www.leslibraires.fr

Conseils de lecture

Dans le jardin de l'ogre
7,50
par (Librairie Page 36)
19 avril 2021

Dans le jardin de l'ogre

Adèle est journaliste, épouse d'un médecin, mère d'un petit Lucien, comme autant de tentatives à vivre dans une normalité supposée.
Mais rien ne parvient durablement à la détourner de l'addiction sexuelle dont elle est et se sait victime, qui semble la définir.
On lit sa solitude, le précipice au bord duquel elle revient toujours, le vide intérieur qu'elle ne comble jamais, les situations extrêmes qu'elle rencontre et provoque.
On lit, et c'est comme regarder ce qui s'enchaîne, sans même pouvoir imaginer quelque cause ou solution à ce qui arrive. On se sent totalement décontenancé.
On perçoit que Leïla Slimani donne à voir l'autre, totalement autre, étrange et incompréhensible à soi. De cette distance même, se crée pourtant un sentiment de profonde empathie, de par la souffrance extrême qui jaillit de partout.
Elle invite à totalement percevoir l'autre, sans pouvoir le rejoindre jamais, à accepter cela.
Un livre qui laisse perplexe. Un roman réussi, même s'il, ou peut-être parce qu'il laisse perdurer une sensation de malaise.


Miracle à la combe aux Aspics

Les Éditions Noir sur Blanc

18,00
par (Les Oiseaux de nuit)
19 avril 2021

Une aventure à coups de pétoires !

Il y a du Tom Sharpe chez Anton Tomic, c’est indéniable et c’est tant mieux, ainsi la lignée des écrivains drôles, irrespectueux et anticonformistes se poursuit à coups de pétoires !
Le ton est donné dès le début du livre, quand Zora, l’épouse de Joza Aspic quitte se bat monde : « Zora se tut jusqu’à son dernier soupir, où elle jeta un tendre et ultime regard à son époux et murmura : « tu es une merde. » »
Dans un coin paumé de Dalmatie vit la famille Aspic, le père déjà nommé et les quatre fils. Un peu comme dans Aux urnes les ploucs de Charles Williams, les Aspics n’aiment ni l’Etat ni la civilisation et encore moins les fouineurs comme peuvent l’être, par exemple, les employés de l’Intercommunale d’électricité…Toute intrusion dans la combe est mal vécue, quiconque y met un pied y risque sa peau.
Oui mais voilà, l’absence de femme commence à se faire ressentir, notamment pour la santé mentale et physique du frère ainé, Kresimir. Manger de la polenta tous les jours ça pèse sur l’estomac, même si elle est agrémentée de caramel ou de cacahuètes, de noix de coco ou encore de ketchup, de la polenta ça reste de la polenta !
Ainsi démarre la jubilatoire aventure de la quête de la future épouse, cela promet, il y aura des sourires et des rires à profusion !
Sans oublier que les Aspics sont teigneux, hargneux, mal fagotés, pas éduqués ni lavés, là, les choses… se croatent...


Tea rooms, Femmes ouvrières

Femmes ouvrières

Luisa Carnés

Contre-Allée

21,00
par (Les Lisières à Villeneuve d'Ascq)
19 avril 2021

Viva la revolucion !

Le parcours, l'engagement et le cheminement des réflexions d'une jeune femme dans le Madrid des années 1930, entre frivolité et questionnements politiques et féministes. Un texte fort, qui gagne en puissance au fil des pages et qui se termine en nous mettant la rage au ventre et au cœur, comme une furieuse envie de s'investir pour faire bouger les choses ! "Tea rooms", initialement paru en 1934 en Espagne, jamais traduit en français, n'a rien perdu de sa fougue, et résonne toujours autant dans notre société contemporaine...!


Basketful of Heads

Hill Joe

Urban comics

Neuf 18,00
Occasion 18,00
par (Librairie Grangier)
19 avril 2021

Pour échapper à des criminels, June se munit d'une hache assez étrange... Joe Hill nous livre un récit brillant dans le genre horrifique. C'est sombre, sanglant et terrifiant mais absolument génial !

Haut les cœurs ! ne perdez pas la tête en plongeant dans cette lecture car vous n'êtes pas au bout de vos surprises...

Justine


Le Smartphone et le Balayeur
20,00
par (La Compagnie des Livres)
19 avril 2021

Une BD coup de coeur !

Dialogues savoureux et très pertinents sur notre dépendance aux écrans et sur les valeurs de la société actuelle.
Pour rire et réfléchir ! A laisser à portée de vos ados 😉