Pour vos commandes de Noël, merci de choisir un point vert et de passer commande jusqu'au 20 décembre midi. Au-delà, les rennes du Père Noël risquent de rater votre boîte aux lettres.

Conseils de lecture

En Amazonie, infiltré dans le

infiltré dans le "meilleur des mondes"

Fayard

15,00
par (Librairie Le Neuf)
21 août 2013

L’auteur, journaliste de 26 ans, se voit refuser l’entrée du géant Américain Amazon pour une enquête-entretien. Qu’à cela ne tienne, il décide d’infiltrer l’entrepôt de la multinationale en se faisant embaucher en CDD sur la plateforme logistique de Montélimar. Il intègre l’équipe de nuit et devient « pickeur » chargé d’extraire des milliers de produits culturels amassés sur des kilomètres de rayonnage, La Pléiade d’Albert Camus aux côtés des slips kangourous. Là où cela devient édifiant, ce sont les conditions dans lesquelles travaillent ces milliers d’intérimaires, fouillés, surveillés de jour comme de nuit comme aux belles heures du stakhanovisme aux ordres de contremaîtres planqués derrière des écrans. Un récit époustouflant à lire pour connaître les entrailles d’un soi-disant « meilleur des mondes » « Work hard, have fun, make history » (travaille dur, amuse-toi, écris l’histoire)


JE NE RETROUVE PERSONNE
17,90
par (Librairie Dialogues)
21 août 2013

Gracieux et poignant

"- [...] On ne sait jamais pourquoi on revient, n'est-ce pas ? On se noie dans tout ce qui est perdu et puis on s'en va.
Je devais la fixer avec un drôle d'air. Elle venait de résumer avec une exactitude troublante ce que je vis ici depuis mon arrivée." (p.61)

Aurélien Delamarre est romancier. Alors que paraît son sixième roman et qu'il devrait se prêter au jeu de la promotion, il accepte de mauvaise grâce, à la demande de ses parents et de son frère aîné, de se rendre en Normandie, à Villerville précisément. Sa mission : ouvrir les portes de la maison familiale à l'agent immobilier mandaté pour la vendre, puisque plus personne ne l'occupe désormais, ni à l'année, ni en vacances. Son séjour, qui ne devait pas durer plus de deux jours, se prolonge. Exilé dans ce lieu du passé, Aurélien est rattrapé par son enfance, son adolescence, et se livre à un état des lieux intime et personnel, jalonné par les deux livres qu'il s'offre dans la librairie locale : "Ecrire", de Marguerite Duras, et le premier tome des "Papiers collés" de Perros.
Un journal d'un trentenaire en crise gracieux et poignant.

"À propos de son roman Détours, René Crevel écrit cette phrase modeste : "J'ai déposé mon bilan". Telle est sans doute la vocation de ma petite entreprise normande : déposer mon bilan. Le premier." (p.179)


JARDIN DE L'AVEUGLE (LE)
22,50
par (Librairie Ravy)
21 août 2013

Dans un Afghanistan agonisant après les attentats du 11 septembre, Rohan apprend que ses 2 fils ont quitté leur bourgade pakistanaise pour aller soigner leurs frères musulmans dans les montagnes. Les affrontements entre américains et talibans engendreront le chaos dans la vie de ces 2 frères.
Roman ambitieux, écriture lyrique pour évoquer la vie de ces populations. On retient le désir indéfectible de vivre de chaque personnage pourtant malmené par le destin. Superbe !
Christine


Compagnie K / roman

Éditions Gallmeister

Neuf 23,10
Occasion 17,90
par (Librairie Le Neuf)
21 août 2013

Un regard sur la guerre...

William March est un ancien combattant américain, rescapé de la première guerre mondiale. En voulant coucher son traumatisme sur papier, c'est dix années de sa vie qu'il a investi pour rédiger ce roman sensationnel.

Compagnie K se démarque d'abord par la manière dont le propos est tenu : il s'agit en fait de 113 témoignages fictifs très brefs (quelques pages chacun), émanant de 113 soldats américains de la compagnie k, engagée sur le front français pendant la première guerre mondiale.

Les points de vues se suivent, sans transition, sans explication, et donnent à voir le quotidien des soldats de la guerre, les pensées intimes, les frustrations, les rêves brisés, la camaraderie parfois et par dessus tout, l'horreur...

Un texte absolument bouleversant qui décrit la guerre sans fard et sans pathos, à partir des individus qui l'ont vécue. On en prend plein la vue, l'écriture est sèche, désabusée, et va droit au coeur de l'humain.

A lire absolument.


Sauf les fleurs
Neuf 9,00
Occasion 4,32
par (Librairie Dialogues)
21 août 2013

Une enfance meurtrie par un père violent, par l'indifférence de celui-ci. Comment peut-on se construire ou se reconstruire? Peut être avec une mère douce et aimante à moins que plus tard, un homme ne la comprenne. Mais le passé resurgit et va hanter l’héroïne du premier roman de Nicolas Clément qui, en quelques fragments, évoque l'indicible.