www.leslibraires.fr
Esprit d'hiver

Esprit d'hiver

Laura Kasischke

Christian Bourgois

  • 12 juin 2016

    C'est dans un climat toujours aussi anxiogène que Laura Kasischke nous livre son nouveau roman. S'il n'a pas la force d'envoûtement de Les Revenants, l'empreinte de Kasischke est omniprésente.
    L'esprit d'hiver, malfaisant, flotte, s'éparpille au long des pages, brouille les pistes et nous emporte jusqu'au dénouement glaçant.
    C'est tout d'abord une idée de la maternité à travers l'adoption que Kasischke aborde dans ce livre, vient aussi celle de la vie choisie au prix de la stérilité. Tout cela dans une atmosphère ouatée où la folie rôde et nous aveugle.
    gracedubois


  • 1 août 2014

    famille, adoption

    Je me décide enfin à ouvrir ce roman. Je dois avouer que les premières pages et le récit ont été difficiles à appréhender. La narration tourne sur elle-même, certaines phrases reviennent tel un mantra.

    Et puis il y a le personnage de la mère, Holly, désespérément accroché à sa fille. Qui ne cesse de l'appeler, que c'est énervant, à l'âge où les ados ont besoin d'air et d'espace.

    Ce huis clos devient oppressant, et seules les échappées en Russie offrent un peu d'air.

    Même les créations de Steve Jobs prennent des airs mystérieux.

    Mais bien sûr, Laura Kasische est un grand écrivain, et rien, dans son roman, n'est gratuit. Tous les détails trouvent une fin logique lors des dernières pages.

    L'image que je retiendrai :

    La phrase-mantra : "Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux !"

    http://motamots.canalblog.com/archives/2014/07/12/30015456.html


  • par (Librairie Richer)
    2 décembre 2013

    Holly se réveille au petit matin le 25 décembre, jour de noël et va dans la chambre de sa fille comme d'habitude, voir si tout va bien, et bien sûr que tout va bien, pourquoi en serait-il autrement ? Elle retourne donc se coucher mais reste tout de même perturbée par quelque chose, difficile de savoir quoi, juste une impression, comme un pressentiment. Elle est dans un demi-sommeil, elle sent qu'elle a rêvé à quelque chose d'important mais elle n'arrive pas à savoir quoi. Elle essaie de ne pas se réveiller trop vite, de peur de laisser échapper son rêve. Cette journée de noël s'annonce étrange, un blizzard peu ordinaire se lève, venant ajouter à l'atmosphère inquiétante.
    Le livre se déroule en une seule journée, une journée de réveillon dans une opacité étrange. La tension monte, le malaise grandit, jusqu'à la claque finale, vous laissons KO. Génial.


  • par (Librairie Le Neuf)
    27 novembre 2013

    « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux, pensa Holly ce matin de Noël. »

    13 ans plus tôt, Tatiana avait été ramenée de l’orphelinat Pokrovka n° 2 en Sibérie par Holly et Eric. Tatiana est désormais une jeune adolescente. Elle attend avec sa mère l’arrivée de
    sa famille au complet pour le repas de Noël. La neige et le blizzard font leur apparition. Il est impossible de circuler tant la neige bloque les routes.

    Tous les invités vont tour à tour
    faire faux bond. Holly et Tatty vont vivre un huis clos obsédant et glaçant ce 25 décembre...


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    2 octobre 2013

    Un Noël que vous n'aimeriez pas vivre...

    Cette histoire pourrait être celle de Laura Kasischke, empreinte d'un réalisme et d'une précision tels, qu'on parierait qu'elle a réellement visité cet orphelinat situé en ex-URSS et franchit les portes closes de la pièce interdite. L'écrivain de la solitude nous porte vers de nouvelles thématiques, celles de l'adoption et des difficultés à écrire, nous livrant ainsi, un de ses romans les plus personnels. C'est le matin de Noël mais Holly n'a pas le cœur à festoyer. Elle s'est réveillée en retard, son mari est parti hâtivement à la rencontre de ses parents et Tatiana, sa fille, l'attend le cœur plein de reproches. Tout cela commence bien mal mais comment cela finira-t-il ? Un roman marquant qui très longtemps restera présent...


