents, dans les secrets de ces générations qui ont gardé tant de secrets pour eux, qui ont tenté de s'intégrer, de masquer leur propre histoire pour devenir irréprochables.
    "La commode aux tiroirs de couleur" est la portrait de quatre générations de femmes sauvages et sublimes, la certitude que l'on ne grandit qu'en acceptant qui l'on est et en conservant quelques secrets.


  • par (Librairie Charlemagne Toulon)
    26 juin 2020

    C'est une historie de filles, de sœurs, de femmes fortes et complexes. Certes différentes mais unies par un besoin de liberté. La plume d’Olivia nous a emporté dans cette histoire de famille remplie d'émotions de sincérité, d'amour, de tristesse, de nostalgie.
    Une commode aux secrets bien gardés jusque-là. En ouvrant les tiroirs on va découvrir l'histoire de cette abuela, Rita. Tantôt heureux, tantôt dramatiques, ils racontent à la narratrice d'où elle vient, ses racines. C'est un beau portrait de femmes qui doivent braver les hommes, les événements et qui petit à petit gagnent leur liberté. Un roman qui parle de transmission et de l'importante de savoir d'où l'on vient.


  • par (Hisler - Even)
    18 juin 2020

    Un joli voyage dans les souvenirs

    De chapitre en chapitre, Olivia Ruiz nous plonge dans les souvenirs de cette famille, cachés dans une commode aux milles couleurs .. Un très joli premier roman!


  • par (Librairie Auréole)
    18 juin 2020

    Photos de famille

    Une jeune femme hérite de la commode de sa grand-mère. Ses tiroirs recèlent des trésors cachés qui la faisaient fantasmer étant enfant… Grâce à chaque objet, elle découvre le fil de la vie de sa grand-mère espagnole, envoyée très jeune en France avec ses sœurs pour fuir la guerre civile. L’exil, la recherche d’identité, les secrets de famille, la féminité, la passion amoureuse… ce roman est une jolie surprise, rafraîchissante et touchante !


  • par (Librairie La Galerne)
    15 juin 2020

    Un très beau roman

    La belle écriture d’Olivia Ruiz prend toute sa force dans ce très beau roman. Dans cette histoire émouvante des souvenirs de l’Abuela, la grand-mère de la famille, dévoilés à l’ouverture des tiroirs arc-en-ciel de la commode, il y a de très belles pages sur l’exil des enfants fuyant l’Espagne franquiste, sur le sentiment d’être étranger à tout exilé. La commode aux tiroirs de couleurs est un récit de femmes, un récit de vies qui sont parfois à reconstruire, un récit vivant, fort de combats et d’espoir. Dans lequel la musique et la danse ne sont jamais trop loin.


  • par (la librairie des Fables )
    14 juin 2020

    Un premier roman tendre et réussi

    Un premier roman sur l’exil.
    Une magnifique
    fresque familiale.
    Un petit bijou très tendre.


  • par (Librairie Papeterie Aux Lettres de Mon Moulin)
    13 juin 2020

    la force de l'amour

    Quand elle installe dans son petit appartement parisien, la commode héritée de sa grand-mère, la narratrice imagine déjà toute la magie qui va surgir de ses tiroirs arc-en-ciel.

    Des secrets bien gardés comme un précieux trésor, l’emmènent pour un grand voyage entre l’Espagne et la France. Des souvenirs qui lui arrachent des larmes mais aussi des sourires.

    C’est l’Abuela, une sacrée bonne-femme, le ciment de la famille qui transmet à sa petite fille adorée, l’histoire des siens au fil des tourments de l’Histoire.

    Un combat pour le bonheur malgré l’exil.

    Laisser parler les fantômes pour comprendre d’où on vient et poursuivre son chemin.

    Une écriture lumineuse portée par la force de la transmission et de l’amour.


  • par (La Touquettoise)
    4 juin 2020

    Ce roman est une vraie perle, ne passez pas à côté !

    Voici un premier roman et une réussite absolue !
    Découvrez l'histoire de Rita, une enfant espagnole exilée de son pays natale à cause de la guerre civile.
    Ne pensez pas que ce roman soit triste, il l'est par certains aspect mais il est très vivant et réconfortant.
    Laissez-vous embarquer dans cette ambiance espagnole,où les mots et tournures de phrases prennent tous leurs sens.


  • par (Librairie Gibier)
    3 juin 2020

    Espagne je vous aime !

    Ouvrez ce livre comme si vous ouvriez les tiroirs d'une commode familiale. Fouillez, fouinez à la recherche de jolis moments de vie, de souvenirs et plongez dans un roman coloré empreint à la fois de fantaisie et de nostalgie... Riez et pleurez... Vous allez aimer ce livre !


  • par (Librairie Quai des Mots)
    2 juin 2020

    Coup de coeur de Nathalie

    À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours. Très belle découverte, l’écriture est fluide ponctuée de moments lumineux, les femmes sont touchantes, les tranches de vie dans la grande Histoire sont poignantes. Olivia Ruiz, conteuse hors pair, signe son entrée en littérature.


  • par (Librairie Page et Plume)
    14 avril 2020

    L'Abuela

    Un premier roman, mais son autrice n'est pas une inconnue. sur le bandeau, le regard franc, fière! Je me suis laissée emporter par cette histoire de grand-mère, d'abuela, la Rita au mille secrets bien planqués dans cette commodes. De son arrivée en France, à l'âge de 10ans avec ses sœurs pour fuir le franquisme, l'accueil froid, hostile, des français, face à ces immigrés. L'apprentissage de la langue, d'une culture, et cette histoire, cette nature qu'on voudrait cacher, mais qui sans cesse, comme un animal en cage, ne demande qu'à resurgir. Une vie faite de passion, de désillusion, de combat, de chagrins, de peines immenses, de pertes, mais aussi d'amour, d'amitié, un caractère entier, instinctif qui n'accepte pas l'eau tiède ni la demi-mesure. En toile de fond, l'Histoire avec un grand H, ses paradoxes, ses tragédies, et au premier plan, la vie, tout simplement la vie, avec toutes ses aspérités, ses surprises, ses rencontres, celle qui nous fait grandir, cheminer, éprouver, avancer. De ce roman se dégage une énergie folle, et l'impression de faire partie de cette "famille" composée, recomposée, de cassés solidaires.