L'ours est un écrivain comme les autres

L'ours est un écrivain comme les autres

William Kotzwinkle

Cambourakis

  • par (Fontaine Victor Hugo)
    21 janvier 2015

    L'auteur vise juste

    Arthur Bramball, professeur d’université sans relief, décide de se retirer dans une cabane à la campagne dans pour écrire le roman ultime. Une fois son manuscrit achevé, un incendie ravage sa cabane et son livre part en fumée. N’ayant fait aucune sauvegarde et tapant à la machine, Bramball, dans un état second, réécrit son roman et décide cette fois de cacher son manuscrit dans un tronc d’arbre. Poussé par la faim, un ours traîne autour de la maison, découvre la mallette contenant le manuscrit ainsi que le roman de Bramball. L’animal emporte le manuscrit et décide de le faire publier sous son nom. A partir de ce moment, l’ours va devenir la nouvelle coqueluche des médias, son roman sera acclamé par la critique tandis que Bramball va sombrer dans une grave dépression.
    Ecrit en 1996, L’ours est un écrivain comme les autres n’en reste pas moins d’une actualité stupéfiante et demeure plus que jamais une satire acerbe du milieu intellectuel américain et des médias. Tout le monde en prend pour son grade : de l’attachée de presse complètement hystérique, au journaliste incompétent et superficiel, en passant par le critique littéraire imbu de sa personne… Il n’y a guère que l’ours qui échappe à la plume inquisitrice de l’auteur. A l’image de la couverture (un petit bijou de visuel kitsch), l’ours-auteur séduit la gent féminine par son charisme animal, impressionne les journalistes par son calme et ses rares propos qu’il grogne du bout des babines ; et bien sûr, sa ressemblance « criante » avec Hemingway va achever tout ce beau monde, persuadé de tenir le prochain grand auteur américain. On se délecte du sens de l’absurde de l’auteur et on rit du début à la fin avec cette savoureuse farce.


  • par (Librairie du Golfe)
    20 janvier 2015

    L’ours est un écrivain comme les autres

    Quand un ours devient écrivain, quand un écrivain-ours ne pense qu’à manger, quand un ours devient un personnage charismatique du monde des lettres, on ne peut que reconnaitre nos medias existants.
    On rit de la première à la dernière page.


  • par (Le Passage Culturel)
    1 novembre 2014

    Un roman pas comme les autres

    Arthur Bramhall est décidément un écrivain très malchanceux. Après avoir vu son manuscrit de "Désir et destinée brûler dans un incendie, il décide de le réécrire et de l'enterrer. C'était sans compter sur la curiosité débordante d'un ours qui voit dans ce livre l'occasion rêvée de devenir enfin un homme. Mieux que cela, il sera écrivain.

    La carrière de l'ours Dan Flakes est lancée et la critique crie au génie. Ni son besoin irrépressible de manger des tonnes de miel, ni celui de se rouler par terre ne le feront démasquer. Au contraire on encense sa fibre écologique et son mépris des convenances, et le voila bientôt comparer à Hemingway!

    Nous voici en présence d'un bijou d'humour grinçant et de loufoquerie, qui peut tout à la fois se lire comme une satire du milieu éditorial et de la société de consommation où l'auteur n'est bon qu'à faire de l'argent (y compris si c'est un ours) et comme un conte à l'imagination débridée où le comique de situation nous ravira.

    Assurément le roman le plus drôle de cette rentrée littéraire, à la couverture magnifiquement évocatrice.


  • par (Le Merle Moqueur)
    27 octobre 2014

    Absurde mais réfléchi !

    Arthur Bramhall est l'écrivain maudit de "Désir et destinée". Terrorisé par la possible perte de son manuscrit, il l'enterre dans une forêt, loin de tout risque.
    Un ours le trouve, le lit (le trouve bon!) et part se faire éditer à New-York. Auteur taciturne, fantasque et se souciant peu des conventions, il fait un tabac !
    Un roman drôle et absurde, non dénué de réflexion.