www.leslibraires.fr

Rien dans mon enfance

Eric Pessan

L'oeil ébloui

  • Conseillé par (Librairie Coiffard)
    14 mars 2023

    Conseillé par Stéphanie

    Sous une forme originale et poétique, Éric Pessan nous fait monter à bord de son enfance et de ses désillusions une fois atteint l'âge adulte. Impossible de se détacher de ces anaphores hypnotiques qui résonnent de façon si juste. Une anaphore est une reprise du même mot au début de phrases successives :
    "Rien dans mon enfance - bon sang ! - ne laissait présager que tout serait toujours compliqué" (...)
    "Rien dans mon enfance où je pensais que l'on grandissait avec des réponses ne m'a prédisposé à vivre avec des questions" (...)
    "Rien dans mon enfance de m'a familiarisé à considérer autrui comme un simple porteur de virus" (...)
    Et le lecteur oscille entre nostalgie, ironie et lucidité aux côtés d'un enfant devenu grand mais qui ne se résigne pas et dénoue encore et encore le mystère du monde grâce aux mots.


  • Conseillé par (La librairie des Halles)
    21 avril 2022

    Eric Pessan, écrivain sensible, revient avec ce petit livre de nostalgie et de mélancolie publié à L'Œil ébloui, sagace éditeur nantais.
    A la manière d'un Perec et de son fameux "Je me souviens", il fait le bilan d'une existence de cinquante années et de toute une génération, des instants décisifs aux grandes espérances déçues.
    Grâce à la répétition "Rien dans mon enfance…", Eric Pessan démontre que petite et grande histoire forment un tout inextricable et que nous sommes des êtres fragiles et blessés en quête de beauté et de sens.
    Une manière de confession, singulière, à laquelle chacune et chacun s'identifiera.

    Sébastien


  • Conseillé par
    8 juin 2022

    Anaphore : une figure de style par laquelle on répète un mot ou un groupe de mots en début d'une phrase, rendue populaire en 2012 par le candidat François Hollande : "Moi Président...". Eric Pessan choisit lui-aussi l'anaphore pour son livre de réflexions, celles-ci débutent par : "Rien dans mon enfance".

    Grâce à ce procédé, l'auteur, sans être nostalgique ou passéiste du genre "c'était mieux avant", évoque son enfance dans une HLM de Bordeaux et les changements voire les bouleversements que le monde à subis ou opérés depuis cinquante ans. Et effectivement, force est de constater que rien dans notre enfance dans les années 60/70 ne nous a préparé à de telles secousses. L'Internet, les guerres incessantes partout dans le monde, le dérèglement climatique, l'extrême-droite aux deuxièmes tours des élections présidentielles, les communautarismes, les toujours-plus-riches et les toujours-plus-pauvres... Enfin, ce qui fait parfois que l'on marche sur la tête, mais aussi ce qui a progressé, avancé mais qui pose question : "Rien dans mon enfance n'annonçait que le progrès qui allongeait nos espérances de vie rallongeait également nos inquiétudes." (p.10)

    C'est aussi le moment pour l'auteur de se questionner sur l'âge qui avance, la création littéraire, la littérature, les grandes idées humanistes, la culture, le travail, la productivité...

    "Rien dans mon enfance ne m'a préparé à l'étonnement d'avoir un jour plus de cinquante ans."

    "Rien dans mon enfance ne m'a carapacé pour que j'accepte sans être affecté d'écouter chaque matin dans le poste le décompte des noyades en Méditerranée ou dans la Manche."

    "Rien dans mon enfance où l'on louait la force, la combativité et l'esprit de compétition ne m'a laissé entrevoir que j'irais puiser du côté de mes faiblesses pour devenir écrivain."

    "Rien dans mon enfance -Chut, Il nous entend, tu comprends, quoi que tu fasses, Il le sait, Il voit tout, Il sait tout de toi- ne m'a fait croire à l'existence d'un dieu espion de nos actes et nos pensées."

    "Rien dans mon enfance ne dessinait qu'il serait dans la norme de protester confortablement assis dans son salon ou sa chambre en tapant des # sur un clavier."

    Voilà pour quelques citations. Rares sont celles qui ne m'ont pas parlé ou touché, je les ai annotées, cochées, relues. Décidément, ce qu'écrit Eric Pessan me va parfaitement, en plus d'être original dans la forme. Quant au fond, je l'ai dit, c'est divers, profond, beaucoup de doutes, de questionnements, de ceux qui nous obligent à nous-mêmes nous interroger si tant est que ce ne soit pas commencé. Très bien écrit, comme d'habitude, Eric Pessan est un écrivain qui construit une œuvre littéraire variée et riche et qui raconte ses histoires, dit ses réflexions et parfois hurle ses colères, ses emportements sur ce monde qui ne va pas bien.