www.leslibraires.fr
Une dernière danse

Une dernière danse

Victoria Hislop

Le Livre de poche

  • 26 février 2018

    Londres, 2001. Sonia, coincée dans un mariage routinier et ennuyeux, s'inscrit sur un coup de tête à un cours de salsa. Très vite, la danse devient sa bouffée d'oxygène et elle décide même de se rendre à Grenade pour se perfectionner. Avec Maggie, sa meilleure amie, elle découvre la ville andalouse, les cours de salsa et le flamenco. Mais tandis que Maggie passe ses nuits à faire la fête et ses matinées au lit, Sonia explore Grenade et prend ses habitudes chez Miguel, le tenancier d'El Barril, un petit bar de la plaza Nueva. Le vieil espagnol et la jeune anglaise sympathisent et, quand Sonia s'intéresse aux vieilles photographies qui décorent l'endroit, Miguel entreprend de lui raconter l'histoire de la famille Ramirez, les anciens propriétaires d'El Barril. Son récit commence en 1931 alors que l'Espagne inaugure la Seconde République. Concha et Pablo Ramirez sont les parents de quatre beaux enfants, trois garçons et une fille. Leurs trois fils se disputent souvent mais la famille est unie et tout le monde adore Mercedes, la petite dernière. Pourtant, la politique va faire des ravages dans cette famille auparavant sans histoires. La République est décriée, puis menacée, et enfin attaquée par les nationalistes. Les parents tentent de rester neutres afin de conserver tous leurs clients. Antonio est un républicain convaincu, Emilio ne se mêle pas de politique mais son homosexualité en fait la cible des fascistes et Ignacio, qui torée sous le nom d'El Arrogante, adhère aux idées franquistes. Quant à Mercedes, elle ne vit que pour le flamenco. Bailaora exceptionnellement douée, elle vibre sous les notes de guitare de Javier Montero, le guitarrista gitan dont elle est follement amoureuse. Et puis la guerre éclate, qui va déchirer l'Espagne durant trois longues années...

    Après un début en demi-teinte où Victoria Hislop, fidèle à elle-même, raconte sans nuances les déboires d'une jeune anglaise mal mariée qui s'épanouit en dansant, l'histoire prend son rythme de croisière quand vient l'histoire des Ramirez et de la guerre civile espagnole. Là, l'auteure nous plonge dans les années noires de l'Espagne et le tragique destin d'une famille comme tant d'autres, déchirée par les douloureux évènements de cette lutte fratricide qui divisa le pays et aboutit à la longue dictature de Franco. Arrestations en série, exécutions sommaires, tortures et humiliations seront le lot des républicains à mesure que les nationalistes gagnent du terrain. Elle évoque aussi la Retirada et l'accueil frileux de la France qui vit d'un mauvais œil l'arrivée de tous ces ''Rouges'' et n'hésita pas à les parquer comme des bêtes sur les plages du Sud, dans le vent et le froid, sans la moindre compassion pour les perdants de la guerre contre le fascisme.
    Les Ramirez, aux tempéraments très marqués, lui permettent d'aborder tous les aspects de la guerre, de l'optimisme des premiers combats à l'exil, de la coalition entre les nationalistes, les propriétaires terriens et le clergé à l'arrestation de tous les contestataires, de Guernica au siège de Madrid, de la terreur à l'envoi des enfants en Angleterre.
    Au final, cette Dernière danse est une belle histoire, tragique et émouvante, une histoire de feu et de sang, d'amour et de larmes, bercée par les accords fougueux du flamenco.


  • par (Librairie Ravy)
    25 juin 2015

    Bouleversant

    Une belle histoire de famille rythmée par les danses espagnoles que les personnages nous font aimer avec passion. Un café à coté de l'Alhambra sert de décor à un secret de famille bien gardé où l'atmosphère fraternelle s'oppose aux violence du monde, en particulier au régime de Franco pendant la guerre civile espagnole.
    Bouleversant !
    Christine


  • par (Fontaine Passy)
    9 mai 2015

    Venue de Londres pour prendre des cours de danse, Sonia ignore tout du passé de la ville quand elle arrive. Elle se sent revivre dans cette cité andalouse, quand elle atterrit au café El Barril. Dans son périple avec son amie Maggy, Sonia fera la connaissance de Miguel, propriétaire ce bar. Le vieux va alors lui faire remonter le temps: 1930, la passion de Mercedes, danseuse de flamenco, pour un jeune gitan guitariste hors pair, la guerre civile où chacun choisit son camp, Garcia Lorca..Victoria Hislop parvient à mêler la grande Histoire avec celle de la famille Ramirez où la fatrie va se déchirer entre résistance, soumission au pouvoir montant, ou fuite. Comme dans ces deux précédents romans, l'auteur y relate une période difficile d’un pays et écrit une saga époustouflante.