www.leslibraires.fr

Conseils de lecture

18,00
par
19 avril 2021

On entre dans ce livre comme dans un album de famille. Il est dédié à Malo, l'enfant et le jeune homme en photos sur la première de couverture. Sandrine Roudeix convoque Romain Gary en exergue. Le texte s'ouvre sur cet âge délicat où la mère fait face à l'enfant qui s'en va. " Deux heures du matin, un soir d'été. Je suis une mère abandonnée. "
Pour remonter le fil du sentiment d'abandon, l'autrice confie son regard posé sur des photos personnelles de l'enfant. Elle nous sont révélées par les mots. De l'attachement fusionnel au délitement. Celui de la mère en tout premier, la mère jugée dans son élan de vie, besoin de fuir la routine, les conventions, le passé. Une femme qui décide de devenir une maman solo." Entre les nuages, bobines de ciel en suspension, je redeviens une femme sans enfant sans homme." L'enfant ne culpabilise pas la mère dans les rebonds roses de sa voix sucrée. L'architecture du livre est une construction intime. La mère érige une verticalité. Tuile après tuile, elle déploie un toit qui protège. Puis la relation en montagnes russes parce que l'on abîme toujours d'autres passés en voulant réparer le sien. A l'adolescence, les réalités forcément s'éloignent pour former une ronde bancale des interprétations. Comme de la pâte à modeler, le corps de l'enfant est en train de muter. Des transformations volent l'enfant. La mère retient sa tristesse à renfort de mots pour qu'elle ne dégringole pas sur les épaules de l'enfant.
" Comment trouver un sens à tout ça, ces enfants qu'on fabrique pour les laisser partir?"
Comment se quitter sans se perdre. Se séparer, ce n'est plus proposer. Ne plus résoudre les problématiques enfantines. Ne plus parer aux événements. C'est renoncer au sentiment de puissance que le fait de s'occuper de l'enfant procure aux mères. D'autres mères abandonnent-elles si facilement leur enfant ?
Il faut pourtant laisser l'enfant échapper à la prison des miroirs réfléchissants et faire entendre son identité.
" Cultivant les rayures de ta personnalité zebrée, tu assumes ton envie de te réaliser au plus près de ce que tu es et j'en tire une immense fierté après avoir tant tremblé."


C'est secret ce que j'écris
13,00
par
19 avril 2021

C'est un petit album qui raconte l'histoire d'un bonhomme haut comme trois pommes. Sur la première de couverture, un oeil nous invite à partager un secret. On entre dans l'album comme l'oeil à travers le trou d'une serrure. Sur la première double page, des yeux en nombre où le champ chromatique permet l'identification par le langage des différentes nuances de bleu pour autant de mots cailloux et d'émotions. Le petit bonhomme a reçu un petit carnet de la part de son papa. Dans sa tête, les mots cailloux se bousculent. Les mots les plus féroces. Ce sont des mots qui griffent parfois les autres. Alors, le petit carnet sera le réceptacle des mots, du trop plein de mots qu'il ne comprend pas, qu'il ne maîtrise pas. C'est secret ce qu'il écrit. Parfois c'est plus fort que lui, il est méchant avec les autres. Cet album au format carré donne matière à rêver, à penser, à se poser des questions. Le texte et l'image jouent des rôles équivalents et pourtant différents. Ils sont complices, l'un dans ses finalités narratives et sa liberté poétique et la seconde dans son impact visuel et ses qualités suggestives. C'est un album très créatif où les illustrations de David Vanadia permettent à l'oeil de tracer des chemins pour la réflexion. L'oeil bleu sombre encombre en nombre le cerveau de l'enfant. A la fin de l'album, le bleu recouvre la double page. Ordinairement le bleu se constitue par la superposition de deux couleurs fondamentales, le cyan, qui retire les radiations de l'aire des rouges, et le magenta, qui retire les radiations de l'aire des verts. Le bleu, construit par soustraction est lumineux comme un ciel clair. Le petit carnet enferme chaque mauvais oeil bleu sombre, chaque mot caillou.
Cet album au format carré permet l'énergie du jeu d'observation , le sérieux et la gravité du parcours intérieur de l'enfant différent, perçu comme agressif.

Le carnet devient un trait d'union entre l'enfant et les autres.


Les Jours brûlants
7,60
par (La Touquettoise)
19 avril 2021

Un très bon moment de lecture

Les jours brûlants" où comment du jour au lendemain la vie de Joanne, mère de famille heureuse va voler en éclat.
Laurence Peyrin par son écriture légère, efficace et avec beaucoup de finesse, sait distiller à merveille les émotions au travers de personnages hauts en couleur, attachants.
Elle brosse un portrait magnifique et bouleversant de Joanne qui va tout quitter pour protéger ses proches.
Un excellent moment de lecture qui nous emporte jusqu'à la dernière page.


Le petit Soviet

Decouty, Eric

Liana Levi

19,00
par (Librairie Entre les Lignes)
19 avril 2021

A la mort accidentelle de ses parents, Joseph Kruger revient dans son village natal, pour un legs un peu particulier …
Un brin nostalgique, il se souvient de ses années heureuses, qu’il avait oubliées.
Il apprend alors le suicide de son grand père. De secret en surprises, bien décidé à enquêter sur le passé, il remonte à la lumière un incroyable secret remontant aux dernières années de la seconde guerre mondiale … quand l’histoire et la politique se mêlent à la vie du Village et que l’omerta recouvre le tout …
Roman extrêmement bien ficelé, qui nous plonge dans les méandres de la résistance …


Un jour viendra

Éditions Gallmeister

22,60
par (Librairie Entre les Lignes)
19 avril 2021

âpre et bouleversant

Lupo et Nicola sont deux frères, nés dans une famille pauvre d’un village des Marches italiennes. Lupo, rebelle dans l’âme, travailleur et gagné par les idées anarchistes, protège avec âpreté son petit frère, trop fragile et rêveur.
Au-dessus du village, dans un monastère fermé au monde, veille sœur Clara, venue d’un lointain pays d’Afrique, et qui d’une main ferme, garde farouchement le secret de la naissance de Lupo. Car de l’histoire de ses deux frères, au moment où éclate la grande guerre, un mensonge les sépare …
Ode à la fraternité et formidable récit historique, bouleversant, d’une Italie en plein chamboulement.