www.leslibraires.fr
  • 26 septembre 2020

    Très bon préquel.

    La sortie d’un roman de Ken Follett est un moment que j’attends chaque fois impatiemment. Pour ses romans historiques, en tout cas, étant beaucoup moins attirée par ceux qui traitent d’espionnage.
    Alors cette année, quand Le Crépuscule et L’Aube a été annoncé, j’étais déjà dans les starting-blocks. Non seulement il revenait avec un roman historique, mais celui-là allait nous raconter « l’avant » Kingsbridge !
    .
    Un préquel donc (ma Complice, si tu passes par là... ;)). Et quel préquel !
    Nous débutons cette nouvelle histoire en débarquant directement au Xème siècle.
    .
    Ken Follett a toujours ce talent inimitable pour nous immerger totalement dans ces périodes si lointaines.
    Toujours, aussi, cette passion pour les bâtisseurs qu’il parvient sans mal à nous transmettre.
    .
    Si on peut noter une (très) légère baisse au niveau du rythme de l’action dans ce nouveau titre, l’intrigue, elle, est toujours aussi solide, et les personnages toujours aussi riches et fouillés.
    850 pages de pur régal. Une agréable découverte d’une époque que l’on connaît finalement peu, avec ses codes étranges et assez brutaux. La mise en lumière des différentes manières de vivre en fonction des pays.
    .
    Des thèmes reconnus et universels, comme la filiation, les haines, l’amour, l’amitié, l’envie, la vengeance, bref tout ce que fait que l’Homme peut être aussi dangereux que bienveillant.
    Et surtout, des personnages et des décors fabuleux, que l’auteur nous offre à aimer ou à détester, parfois même les deux, au fil des pages.
    .
    Edgar, Ragna, Aldred, Wilf et même Dreng resteront longtemps dans vos mémoires.
    .
    Un belle réussite à ne pas rater, que vous aimiez déjà Les Piliers de la Terre, Un Monde sans Fin et Une Colonne de Feu, ou que vous souhaitiez découvrir Ken Follett.
    .
    Dépaysement garanti.
    À lire sans modération, et attendant impatiemment le prochain !