Conseils de lecture

Le Club de l’Ours Polaire, 2

Gallimard Jeunesse

16,90
par (Librairie Grangier)
13 juillet 2019

Une nouvelle aventure exceptionnelle

La suite des aventures de Stella, Ethan, Shay et Dragigus qui se rendent au Mont des Sorcières afin de sauver le père de Stella.
Un deuxième tome incroyable avec de nouveaux personnages et avec toujours autant de magie, de créatures fabuleuses et d'émerveillement !
Justine


Surface

Michel Lafon

19,95
par (Librairie Espace-Temps)
13 juillet 2019

UN BEAU PORTRAIT D'UNE CAPITAINE

Une capitaine de police , défigurée dans une intervention dans un appartement à Paris contre des trafiquants de drogue est écartée en province à Decazeville pour diriger la petite brigade pour un mois. Mais un corps d'enfant remonte à la surface du lac formé par le barrage qui a recouvert l'ancien village . Et ressortent en même temps de vieilles histoires que la capitaine , Noémie va essayer de déméler. Nous sommes pris par l'action et l'ambiance provinciale entre le maire, son fils policier et même la brigade fluviale de Paris qui débarque! Un bon suspense.


Éloge des voyages insensés,  ou L'île
29,41
par (Librairie La Femme Renard)
13 juillet 2019

Eloge de mon ilvre de chevet.

Qu'est-ce qui fait qu'un jour on parle d'un ouvrage en y associant l'étiquette "livre de chevet" ? C'est quand il est devenu un compagnon de route au même titre que vos chères amies du lycée, que vous passez du temps avec lui, à la maison, sur les routes, que vous en parlez mais que vous ne prêtez jamais votre exemplaire.

"Eloge des voyages insensés" n'est pas un roman mais sa prose vous envoûte. Journaliste moscovite, né dans les années 1960, vassili Golovanov est un touche-à-tout qui, à la petite trentaine, éprouve l'impérieuse envie de partir plein nord, sur l'île polaire de Kolgouëev : "Pour re-vivre j'ai dû tout changer - mon mode de vie, ma manière de penser le monde, de le percevoir, de le signifier, tout. en vérité, pour être simplement capable de vivre, il a fallu que je change de peau." Kolgouïev le hante, il y est déjà parti mais l'expédition avait en partie échoué. Cette fois-ci, il met toutes les chances de son côté pour pouvoir découvrir l'île et ses habitants. Hymne au Grand Nord sibérien, ce livre n'est pas un simple récit de voyage, car Golovanov livre toutes ses émotions, ses impressions, et le lecteur est partie prenante de ses découvertes, de ses émotions et de sa renaissance.

Kolgouïev, c'est la terre des Nenets, des rennes mais aussi du pétrole. Deux mondes s'affrontent, deux façons de vivre, d'envisager les êtres et la nature qui vous entourent : celui des nomades et celui du monde industriel soviétique. Ce dernier, âgé de quelques décennies, broie celui de traditions millénaires pour l'appât du gain.

"Eloge des voyages insensés" brouille les pistes entre lé réel et la fiction, bouscule ses lecteurs sur bien des questions essentielles. Je m'y suis perdue une première fois et prends un plaisir toujours renouvelé à m'y perdre à nouveau de temps à autre, c'est ainsi que ce livre, en plus d'avoir un des plus beaux titres que je connaisse, est devenu mon livre de chevet.

Aude Samarut


L'Art du jeu

Le Livre de Poche

Neuf 8,10
Occasion 4,00
par (Librairie La Femme Renard)
13 juillet 2019

Les romans de campus américain, j'adore ça. Laura Kasischke m'avait embarqué avec "Les Revenants", Tom Wolfe avait fait de même avec son génial "Moi, Charlotte Simmons". J'étais paré. Mais quand j'ai vu ce roman titré "L'Art du jeu" d'un certain Chad Harbach traitant de base-ball universitaire sur sept cents pages, je me suis dit : "Euh, là faut peut-être pas pousser quand même. le base-ball, en plus, j'y connais rien. Bon, OK, leurs fringues sont classe. Mais quand même, ça va être chaud."

Grosse erreur... Parce que si vous avez le malheur d'attaquer, disons, juste le premier chapitre : ça y est, vous êtes mordu. Des premiers romans comme celui-ci sont extrêmement rares. L'auteur a mis dix ans à l'écrire. A le peaufiner. A le perfectionner. Et il y est arrivé. Car le résultat est tel qu'un néophyte va prendre autant de plaisir à le lire que quelqu'un qui connaît ce sport sur le bout des doigts.

Le génie de ce roman tient en ses personnages. Tous tournent autour d'Henry Skrimshander, un gamin de dix-sept ans tout maigrichon, qui ne paie pas de mine mais qui possède un don inné pour ce sport. Ce gamin, c'est Mike Schwartz, le capitaine de l'équipe de base-ball, qui va le repérer, le faire venir au Westish College et l'entraîner comme un forcené pendant trois ans pour le faire parvenir au plus haut niveau et devenir la star de l'équipe que les recruteurs professionnels viennent voir jouer. Henry n'a jamais fait une seule faute en un seul match. Depuis des années.. Et puis un jour, il va rater un lancer facile. Et la machine va commencer à se dérégler.
Les personnages sont tellement attachants que, lorsqu'on referme le livre, on se dit qu'ils vont sacrément nous manquer. Et que nous aussi, on rêverait d'aller voir jouer Henry Skrimshander, en traversant à grandes enjambées les pelouses surplombées d'arbres centenaires du Westish College.

Frédéric L.


Par-delà la pluie
23,00
par (Librairie La Femme Renard)
13 juillet 2019

Des personnages tenaces, des vies bousculées par les choix que l'on fait, mais aussi par les choix collectifs et ceux de nos aïeux.
Ce roman noir nous touche dans ce qui nous fait "humain".
Un texte qui ne vous laissera pas indemne.

Nadège L.