www.leslibraires.fr

Tokyo, la nuit

Nick Bradley

Belfond

  • par (Librairie de l'Angle rouge)
    15 juillet 2021

    Excellent premier roman qui nous invite à plonger dans la capitale japonaise, à la suite d'une mystérieuse chatte tricolore aux yeux verts, peut-être sortie tout droit d'une carte de la ville... tatouée sur le dos d'une jeune femme !
    Dans ce Tokyo interlope, cette ville-monde qui ne dort jamais, viennent à notre rencontre des personnages aussi intrigants que divers. Autant de vies solitaires et en apparence opposées, que l'on croise, et recroise, que l'on oublie pour mieux les retrouver.
    Et habilement, l'auteur joue d'un chapitre à l'autre avec les genres littéraires, les codes, les mises en abîmes. On passe ainsi d'une nouvelle fantastique à une lettre émouvante, d'un carnet d'investigation à un manga ( mention spéciale à celui-ci, tant il raconte en quelques pages la solitude, la bienveillance et la douceur ).
    En bref, "Tokyo, la nuit" est un remarquable hommage à Tokyo, au Japon contemporain, dans ce qu'il a de plus insaisissable, de plus déroutant, à la fois dans la singularité de sa culture, mais aussi des vies qui l'habitent.
    À découvrir sans tarder ! ( Et puis, quelle belle couverture ! )


  • 24 juin 2021

    Tokyo, vie moderne

    Même si l’action se déroule avant les JO de Tokyo 2020 (ceux qui ont été repoussés, mais l’auteur ne pouvait pas le savoir à l’époque), j’ai été conquise par les personnages qui se croisent dans ce premier roman.

    Chaque chapitre est consacré à un ou une tokyoïte : Naomi qui se fait tatouer la ville sur le dos – Ohashi le conteur SDF – Taro, le frère de Ohashi, conducteur de taxi qui a un accident – Ishikawa le détective – Flo la traductrice de Ohashi – Kyoko avec son sweet rose et son pantalon crême – Ruy le séducteur, et j’en oublie.

    J’ai tout aimé dans ce roman d’un gaijin (non japonais) tokyoïte d’adoption.

    J’ai aimé attendre le chat qui fait son apparition dans chaque histoire.

    J’ai aimé attendre le moment où je recroiserai un des autres personnages.

    L’auteur m’a fait pénétrer dans cette ville grouillante de monde, au mode de vie particulier, et je ‘en remercie, ce fut un vrai dépaysement.

    Un roman comme un puzzle, agrémenté de photos et même d’un manga, qui fut un véritable bonheur de lecture.


  • par (Librairie L'Armitière)
    2 juin 2021

    Suivez ce chat calico...

    Sur les pas d'un chat calico le lecteur est invité à saisir des bribes de vie dans un Tokyo cosmopolite.

    Tokyo, la nuit, c'est un peu fantasmagorique, parfois inquiétant, touchant aussi. Au gré des déambulations de ce chat, nous allons à la rencontre d'un tatoueur de Yakuzas, d'un rakugoka déchu, un couple mixte en proie à ses dysfonctionnements, un jeune garçon qui croise la route d'un Hikkikomori, un détective à la recherche d'un homme disparu et tant d'autres personnages qui sèment au fil des chapitres les bribes d'un petit fil rouge qui les relient tous à des degrés divers.

    Tokyo, la nuit, c'est ce personnage insaisissable qu'est cette ville qui semble engloutir certains de ses habitants tandis qu'elle exerce une fascination folle sur les autres.

    Tokyo, la nuit, c'est une invitation à dévorer un roman atypique dont les chapitres se suivent mais ne se ressemblent pas.

    Dévoré en quelques heures à peine, on peut donc conclure que c'est un coup de cœur !