www.leslibraires.fr

Être Cary Grant

Martine Reid

Gallimard

  • par (Librairie Athenaeum)
    18 mai 2021

    Conseillé par Marie-Blanche

    ‌Etre Cary Grant fut peut-être, est peut-être encore, le souhait ardent de nombreux admirateurs de l'acteur mais fut surtout la question essentielle pour ce dernier.
    Cary Grant est né sous le nom d'Archibald Alexander Leach dans une famille anglaise modeste et pour le moins compliquée (on lui a dit pendant des années que sa mère à la santé mentale fragile était morte ).
    Il est né une seconde fois quand la Paramount lui a attribué en 1932 le nom de Cary Grant.
    ‌‌ll a donc dû faire coexister son identité d'emprunt et son identité d'état civil.
    Il vécut alors une sorte de dispersion de lui-même aux quatre vents à laquelle la fonction d'acteur répondait au demeurant idéalement.
    La fiction devint la condition de sa réalité.
    Il incarna Cary Grant de film en film, n'existant ailleurs que parce qu'il existait d'abord à l'écran, n'existant pas sans le cinéma.
    Lancé comme le nouveau produit de la marque Paramount qui savait ô combien que le succès se fabrique comme le reste il dut composer avec cela.
    Dans ses films il se tirait toujours des situations les plus improbables avec une drôlerie et une élégance courtoise.Fut-il dans sa vraie vie aussi faussement détaché? Rien n'est moins certain.Il fut sans doute parfois un peu figurant de lui même.Ce fut en tout cas souvent un homme tourmenté, fragile et blessé dont la belle image cinématographique devait être celle d'un homme fort et parfaitement sain de corps et d'esprit .
    L'usine à rêves n'était pas tendre, les médias pas davantage; l'icône masculine fut souvent égratignée(sic), une certaine presse lui trouva un troisième nom Cash and Carry ... fine allusion à l'immense fortune d'une de ses épouses.
    Le livre de Martine Reid nous dresse un portrait passionnant de l'homme, de l'acteur, d'un milieu, d'une époque et nous donne aussi grande envie de revoir ses films.
    Sa filmographie est évidemment impressionnante.
    On pense bien sûr à Hitchcock qui sut lire les fêlures de l'acteur et sa vraie nature complexe et lui offrit des rôles somptueux
    Je pense surtout à son personnage de paléontologue aux côtés de Katharine Hepburn dans "impossible monsieur bébé" et celui de chimiste dans "chéri je me sens rajeunir " avec Ginger Rogers et Marilyn Monroe; des comédies partant littéralement en vrille où il est séduisant en diable,d'un aplomb facétieux, plein d'autodérision ; unique!