www.leslibraires.fr

Lady Helen, Tome 1, Le Club des Mauvais Jours

Alison Goodman

Gallimard Jeunesse

  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    7 novembre 2016

    Conseillé par la Librairie Sorcière Tire Lire à Toulouse

    Avril 1812, Londres en période pré-victorienne, sous la Régence. Lady Helen est une jeune femme vive et perspicace, issue d’une grande famille de la noblesse londonienne. Nous la découvrons peu de temps avant son entrée dans la cour et sa présentation à Sa Majesté la reine régente. Ce passage lui permettra d’aller de bals en bals et espérer un mariage avantageux. Mais Lady Helen n’est pas tout à fait comme les autres demoiselles de son âge. Se marier n’est que le cadet de ses soucis, et elle s’interroge beaucoup sur ses parents, sur l’opprobre que la société a jeté sur sa mère – à qui on lui interdit de ressembler ! Beaucoup d’interrogations lui brûlent les lèvres, mais elle n’a personne à qui les poser. Elle sait bien que sa tante lui répondrait qu’il est inapproprié pour une jeune fille de poser des questions… Et si la majorité du temps, elle arrive à se contenir, il lui arrive que son naturel revienne au galop, notamment lorsque sa servante lui apprend qu’une des bonnes de la maison a disparu et que son oncle ne semble rien faire pour la retrouver.

    Lady Helen ne peut pas s’empêcher de mener l’enquête, secondée de sa servante Derby. Sa courte investigation l’entraînera sur de lugubres chemins… Et c’est sans compter sur l’arrivée de Lord Carlston, un homme mystérieux et glacial, à la réputation sulfureuse… Cet homme, appartenant au club des mauvais jours, va ouvrir les yeux de Lady Helen sur une horrible vérité : des incubes et succubes ont envahi notre monde, et vivent parmi les Hommes. Dissimulés dans toutes les classes sociales, ils se nourrissent de l’énergie vitale de leur victime. Lady Helen est l’une des seules humaines à pouvoir lutter contre ces démons. Ses pouvoirs sont immenses… Mais si elle rentre dans ce combat, elle devra faire une croix sur la vie, certes parfois frustrante, mais facile, insouciante et faite de privilèges qui lui était offerte, et embrasser une vie que l’on considère comme licencieuse pour une femme, et où la souffrance est omniprésente.

    Voici le premier tome d’une trilogie qui s’annonce palpitante ! Alison Goodman signe ici un roman copieux où l’on se sent bien, où l’on a envie de découvrir la société londonienne pré-victorienne, mais aussi l’univers fantastique qui nous a été concocté ! Et puis le comportement finalement très féministe de l’héroïne dans ce milieu si misogyne n’est pas fait pour nous déplaire !… Avis à tous les amateurs de fantastique dans un cadre tout à fait original : à déguster très rapidement !


  • 4 novembre 2016

    Tout le monde peut choisir son destin

    Lady Helen Wrexall fait son entrée dans la haute société londonienne en 1812. Mais les valses, les robes chatoyantes et les futures promesses de mariages n'arrivent pas à cacher les questions qu'Helen se pose. Pourquoi la bonne de la maison est introuvable ? Quel mystère entoure la vie de sa mère, condamnée pour trahison ? Quel est ce meurtre horrible auquel aurait assisté sa meilleure amie ? Et surtout pourquoi Lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse, est mystérieusement de retour quelques années après la disparition de sa femme ? Seulement, en cherchant les réponses, Helen est loin de s'attendre au monde terrifiant qu'elle va découvrir...

    Une héritière rebelle, une intrigue sombre et des relations secrètes nous assurent une belle lecture. Ce drame inventif plaira, je pense, à tout les fans de fantasy gothique et de récits historiques avec ses créatures démoniaques. Découvrez cette héroïne qui doit choisir sa destinée tout en sachant que la survie du monde en dépend !

