Sorry

Sorry

Zoran Drvenkar

Le Livre de Poche

  • À ne pas mettre entre toutes les mains !

    Autour d’un verre, quatre amis ont une idée un peu folle : créer une agence qui s’excuse à votre place. Adultère, licenciement abusif, culpabilité étouffante… peu importe la raison, l’agence Sorry s’occupe de tout. À leur grande surprise, le concept plaît beaucoup et les affaires marchent bien. Grâce à leur succès et au bouche-à-oreille, l’agence gagne en notoriété… jusqu’à attirer l’attention d’un meurtrier. Ce dernier va se servir d’eux pour alléger sa conscience et s’excuser auprès de ses victimes. Pour nos quatre amis, l’enfer commence.

    Ce qui est le plus surprenant dans ce roman, c’est sa construction. Les points de vue sont très nombreux et n’arrêtent pas de changer. Certains narrateurs sont énigmatiques, comme les chapitres consacrés à « Toi » ou ceux qui suivent « L’homme ». Cela pique la curiosité du lecteur et donne envie de continuer afin de découvrir ce qui se trame. Car il faut bien le dire, on a un peu l’impression que ça part dans tous les sens, on ne voit pas les liens… alors qu’en fait, tout est connecté et on s’en aperçoit petit à petit.

    "Sorry" est un thriller efficace et prenant. Aucun doute là-dessus. Sa construction est intéressante et permet de capter l’attention du lecteur. Cependant, l’auteur ne fait pas dans la dentelle et certaines scènes sont vraiment très dures à lire. Âmes sensibles s’abstenir.
    Un thriller qui sort de l’ordinaire. J’ai apprécié la multiplicité des points de vue et la façon dont ils se recoupent. Toutefois, il est dommage que la fin soit aussi floue et que certains passages soient insoutenables (pour moi…).


  • par (Fontaine Passy)
    6 mai 2013

    A Berlin, quatre amis d'adolescence qui voient l'approche de la trentaine d'un œil désenchanté, décident de créer une agence du nom de Sorry qui se charge de s'excuser à la place des autres. Le concept inédit va se révéler fructueux et l'entreprise rencontrer un franc succès. Mais leur enthousiasme s'effondre lorsqu'un tueur à la conscience trop lourde prend contact avec eux. Les quatre amis vont alors se retrouver plongés en plein cauchemar, sans autre possibilité que de découvrir par eux-mêmes l'identité de l'assassin. Élu meilleur thriller de l'année 2010 en Allemagne, ce nouveau polar de l'excellente maison d'édition Sonatine est une réussite totale. Écrit dans un style sensible, alliant différents types de narration qui passent du "je" au "tu" dans un subtil brouillage des pistes, "Sorry" offre avant tout une trame inédite aux abords farfelus (cette histoire d'agence qui s'excuse aurait pu tomber dans le grotesque, ce n'est jamais le cas) mais courageusement assumée et surtout parfaitement traitée. L'histoire est donc passionnante de bout en bout et si les codes du suspense sont totalement maîtrisés (frissons garantis, comme le veut la formule), Drvenkar fait surtout la différence en abordant des thématiques difficiles ou dérangeantes (la pédophilie, le pardon, le châtiment...) à travers des personnages très attachants à la psychologie fouillée. Un roman tourmenté, intelligent et d'une grande originalité.