www.leslibraires.fr

La chorale des maîtres bouchers, roman

Louise Erdrich

Le Livre de poche

  • 3 janvier 2015

    états-unis, famille

    Si j'ai bien aimé ce roman dans sa première moitié, je dois avouer que je me suis essoufflée dans la seconde moitié, une fois le décor planté.

    Alors oui, l'auteure sait faire de belles phrases profondes ; les situations sont intéressantes ; mais tout ceci est décidément trop délayé.

    J'aurais aimé des personnages plus fouillés et moins d'accumulation de descriptions.

    Bref, je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce roman, mais j'ai apprécié ma lecture, ce qui est déjà pas mal, me direz-vous.

    L'image que je retiendrai :

    Celle de la cave dans laquelle était enfermée une famille.

    http://motamots.canalblog.com/archives/2014/12/28/30829991.html


  • 30 décembre 2010

    1918, Allemagne. De retour du front, Fidelis, jeune soldat, décide de partir s’installer en Amérique. Il possède un peu d’argent mais surtout une valise remplie de couteaux de bouchers et de saucisses car dans sa famille, on est boucher de père en fils. Il se pose à Argus, dans le Dakota du Nord. A force de travail, il parvient à monter sa propre affaire et à faire venir sa femme et son fils d’Allemagne.

    Voilà comment débute ce roman riche et foisonnant. Car l’histoire de Fidelis, de sa femme Eva et ses quatre garçons se poursuit jusqu’en 1950. Loin d’être uniquement centrée sur cette famille, il y également Delphine et Cyprian qui présentent des numéros de cirque, sillonnant le pays. En revenant à Argus où le père de Delphine vit toujours, ils y resteront. Delphine va s’occuper de son père Roy, alcoolique notoire, et nouera une amitié forte avec Eva. Le couple qu’elle forme avec Cyprian est atypique. Delphine est avec Fidelis un pivot central de ce roman. La boucherie de Fidelis prospèrera mais Argus n’échappera pas à la Grande Dépression. Puis, la Seconde Guerre Mondiale alors que deux des fils de Fidelis sont retournés en Allemagne. Tout au long du livre, les blessures et les plaies morales de la Première Guerre Mondiale hantent Fidelis et jalonnent le récit. Il y a autant de personnages secondaires comme Tante, femme aigrie venue d’Allemagne, Clarisse, l’amie d’enfance de Delphine qui travaille dans les pompes funèbres, Un-Pas-et-Demi la clocharde un peu inquiétante qui font la diversité et la richesse de ce roman. Bien plus qu’une saga familiale inscrite dans la Grande Histoire, c’est l’histoire de toute une communauté et j'ai vécu un immersion totale ! J’ai été emballée, conquise et j’avais presque envie de dire voilà un vrai bon roman ! Sauf que les cent cinquante dernières pages me sont apparues un peu trop rapides et moins étoffées que le reste. Dommage...il n’empêche que j’ai passé un superbe moment de lecture !