  • par (Les Lisières à Villeneuve d'Ascq)
    1 octobre 2013

    C'est le matin de Noël et Holly ne s'est pas réveillée. Il est tard, bien trop tard, et une étrange atmosphère pèse sur la maison familiale. Est-ce la tempête de neige et le blizzard qui créent cette pesanteur ? Est-ce l'absence du mari, parti chercher ses parents à l'aéroport, qui met les nerfs d'Holly à rude épreuve ? Est-ce le comportement de sa fille Tatiana, d'ordinaire si tendre et aimante, qui chamboule l'équilibre de la famille ?
    Ce Noël n'est décidément pas une réussite... Laura Kasischke parvient à créer cette ambiance terrible qui ne laisse rien présager de bon, elle conserve le mystère jusqu'à l'ultime page, qui éclaire enfin l'ensemble de l'intrigue !
    Un roman impressionnant par une auteure incroyable qui joue avec les mots autant qu'avec les sentiments pour berner le lecteur du début à la fin...


  • par (Fontaine Auteuil)
    23 septembre 2013

    Excellent

    Avec son dernier roman, Kasischke nous offre un huis clos magistral entre une mère et sa fille un matin de Noël.
    Dissimulant les indices tout au long de son récit, elle mène son lecteur par le bout du nez. Envoûté par le charme de cette histoire qui fait jouer tour à tour suspens psychologique, obsessions et questionnement existentiel, Kasischke manie avec brio l'art de la déroute.
    Le lecteur ne distingue plus le vrai du faux et cette ambiguïté procure une sensation de malaise.
    La chute est terrible, glaçante, cruelle!!!
    Ames sensibles s'abstenir...


  • par (Librairie Alpine)
    16 septembre 2013

    Huit clos époustouflant.

    Nous sommes au 25 décembre dans une famille en apparence unie.
    Secrets et atmosphère pesante sont au rendez vous pour ce nouveau roman.
    A lire absolument !


  • 2 septembre 2013

    Ce devait être un Noël comme les autres pour Holly et sa famille : la préparation du repas, l’arrivée des invités, l’impatience d’ouvrir les cadeaux. Mais ce matin-là, tout va mal. Holly se lève trop tard. Alors que son mari file en râlant récupérer ses vieux parents à l’aéroport, Holly reste seule avec sa fille adoptive Tatiana, ramenée de Sibérie 15 ans plus tôt. Elle essaie de rattraper son retard mais un malaise sourd l’empêche d’avancer dans ses taches. Et puis, Tatiana n’est pas comme d’habitude, elle ne fait rien pour l’aider, multiplie les reproches et les remarques acerbes. Dehors, le blizzard se renforce. Effrayés par la tempête de neige, les invités se décommandent, laissant Holly seule avec une inquiétude lancinante et une adolescente revêche.

    Une situation banale qui insidieusement devient cauchemardesque, un huis-clos angoissant, un suspense psychologique… tout le talent de Laura Kasischke qui sait si bien distiller des touches de noirceur dans une ambiance froide et aseptisée.
    De l’histoire, il ne faut rien dire sous peine de déflorer l’intrigue mais la tension monte tout au long des pages, il est quasiment impossible de lâcher le livre et ce n’est qu’à la toute dernière page que tout prend sens.
    Oscillant entre conte de Noël et thriller psychologique, entre banalité et folie, l’"Esprit d’hiver" ne finira de hanter ceux qui s’y frotteront. A lire absolument!!


  • par (Fontaine Villiers)
    31 août 2013

    J'ai voulu être mère

    Ce matin de Noël, la journée de Holly et Eric, couple quadragénaire, commence mal. Ils se réveillent en retard, ce qui va désorganiser le programme de la journée, et leur fille adolescente, Tatiana, semble de mauvaise humeur. De plus, une violente tempête de neige va se déclencher quelques heures plus tard et va empêcher Eric de revenir de l'aéroport où il est parti chercher ses parents venus pour les fêtes, et amener les autres invités à se décommander aussi.
    C'est donc un tête à tête de plus en plus tendu que vont vivre mère et fille. D'incidents en incidents, Holly va voir resurgir son passé: les voyages en Sibérie à l'orphelinat, l'adoption de Tatiana, et prendre conscience de tout ce qu'elle a occulté pendant toutes ces années.
    Dans ce très beau roman psychologique, Laura Kasischke explore les affres de l'adoption, les rapports mère fille, et les tourments des adolescentes qui sont si souvent présentes dans son œuvre.
    Un livre très réussi et percutant, qui analyse avec réalisme le fonctionnement de l'âme humaine.
    A lire absolument.