    Marion, 16 ans


  • par (Fontaine Villiers)
    16 octobre 2016

    Londres 1812. La jeune Lady Helen Wrexhall s'apprête à être présentée à la cour, moment crucial dans la vie d'une jeune fille de la Régence anglaise. Moment d'autant plus crucial que son oncle se montre intraitable à son sujet: afin de faire oublier la désastreuse réputation de sa mère, Helen se doit d'être irréprochable. Cependant, de troublants évènements surviennent dans l'entourage proche d'Helen: une jeune bonne disparait et elle fait la rencontre de Lord Carlston, un cousin éloigné à la réputation sulfureuse. Lorsqu'il apprend à la jeune femme qu'il fait parti du Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons infiltrés dans la bonne société, Helen est mise en face de son passé et doit faire choix terrible...

    Premier tome d'une nouvelle série mêlant récit historique fouillé à une intrigue fantastique qui ravira les passionnés du genre, "Le Club des mauvais jours" est une série prometteuse. L'univers dans lequel évolue Lady Helen est particulièrement bien rendu, dans toute sa complexité et ses pièges tandis que la côté fantastique de l'intrigue se dévoile peu à peu dans ce premier tome. Bien qu'un peu trop dense et complexe pour les plus jeunes lecteurs, il ravira les fans d'univers fantastique et de Jane Austen un peu plus âgés. Une série à suivre.

    A partir de 15 ans.


  • par (Librairie Dialogues)
    7 octobre 2016

    Londres, 1812.
    Alors que Lady Helen s’apprête à faire son entrée dans le monde, la capitale est le théâtre de violents crimes, de disparitions inexpliquées.
    Tandis que son oncle et sa tante taisent certains événements passés dont sa défunte mère à la réputation sulfureuse serait à l’origine, Lady Helen expérimente des sensations inédites qui la troublent profondément.
    Alison Goodman mêle avec brio fantasy et époque victorienne dans ce roman où se côtoient deux univers antagonistes : celui de l’aristocratie régi par l’étiquette dont le raffinement se mesure au rythme des mondanités, et un monde plus sombre où règnent la violence et l’étrange.
    On attend le second opus de la trilogie avec impatience !


  • par (Librairie Récréalivres)
    24 septembre 2016

    Démons & sentiments

    Sous une couverture légèrement trompeuse empruntant aux codes du roman historico-romantique, les presque 600 pages de "Lady Helen & Le Club des Mauvais Jours" laissent une impression mitigée. Alison Goodman à qui l'on doit le dyptique "Eon" et "Eona" ose un improbable mashup entre le roman historique (la Régence anglaise) et un fantastique teinté d'ésotérisme. La 4ème de couverture ratisse donc large : "Entre Romance à la Jane Austen et Fantasy Noire". Les amoureux de l'auteure invoquée, récemment mise à la sauce vampire au cinéma, n'ont plus aucune raison de s'étonner depuis fort longtemps. Alison Goodman réalise ce grand écart avec un savoir faire certain mais aussi pas mal de raideur... et de lenteur. Le roman très réussi par moments s'enlise en effet parfois dans des scènes répétitives et le lecteur a souvent le sentiment d'être en avance sur les personnages. L'univers du roman, revendiquant une originalité qui devrait laisser sceptiques les amateurs de steampunk, pourrait fonctionner un peu à la façon de l'excellente série anglaise "Penny Dreadful". Malheureusement l'attention apporté à la reconstitution historique (digne des meilleurs romans de Mary Hooper), le soin accordé aux atermoiements adolescents de l'héroïne s'accordent finalement assez mal avec la puérilité du background fantastique (pour résumer une société secrète réduite à une 10aine de personnes contre les Forces du Mal). "Lady Helen" ne manque pourtant ni de charme, ni d'ambition. Les pages consacrées à l'entrée dans le monde de l'héroïne, à son entrevue avec la reine, sont pleines de panache. On reconnait aussi à l'auteure une certaine audace (surlignée par le contexte puritain du pastiche) dans le traitement de l'éveil à la sensualité d'Helen. Des atouts qui tiennent le lecteur jusqu'à la fin de ce qui n'est qu'un premier tome. Un drôle de roman qu'on aurait voulu aimer sans réserves.


