Conseils de lecture

Les grand-mères

Lessing Doris

J'ai Lu

Neuf 5,00
Neuf à prix réduit 5,00
par
25 avril 2013

Un livre, un film

**![Perfect-Mothers](http://www.onlalu.com/site/wp-content/uploads/2013/04/Perfect-Mothers.jpg)" Les Grands Mères " versus " Perfect mothers "**

La réalisatrice Anne Fontaine (" Nettoyage à sec ", " Coco avant Chanel "…) s’est lancé un immense défi en adaptant à l’écran « Les grand-mères », la longue nouvelle de Doris Lessing, prix Nobel de littérature en 2007. L’intrigue en deux mots : à l’aube de leur maturité, deux meilleures amies vont chacune vivre une passion amoureuse de plusieurs années avec le fils de l’autre. Cette histoire aborde de nombreux thèmes: la passion, le couple, le vieillissement, l’amitié, le regard des autres, la trahison, sans jamais tomber dans le glauque ni dans le livre, ni dans le film. Toute la tension et l’intérêt résident dans l’évolution psychologique de chaque membre de ce quatuor atypique bientôt rejoint par deux jeunes épouses, ignorantes du passé, qui donneront naissance à deux petites filles .

Il fallait beaucoup de talent pour évoquer avec poésie et sensualité une histoire pareille sans jamais déraper. Et Anne Fontaine relève ce défi haut la main. La puissance des mots de la romancière est merveilleusement retranscrite à l’écran, renforcée par un casting international  (les sublimes Naomi Watts et Robin Wright incarnent les mères- grand-mères, et les deux jeunes éphèbes sont interprétés par deux acteurs inconnus). Là où Doris Lessing nous permet toute interprétation personnelle au détour d’une phrase, les images d’Anne Fontaine accentuent ce drame avec un décor paradisiaque. Tourné en Australie dans une baie à couper le souffle, son film est aussi une ode à la force des éléments comme la mer, la nature, le soleil, le surf qui viennent naturellement apporter un cadre idyllique à la sensualité des corps qui se cherchent et s’ébrouent. A l'exception de quelques détails, le scénario est très respectueux des scènes fortes du livre, dialogues compris. Voilà donc une histoire aussi intéressante et dérangeante pour nos certitudes. Personnellement, j’ai lu la nouvelle après avoir vu le film, j’ai aimé autant l'une que l'autre, et tous deux se complètent parfaitement.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Les Chevals morts, Illustrations de Claire Veritti

Illustrations de Claire Veritti

Les Effarees

10,00
par (Librairie Le Neuf)
25 avril 2013

Antoine Mouton s’est fait connaître en publiant « Au nord tes parents », « Berthe pour la nuit » puis « Où vont ceux qui s’en vont », tous parus aux éditions La Dragonne. Grâce à un style subtil, sensible et un regard intelligent et nuancé de notre monde, Antoine Mouton a su s’imposer dans le paysage littéraire français.

« Les chevals morts » est tout à la fois un cri d’amour et un avertissement contre les erreurs qui séparent. Ce court récit lancé à vive allure entraînera le lecteur curieux dans une fugue haletante et bouleversante.


Kongo, Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski

Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski

Futuropolis

25,00
par
25 avril 2013

Au cœur des ténèbres

" Kongo " de Perrissin et Tirabosco est une magnifique adaptation d’un des plus célèbres romans de Joseph Conrad, «  Au cœur des ténèbres », inspiré de la propre histoire de Josef Konrad Korzneniowski (devenu Joseph Conrad), capitaine de la marine britannique, parti de Bruxelles pour le Congo, afin de remonter le fleuve, à bord d’un steamer jusqu’au Haut-Congo. Sur fond de trafic d’ivoire, de colonisation, de malaria, le séjour africain très pénible de Joseph Conrad, loin de ses idéaux, se transforme en cauchemar. Et cette souffrance est parfaitement rendue par le dessin noir et blanc tout en subtilité de Tom Tirabosco.****

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Les exigences, roman
18,00
par
25 avril 2013

Attention, danger

En novembre 2004, Rachel se réveille en hôpital psychiatrique. Elle a tenté de se suicider, et se retrouve en piteux état après une liaison extrêmement destructrice. Tout le monde connaît des chagrins d'amour, mais tout le monde n'a pas la malchance de tomber sur un dangereux pervers, qui vous laissera en miettes une fois son travail accompli.

C'est un roman écrit à deux voix, celle de Rachel, la " victime " et l'autre de Maxence, le " bourreau ". Et c'est vraiment original, car le plus souvent, on ne nous livre qu'un point de vue. Rachel a toujours été fragile. Déchirée entre ses deux parents divorcés qui s'entendent pourtant bien, elle s'est retrouvée laminée une première fois par une rupture: il était Solal, elle Ariane, et un beau jour ils sont redevenus tout simplement Joann et Rachel, le rêve s'est brisé et la jeune femme avec. Pourquoi s'est-elle tournée alors vers ce vieil ami de sa mère? Pourquoi l'a-t-elle choisi comme confident puis comme amant? Pourquoi a-t-elle accepté, pour lui, d'être humiliée, battue, utilisée comme un objet érotique? C'est tout cela qu'elle va devoir comprendre avant d'être libérée, au propre comme au figuré. Quant à l'autre, le criminel en liberté, on écoute ses justifications, ses mensonges, on découvre ses failles. C'est une sorte de Dr Jekyll et Mr Hyde, qui mène une vie de famille plutôt tranquille, gentil mari d'Eléonore, père attentif de Elisa, et presque assassin de Rachel. Un premier roman bluffant de maturité, porté sur les fonds baptismaux de la littérature par une Nancy Huston enthousiaste et généreuse, qui a encouragé Olivia Profizi dès les premières pages que la jeune femme lui a montrées.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Le dîner
Neuf 8,10
Occasion 3,00
par (Librairie Dialogues)
24 avril 2013

Deux frères et leurs épouses dans un restaurant chic d’Amsterdam. De l’entrée au digestif, la discussion s’engage : vacances, dernier film vu au cinéma… On badine et on se lance des piques pour éviter le sujet qui fâche : celui des enfants qui ont, il y a peu, commis un acte d’une violence inouïe. Peu à peu la tension monte, le narrateur (l’un des frères) livre ses souvenirs, ses états d’âme...
Étonnant, troublant, ce roman pousse à la réflexion : jusqu’où des parents sont-ils prêts à aller pour protéger leurs enfants ? Quelles compromissions, quelles lâchetés un couple est-il prêt à encaisser pour sauver les apparences, pour que rien ne change, pour que son confort reste entier ?
Bien construit, bien écrit, cet ouvrage d’Herman Koch, en tout cas, ne vous laissera sûrement pas indifférents…