Au vu des circonstances exceptionnelles auxquelles nous faisons face, nous avons décidé de suspendre temporairement la possibilité de passer commande de livres papier sur leslibraires.fr. Nous maintenons en revanche la vente d'ebooks. Pour tout savoir sur les ebooks, notre aide en ligne se trouve ici

Le Gang des rêves

Le Gang des rêves

Luca Di Fulvio

Slatkine et cie

  • 19 janvier 2017

    Christmas Luminita n'est encore qu'un adolescent vantard quand il rencontre Ruth Isaacson pour la première fois. Elle a 13 ans et vient de perdre son innocence, molestée, violée, amputée d'un doigt par Bill, le jardinier au rire aussi joyeux que trompeur. Pourtant, dans ce visage tuméfié et bleui par les coups, Christmas ne voit que deux yeux vert émeraude dont il tombe immédiatement amoureux. Mais l'apprenti gangster du Lower East Side, fils d'un violeur et d'une immigrée italienne devenue prostituée, peut-il espérer un avenir avec une riche héritière juive de Park avenue ?

    Un roman énorme ! Par son nombre de pages, par tous les thèmes qu'il brasse, par le plaisir de lecture qu'il procure.
    Le gang des rêves est le roman de l'immigration, de la misère, de la prostitution, des logements insalubres, du rêve américain pas toujours accessible, de la difficile intégration des étrangers sur leur terre d'accueil.

    C'est aussi un roman de gangsters, des mafias italienne ou juive, des flics corrompus, des casseurs de grèves, des bordels et des salles de jeu clandestines, du code d'honneur des voyous et des représailles sanglantes s'il est rompu.
    C'est aussi un roman d'amour, le pudique qui se tait mais qui agit, celui qui fait déplacer les montagnes, que ni le temps ni l'espace ne peut altérerhttps://www.leslibraires.fr/admin/v2/reviews/30959/edit/, qui fait d'un voyou une vedette.
    C'est aussi le roman de New York, d'Ellis Island à Park avenue, en passant par le Lower East side, Broadway ou Harlem, la ville de tous les possibles, de tous les rêves.
    C'est aussi le roman de l'Amérique du début du XXè siècle, des théâtres en plein essor, des premières radios libres, de la naissance d'Hollywood et du cinéma, des stars, des dérives.
    C'est aussi le roman de l'amitié à la vie, à la mort, celle qui fait redescendre sur terre quand on prend la grosse tête, celle qui fait accomplir des exploits parce qu'ensemble on est plus forts.
    Et, Le gang des rêves est aussi le roman de Christmas, Ruth, Cetta, Sal, Santo, Joey, Rothstein, Lepke, Bill, Karl, Cyril, les Isaacson, etc. Une galerie de personnages attachants ou détestables, courageux ou vils, doux ou dangereux, des hommes et des femmes qui ont vécu leur bout de rêve américain, ont réussi ou se sont brûlés les ailes. Des personnages devenus si proches au fil des pages qu'on peine à les quitter...Heureusement, ce n'est que le premier tome d'une trilogie, ce n'est donc qu'un au revoir.


  • par (Librairie Ravy)
    13 décembre 2016

    Entrez dans le gang des rêves, vous en sortirez chamboulés ! Venez rencontrer Cetta, Christmas, Sal, Ruth et les autres, ils sont tous inoubliables ! Un gros gros coup de cœur !
    Valérie


  • 15 juillet 2016

    New-York, immigration, années folles

    Ce pavé nous offre une véritable plongée dans le New-York des immigrés des années folles : chaque communauté dans un quartier ; les gangs qui rackettent les commerçants ; les enfants qui tentent de grandir dans les rues glaciales en hiver et fournaises en été.

    Etrangement, chaque communauté revendique son appartenance : Italiens, Irlandais, noirs ou Juifs, aucun ne se reconnaît Américain.

    Christmas, le héros du roman, arrivera-t-il à échapper au destin des jeunes de son quartier ? C’est un garçon qui n’a pas la langue dans sa poche et un culot monstre. Un jour, il croise la route de Ruth, jeune fille juive de très bonne famille.

    Mais derrière ce couple à la Roméo et Juliette se cache une ombre sombre, Bill, qui a violé Ruth et continue de la poursuivre.

    Le roman nous emmène également à Hollywood, nous montrant l’envers du décor.

    Il nous plonge dans une autre époque : celle où les hommes battaient femmes et enfants ; les femmes étaient toutes des grues (sauf ma mère). Cela n’a cessé de me gêner aux entournures tout le long de ma lecture. Cette époque semble définitivement révolue (quoique…)

    Attention, une fois que vous plongez dans ces pages, vous ne pourrez plus en ressortir sans en connaître la fin (un peu convenue, mais je pardonne à l’auteur qui m’a enchanté plus de 700 pages).

    L’image que je retiendrai :

    Celle du gang des Diamonds Dogs qui n’existe pas, et qui pourtant existera tout au long du roman.

    http://alexmotamots.fr/?p=2039