  • par (L'Autre Monde)
    17 septembre 2016

    Penny dreadful

    Helen Wrexhall, dix-huit ans, doit être présentée à la cour. Nous sommes en 1812 et c'est encore le meilleur moyen de faire son entrée dans la société et de se garantir un beau mariage, quand on est une jeune fille issue de la noblesse comme elle. Mais l'ombre de sa mère, disparue dix ans plus tôt et accusée de trahison à sa mort, plane encore au-dessus d'elle. Ses craintes se confirment quand elle est frappée par une suite d'événements mystérieux, dont la disparition d'une femme de chambre, et surtout, sa rencontre avec le ténébreux - et dangereux ? - Lord Carslton.
    Helen a un caractère bien trempé ! Féministe avant l'heure, elle aime les bals et la frivolité de sa classe, mais rêve d'indépendance dans une société où la femme ne doit se préoccuper que de bien paraître et de bien se marier. Elle revendique sa curiosité et son intelligence quand on lui dit « sois belle et tais-toi ». On ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec la Lizzie Bennet de Jane Austen, d'autant que Lord Carlston, sombre et mystérieux, qu'elle déteste au premier regard, n'est pas sans rappeler un certain M. Darcy.
    Vous croyez connaître toute l'histoire ? Préparez-vous à être surpris, car c'est à ce moment précis que s'invite le fantastique. En effet, Londres est infestée de monstres, et Helen, qui a hérité de sa mère la capacité extraordinaire de les combattre, découvre qu'elle doit intégrer le Club des Mauvais Jours, la police secrète qui les affronte dans la plus grande confidentialité. Helen se sent partagée entre le rêve de devenir une femme du monde - mais est-ce bien son rêve, ou seulement le rôle qu'on lui a appris à jouer depuis sa naissance ? - et sa soif d'aventures.
    Alison Goodman nous plonge dans l'Angleterre de la Régence ; et si, dans ce monde, les beaux atours des plus riches contrastent violemment avec la pestilence des quartiers les plus pauvres, il faut se méfier des apparences, car les créatures les plus répugnantes ne sont pas forcément celles que l'on pense. L'aventure, le frisson et un soupçon de romance se sont donné rendez-vous, et le résultat est stupéfiant !


  • par (Vauban)
    9 septembre 2016

    Lady Helen s'apprête à faire ses premiers pas dans le monde. Alors qu'elle fait tous les efforts possibles pour ne pas faire le moindre faux pas, une succession d'événements étranges surviennent : une bonne disparaît, Lady Helen se rend compte d'étranges aptitudes de son corps ... En même temps, elle fait la connaissance de Lord Carlston, qui semblerait avoir quelques réponses à ses questions ...
    Un premier tome mystérieux, prenant, à découvrir de toute urgence !


  • par (Hisler - Even)
    3 septembre 2016

    Lady Helen Le Club des Mauvais Jours

    Londres 1812 .
    Pour son premier bal ,Lady Hélène (18 ans), doit être présentée à la cour de la reine Charlotte .Accompagnée de son oncle et de sa tante ,elle n'a pas la tête à faire la fête. Elle vient d'apprendre que sa meilleure amie vient de subir un choc terrible et sa femme de chambre a mystérieusement disparue. Et il y a aussi l'étrange et énigmatique Lord Carlston dont elle fait la connaissance et qui....... à vous de le découvrir .
    Si vous aimez les romans avec du mystère,une ambiance gothique et des personnages comme à la Jane Austen vous serez conquise par ce premier tome de Alison Goodman.


  • 27 août 2016

    Des démons dans le monde de Jane Austen

    L'histoire est celle d'une jeune femme qui fait ses débuts dans la société anglaise du début du XIXe siècle. Elle va - évidemment - rencontrer un homme mystérieux et diablement séduisant et elle ne saura - bien sûr - pas résister à l'attraction qu'elle ressent en dépit de la mauvaise réputation de ce lord. Mais elle a un don que seul lord Carlston semble pouvoir expliquer : elle voit des démons parmi les nobles de cette bonne société !

    Cet excellent roman vous montrera que tout ce qui est beau et doré peut se révéler répugnant et mal intentionné.

    À partir de 13 ans.

    Par Mélanie F.