  • par (Librairie La Galerne)
    25 août 2013

    Brillantissime!

    Les romans de Laura Kasischke sont une plongée dans ces banlieues américaines parfaitement lisses, où il est souvent question de dérapage au coeur d'une nature qui reprend ses droits. Ce dernier opus ne déroge pas à la règle : une tempête de neige bloque une mère de famille et sa fille le matin de Noël. Un huis clos à l'atmosphère tendue et envoûtante, parfaitement maîtrisé et brillamment construit. C'est ironique, caustique et assez dingue !
    Brillantissime !


  • 24 août 2013

    A LIRE!!!

    J'ai toujours beaucoup aimé les romans de Laura Kasischke. Cette ambiance confinée et ces univers nimbés d’irréels font d'elle un écrivain vraiment à part.
    "Esprit d'hiver" ne faillit pas à la règle et nous retrouvons ici le huis-clos cher à l'auteur.
    C'est le jour de Noël. Holly et sa fille,Tatiana sont toutes les deux coincées chez elles. Les invités ne viendront pas, le blizzard paralyse la ville.
    Holly, qu'une impression angoissante obsède depuis ce matin, se fait une raison et décide alors de profiter de l'occasion pour passer du temps avec sa fille, en pleine crise d'adolescence depuis peu.

    "Quelque chose les avait suivi depuis la Russie jusque chez eux"
    Voilà ce qui revient en boucle dans l'esprit d'Holly en ce matin de Noël.
    La Russie. Pays de naissance de Tatiana.
    Holly replonge dans ses souvenirs, émouvants et douloureux. : la maladie, l'hérédité, l'adoption, la vie avec un enfant...
    Rien ne se passe comme elle le prévoit et le dialogue entre elle et Tatiana est difficile, violent, rempli d'incompréhension et de colère.
    La journée se passe ainsi entre flash-back, colère et silence, pour au final laisser le passé resurgir.
    L'apothéose se trouve dans la dernière page du livre, que j'ai relu plusieurs fois tellement ce fut un choc.
    L'écriture est maîtrisée à la perfection. Les thèmes abordés sont profonds et ne peuvent laisser personne de marbre,
    Le travail de la traductrice, Aurélie Tronchet, est remarquable.
    Elle a su choisir les mots justes, et tout dans ce roman est lourd de sens : le vocabulaire, les répétitions, les silences...
    Un roman qui me hante depuis que je l'ai refermé...
    Ma "claque" de la rentrée littéraire 2013!


  • par (Fontaine Auteuil)
    23 août 2013

    Noël en huis clos

    Dans ce nouveau roman, Laura Kasischke, nous transporte un matin de Noël, où une mère et sa fille se retrouvent seules dans leur maison bloquées par un blizzard. La jeune fille semble montrer un comportement plus qu'étrange...
    Ce huit clos est à la fois angoissant et captivant, et monte en puissance jusqu'à découvrir une chute remarquable!


  • 23 août 2013

    "Esprit d’hiver" ou comment Laura Kasischke joue avec nos nerfs avec brio !

    En ce jour de Noël, Holly réveillée tard a une impression étrange. Son mari Eric est déjà parti chercher sa famille à l’aéroport chercher ses parents et leur fille Tatiana adoptée treize ans plus tôt en Sibérie dort encore. Une pensée obsède Holly « quelque chose les avait suivie depuis la Russie » et elle a l'impression de changements confus ces derniers temps. Tatiana d’habitude enjouée se montre d’humeur changeante. Holly ne comprend pas pourquoi. Mais elle met cette humeur sur le compte de l'adolescence et ne veut pas s'énerver contre sa fille. Les éléments semblent se liguer contre Holly. La neige se transforme en un blizzard : Eric est bloqué et aucun des invités ne sera présent ce qui rend furieuse Tatiana. De plus, d’étranges accidents surviennent dans la maison. Tatiana assène sa mère de reproches que ne sait plus quoi penser...

