www.leslibraires.fr

L'étranger

Albert Camus

Folio

  • 8 novembre 2014

    Ce premier roman d'Albert Camus se situe dans son cycle de l'absurde et cet épisode d'un jeune homme tuant un "arabe" sera mentionné dans La Peste, mon roman préféré de l'auteur. Camus résumait ce roman ainsi: “Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort." Et l'enchaînement des évènements qui ne soient dûs qu'au hasard prouve en effet l'absurdité de l'existence. J'ai apprécié cette écoute, et sans doute davantage encore parce que la lecture qu'en fait l'auteur donne un côté suranné à ce roman, ce qui m'a permis de passer outre certains aspects du roman qui m'auraient gênée dans un contexte contemporain. Parce que dans ce roman, le meurtre de l'arabe est quasiment anecdotique, si Meursault est officiellement condamné pour ce meurtre, ce n'est pas la raison réelle et bien sûr, c'est extrêmement gênant pour le lecteur du XXIe sicèle de voir que la victime n'a aucune importance, elle ne sera d'ailleurs jamais nommée. Par contre, je me suis très bien habituée à la froideur du narrateur.