Cent ans de solitude

Cent ans de solitude

Gabriel García Márquez

Points

  • 19 juin 2019

    Dans « Cent ans de solitude », de Gabriel Garcia Marquez, le rêve coexiste avec la réalité

    Phare de la littérature latino-américaine, le chef-d’œuvre de l’auteur colombien juxtapose cadre historique et géographique, références socio-culturelles vraisemblables et motifs surnaturels.
    Voir la suite sur lemonde.fr


  • par (Librairie La Grande Ourse)
    30 juin 2016

    Baroque

    Pour celles et ceux qui auraient échappé à ce succès planétaire! … ou qui voudraient se replonger dans l’épopée de ce village imaginaire - Macondo, quelque part en Amérique du sud. José Arcadio Buendia, le fondateur du village, et sa femme Ursula, donnent naissance à une descendance riche en héros, en saint(e)s, en dictateurs, en fous, en rêveurs… Garcia Marquez les regarde tous avec la même affection. On se laisse entraîner dans cette fantaisie permanente mêlée d’Histoire, où rêve et réalité sont les deux faces d’une même médaille. Impressionnant.


  • 24 avril 2010

    Roman de Gabriel Garcia Marquez. Lettre G de mon Challenge ABC 2009.

    José Arcadio Buendia et sa femme Ursula ont traversé le pays pendant des mois avant de s'installer de l'autre côté du marigot. José Arcadio Buendia fonde Macondo, une ville nouvelle que la mort n'a pas encore visité. Des débuts de la petite cité à sa décadence, on suit le destin de la famille Buendia, de ses innombrables enfants, ses garçons têtus et entrepreneurs, ses filles belles comme le jour. Les mariages se succèdent, les adultères aussi. Certaines filiations se perdent dans l'oubli, d'autres ne sont jamais découvertes et certaines unions semblent contre-nature. Pendant des décennies, Ursula règne en matrone sur la famille et assiste aux folies de ses enfants. A chaque naissance, on craint toujours que les enfants naissent avec des queues de cochon, signe d'une alliance incestueuse. L'histoire du pays influe sur le village, qui se déchire entre conservateur et libéraux. Sous le joug de la malédiction de Mélquiadès, la famille Buendia et son innombrable descendance sont prisionnères de Macondo, pour un siècle entier.

    Il ne faut surtout pas décrocher d'une ligne! Tous les personnages ont des noms si similaires qu'il est simple de se perdre dans le dédale de la généalogie des Buendia. Cette oeuvre est magistrale, l'humour est caustique et le destin des personnages est atypique. La narration est audacieuse, qui nivelle les époques: il semble que tout se passe en même temps alors que les personnages vieillissent et changent. A lire avec attention, mais aussi avec humour.