www.leslibraires.fr
tome 1, Saga T01

tome 1, Saga T01

Brian K. Vaughan

Urban comics

  • par (Comics corner)
    31 mai 2021

    Le parfait mélange entre SF et Fantasy

    Une guerre éternelle. Un amour impossible et une enfant qui devient le symbole de l’union entre deux peuples irréconciliables. Avec Saga Brian K. Vaughan (Paper Girls) nous livre un récit très mature et foufou à la frontière entre le space-opéra et la fantasy, le tout agrémenté d’une incroyable galerie de personnages avec des design plus imaginatifs les uns que les autres.


  • 9 avril 2014

    Le moins qu’on puisse dire avec le premier tome de cette série, c’est qu’elle est … surprenante ! On y croise des créatures hors du commun, à commencer par nos héros, dont vous aurez noté en regardant la couverture de l’album les caractéristiques, représentatives de leurs peuples respectifs : l’une a des ailes et l’autre de superbes cornes. Il y aura aussi une chasseuse de primes mi- femme mi- araignée, un chat mensonge, sans parler d’enfants zombies pas beaux à voir et j’en passe car l’imagination des auteurs est sans limites. La palme revient pour moi aux robots dotés de corps humains (très sensuels, on s’en rend compte dans la scène de sexe qui permet de les découvrir), mais d’une tête en forme d’écran de télévision oblong. Là, je dois reconnaître que j’ai eu un petit blocage et l’impression de déraper dans du grand n’importe quoi, mêlant qui plus est allègrement les codes du space opera et ceux de la fantasy, car on se bat à coups de lasers mais aussi d’épées magiques.

    Dans un tel contexte, l’histoire se focalise pourtant sur un couple tout ce qu’il y a de plus « normal », en s’ouvrant sur une rapide scène d’accouchement ponctuée de quelques réflexions d’Alana pas piquées des vers et qui donnent le ton : entre ces deux amants-là, pas de langue de bois ! La suite, pour ce qui les concerne, sera au diapason. Le lecteur partagera leurs aventures extraordinaires mais leurs préoccupations et leurs échanges au quotidien ne le dépayseront pas, au contraire il s’y reconnaître, voire en sourira, car même dans les circonstances dramatiques, nos deux tourtereaux ne se départissent pas d’un certain humour (tout comme leur fille, laquelle est en réalité la narratrice de l’histoire et intervient à l’occasion en glissant ses commentaires en voix off). A ces deux principaux protagonistes s’en ajoutent beaucoup d’autres, certains eux aussi présentés de manière déjà suffisamment fine (le Prince Robot, Le Testament, par exemple) pour que l’univers évoqué offre une dimension psychologique intéressante, en croisant les parcours individuels au sein d’une trame géopolitique qui s’annonce dense.

    Récit d’aventures SFFF (SF, Fantastique et Fantasy) trépidant, au graphisme plaisant, « Saga » est une BD adulte résolument originale, qui s’amuse aussi à parsemer la narration de réflexions diverses, sur l’éducation, la non-violence, le racisme, pour ne citer qu’elles.
    Je suis curieuse de lire le tome suivant de la série, pour lui laisser le temps de prendre ses marques et d’achever de me convaincre.