www.leslibraires.fr
Je me suis tue

Je me suis tue

Mathieu Menegaux

Grasset

  • 19 mai 2015

    le silence

    Du fond de sa cellule à la prison de Fresnes, Claire, la quarantaine, plutôt gâtée par la vie, avec la volonté de tout contrôler autour d'elle, nous livre une confession: celle qu'elle a refusée à son mari, à ses proches et même à la justice pour expliquer le crime odieux qu'elle a commis.
    Un livre bouleversant qui nous raconte une histoire poignante dans laquelle l'héroïne a choisi de garder le silence - je me suis tue - de ne rien révéler de ce que fut son calvaire et qui va l'amener inexorablement vers une issue fatale.
    Que dire de l'auteur? sinon reconnaître son mérite de s'être glissé dans l'intimité d'une femme. Chapeau!
    Un livre qu'on lit d'une traite, qu'on ne lâche pas parce qu'on a envie de savoir...


  • par (Fontaine Passy)
    8 mai 2015

    Claire, la quarantaine, a une vie heureuse et aisée avec Antoine, jusqu'au jour où un événement décisif se produit. Au cours d'une soirée chez des amis, Claire souhaite partir plus tôt en prétextant qu'elle est fatiguée et qu'elle souhaite rentrer se reposer. Sur la route du retour elle est victime d'un acte odieux, inhumain qu'elle fait passer sous silence. Elle y arrive mais ne pense pas aux conséquences...qui la font basculer du côté le plus obscur..;l'acte irréparable, le crime le plus insupportable. Dans sa cellule de la maison d'arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous raconte l'enchaînement de tous ces événements.
    Impressionnantes ces phrases et ces émotions écrites de la main d’un homme... L'intrigue est remarquablement menée. Nous ne pouvons décrocher de ce roman poignant et à couper le souffle. Premier roman qui vous marque pour longtemps!


  • 2 avril 2015

    Comment vous parler de ce livre sans en dire de trop? On découvre Claire la narratrice dans sa cellule de la maison d'arrêt des femmes à Fresnes où elle est emprisonnée depuis deux ans. Une femme au début de la quarantaine en couple avec Antoine, un poste de DRH, une vie aisée. Que peut faire une telle femme en prison? Et plus précisément dans un quartier isolé à l'abri des autres détenues. Forcement ça titille, on sait que ces femmes par leurs crimes (ou leurs faits) sont très mal perçues par les autres détenues. Son procès s'est déroulé et elle attend le verdict. " Je suis entrée dans ce procès sans aucune chance d'en sortir libre". Car même à son avocate, elle n'a pas voulu dire toute la vérité et qu'elle était d'abord une victime. Elle porte son secret en silence. Mais elle va l'écrire à Antoine pour qu'il sache ce qui s'est passé " J’écris pour que tu comprennes et que tu cesses de me haïr. Et j’écris pour vous, policiers, citoyens, magistrats, journalistes, prompts à embastiller en prétextant la recherche de la vérité. Vous la voulez, la vérité ? Lisez."

    Antoine et Claire : un couple idéal et heureux. Jusqu'au jour où un événement se produit. Claire décide de se taire, de l'oublier, de faire comme si de rien de tout cela n'était arrivé. Et elle y arrive tant bien que mal. Sauf qu'elle n'avait pas prévu qu'il pouvait y avoir une conséquence. Une seule, et elle change sa vie et celle d'Antoine. Le bonheur peu à peu se transforme en poison dans le couple. Alors, elle décide de commettre un geste odieux.
    Ni la justice, ni les psychiatres qui cherchent à comprendre ce qui a déclenché son acte n'arrivent à percer son fardeau. Claire s'est enfermée dans le mutisme.

    Ce roman m'a scotchée, ferrée, bouleversée ! L'auteur dont c'est le premier roman se glisse dans la peau de Claire et on a cette sensation que ce livre a été écrit par une femme. Et on comprend Claire et son choix d'avoir gardé son secret, on ne peut que la comprendre et ça fait terriblement mal en même temps. En tant que lecteur, on connait toute son histoire et on est poussé dans nos retranchements. Mais une autre vérité surgit. Encore plus terrible.

    Cette lecture est impossible à lâcher une fois commencée, elle nous secoue dans tous les sens, nous fait chavirer et laisse une trace indélébile !