www.leslibraires.fr

Le Règne du vivant

Alice Ferney

Actes Sud

  • par (Librairies de Port Maria)
    8 juillet 2015

    Jusqu'où pouvons nous aller par idéal, sans perdre son âme? Accepter le compromis est-ce abdiquer? Cest à ces questions - entre autres - que le jeune Gerald ca être confronté en côtoyant Magnus Wallace, véritable incarnation littéraire du capitaine Paul Watson (membre important de Greanpeace puis fondateur de Sea Shepherd).
    Roman d'aventure, manifeste écologiste, ode à la Terre (Mer), ce nouveau livre d'Alice Ferney est tout cela à la fois.
    Fascinant.


  • par (Librairie L'Odyssée)
    23 octobre 2014

    Un beau plaidoyer

    Comme toujours, Alice Ferney nous emporte, nous transporte.
    Ce roman se lit comme un documentaire, on s'y croirait. Une fois la lecture achevée, une seule envie : se battre pour notre planète, partir au bout du monde sauver des baleines et autres animaux marins en danger, et ouvrir les yeux aux gouvernements qui laissent faire, sans rien dire...
    Un roman militant époustouflant!


  • par (Librairie Athenaeum)
    26 septembre 2014

    Compliments !

    Histoire qui force l'admiration mais aussi la culpabilité du lecteur pour ce militant écologiste "jusqu'au boutiste" ...
    Très beau roman sur la force des convictions et l'impuissance dans un style démonstratif.
    Compliments !


  • 25 août 2014

    D'abord intrigué par le capitaine Wallace et pour tenter de le comprendre, Gérald Asmussen jeune journaliste norvégien embarque avec lui et son équipe pour une campagne. Magnus Wallace est un activiste écologiste, un homme qui n'a pas peur de dire ce qu'il pense et qui agit. Fondateur de Gaïa, il sillonne les mers à traquer ceux qui chassent la baleine dans les zones protégées. Il n'hésite pas à braver les lois. Héros pour certains, terroriste pour d'autres, son engagement pour la planète est entier.

    A bord du bateau, le journaliste filme la campagne et enregistre les témoignages de l'équipe. Tous sont convaincus de l'urgence à ce que que l'opinion publique prenne conscience de la situation. Et en tant que lecteur, on se retrouve à bord de l'Arrowhead sur les océans. On vit l'attente, on ressent la détermination des équipages qui n'ont pas le même but : celui des militants de Gaïa et celui des braconniers des mers, ces bateaux suréquipés ou qui se dissimulent derrière des soi-disant "recherches scientifiques".
    Du massacre des baleines aux courses contre les chasseurs, du ballet grandiose de ces mammifères marins au cercle économique, des conférences publiques bien orchestrées de Wallace, ce capitaine qui possède l'aura et la légende des héros à l'écologie, des victoires aux défaites, cet hymne à l'océan et au règne animal soulève des questions fondamentales.
    J'ai eu envie de hurler face aux gouvernements qui ferment les yeux sur cette pêche illégale, j'ai eu le cœur fendu de larmes ( les scènes de mort des baleines sont douloureusement dures). Et si j'ai été gagnée par un sentiment d'impuissance face aux multinationales qui règnent grâce à l'argent, la beauté des océans et de ses habitants que l'on doit protéger saute aux yeux.
    Un livre engagé qui ne peut laisser personne indifférent !