    Tout le roman se déroule entre la cuisine et la chambre de Tatiana. Un confinement qui rend encore plus oppressante l’ambiance de ce huis clos hypnotique. Les réflexions d’Holly sur l’adoption, ses envies d’écriture et les souvenirs enfouis, le comportement étrange de Tatania desservent une fin terrifiante ! Car à la dernière page, le puzzle est assemblé et tout le roman nous revient en mémoire. J'ai été scotchée, sonnée car la lumière jaillit sur cet effroyable huis clos...

    Je suis sortie très mal à l'aise de cette lecture et il m'a fallu plusieurs jours pour me défaire de ce sentiment. Laura Kasischke nous plonge dans une relation mère-fille, dans les questions légitimes en cas d'adoption et nous ferre habilement.
    Avec du recul, il s'agit d'une lecture dérangeante dont on ne sort pas indemne mais un roman fascinant et donc totalement réussi !


  • par (Librairie Ravy)
    22 août 2013

    Dès son réveil en ce matin de Noël, Holly sent, sait que quelque chose ne va pas. Elle a dormi trop tard et c’est le premier des incidents qui vont ponctuer cette journée qui devait être parfaite et qui va tourner au cauchemar. Tout devient extra-ordinaire : un blizzard inattendu empêche sa famille et ses amis de la rejoindre pour le repas. Holly est seule avec Tatiana sa fille adoptive de 15 ans, enfant parfaite, idéale qui l’agresse sans cesse et sans raison valable. Ce comportement incompréhensible plonge Holly dans ses souvenirs : les circonstances de l’adoption, l’orphelinat très pauvre en Sibérie, la beauté de Tatiana dès son plus jeune âge.
    Laura Kasischke a un talent fou pour plonger le lecteur dans son univers étrange, très poétique, mais ancré dans une réalité qu’elle détaille au maximum. On retrouve ses thèmes de prédilection : l’adolescence, la folie, un quotidien très, trop réel. A chaque nouveau roman elle nous surprend, nous piège, nous époustoufle !
    Valérie


  • par (Librairie L'Armitière)
    22 août 2013

    Sombre Noël

    Mon gros coup de coeur parmi les livres que j'ai lu pour cette rentrée littéraire. Tout se passe le jour de Noël. C'est un huis-clos entre une mère et sa fille adoptive. Le père est allé cherché ses parents à l'aéroport mais reste bloqué là-bas à cause d'une tempête. Le roman commence précisément lorsque la mère se réveille. Une phrase lui trotte dans la tête. Comme elle, le lecteur perçoit un malaise mais sans savoir pourquoi. D'une virtuosité impressionnante, c'est une intrigue extrêmement construite. Jusqu'à la fin, je me suis fait balader... mais tout s'explique, tout se met en place lors des deux dernières pages. À la fois très réaliste, le roman flirte parfois avec le fantastique comme si tout cela n'était qu'un rêve. L'espace- temps, l'univers domestique, les racines... toutes ces notions se troublent. En arrière-plan, c'est aussi une critique de la société américaine que fait aussi l'auteure. J'aime aussi beaucoup le titre que je trouve très poétique. Bref, c'est à lire !


  • par (Librairie Dialogues)
    17 août 2013

    Laura Kasischke réussit une nouvelle fois à créer une ambiance inquiétante où le froid est l'amant de l'étrange, où la culpabilité se mêle aux souvenirs, où une femme semble être tourmentée par son passé qui la rattrape inéluctablement.
    Pour moi c'est l'une des plus brillantes romancières de la littérature anglo-saxonne. Depuis A suspicious River (un de mes préférés) qui reparaît en poche pour l'occasion, elle s'est installée sur la scène internationale et joue avec brio avec les nerfs de ses lecteurs.


  • par (Librairie La Buissonnière)
    17 août 2013

    Blizzard intérieur

    "Esprit d'hiver" dévoile subrepticement, en finesse, par un matin de Noël calme les relations perfides entre une mère et sa fille adolescente. Au coeur de la maison, dans un univers ouaté, confiné, tandis le blizzard et la neige s'intensifient à l'extérieur, le face à face entre ces deux femmes devient plus rugueux, plus abrupt. L'incompréhension réciproque s'installe. Un élément étranger, perturbateur, s'est glissé, négligent l'harmonie jusqu'alors régnante. L'amertume envahit l'espace clos. Aucune échappatoire n'est possible sauf à traquer la vérité et le passé. "Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux".