www.leslibraires.fr

La folle rencontre de Flora et Max

Page Martin / Pierré Coline

École des Loisirs

  • 28 août 2016

    Un superbe roman à deux voix

    Un jour d'octobre, après avoir découvert une photo de Flora sur Facebook -bien qu'il ne la connaisse pas, alors qu'ils ont fréquenté le même lycée- Max adresse une lettre à celle-ci. Ils ont en commun l'enfermement, ainsi qu'un avenir à se réinventer.

    Flora a été condamnée à six mois ferme, pour avoir violemment frappé la fille qui la harcelait.
    Depuis qu'il a quitté le lycée suite à une grave crise d'angoisse, Max ne sort plus de chez lui.


    Grâce à ce bel échange épistolaire, le lecteur entre dans le monde de Flora et Max par petites touches, découvrant petit à petit grâce à leurs confidences, pourquoi leurs vies ont basculé. De cette superbe histoire à deux voix, va naître un soutien mutuel, une force, un formidable projet d'avenir, afin que chacun puisse trouver sa place à l'extérieur, se construire un avenir plus serein.

    «La folle rencontre de Flora et Max» est un roman-pépite, un roman touchant, une ode à l'audace (scolaire). Un roman à lire, absolument.

    © Les Chroniques de Mlv - 28-08-2016

    http://www.slog.fr/les_chroniques_de_mlv/11370/blogs/LES-CHRONIQUES--DE-MLV-LA-FOLLE-RENCONTRE-DE-FLORA-ET-MAX


  • par (Fontaine Sèvres)
    17 mai 2016

    Flora a été condamnée à six mois de prison pour l'agression d'une camarade de classe qui l'a harcelée. Ses amis et même sa famille ne comprennent pas sa situation et elle se sent seule, elle n'a plus personne sur qui compter. Hormis, peut-être, Max. Ce jeune garçon, qui était dans le même lycée, est lui aussi enfermé. Mais, dans son cas, cette retraite est volontaire. Il a peur du monde extérieur et ne supporte plus de quitter sa maison. Un jour, il entend parler de l'histoire de Flora et décide de lui envoyer une lettre. Elle sera la première d'une grande correspondance.
    Cette histoire semble très inspirée d'un autre roman édité aux mêmes éditions : Lettres de l'intérieur de John Marsden. On retrouve le même type de personnages : deux adolescents pris au piège dans un monde qu'ils ne comprennent plus et qui ne semble pas les comprendre. Ici, tout l'intérêt du roman repose surtout sur Max. Son enfermement est physique et psychologique, mais il est voulu. Ses échanges par lettres avec Flora nous permettent de nous mettre à la place de deux types de personnes. Les prisonniers du système carcéral et les prisonniers de notre société. Car nos deux héros sont les victimes de la société et de sa violence. Flora a été victime de harcèlement scolaire et n'a trouvé d'autre moyen de se défendre que de répondre par la violence physique. Alors que Max a été terrorisé par la réalité du monde et a préféré fuir devant l'adversité. Heureusement, ce roman épistolaire très bien mené nous offre un regard optimiste sur la situation des enfants perdus.
    Dès 12 ans.


  • par (Fontaine Victor Hugo)
    1 mai 2016

    « On devrait se permettre d'aller à la rencontre de ceux qu'on ne connaît pas. »
    Cette rencontre, c'est Max qui va la provoquer en décidant, un beau matin, d'envoyer une lettre à Flora après avoir lu dans les journaux l'annonce de son incarcération récente. Alors qu'ils ne se connaissent pas, le jeune homme fait le choix d'aller vers elle car il perçoit une ressemblance entre eux. S'ensuivra un long échange épistolaire, comme un besoin d'échapper à leur prison respective...
    Un joli roman, plein de délicatesse, sur les doutes, les joies et les peurs des adolescents.


  • par (Librairie l'Esperluète)
    19 janvier 2016

    Flora et Max sont tous les deux prisonniers à leur manière... Alors qu'elle est en centre pour mineur après l'agression d'une camarade, lui est prisonnier des murs de sa propre maison, complètement bloqué par sa peur du monde extérieur... C'est reclus dans sa chambre qu'il va pourtant lui écrire une lettre, première d'une série de courriers qui vont permettre à chacun de faire un pas de plus vers leur liberté... Touchant !