Conseils de lecture

10,00
par
26 juin 2013

Formule magique

Ding dingue dong ! Trois notes légères pour un sujet très grave, et un écrivain apparaît. Alice Rivières, signe avec ce premier texte, ce " Manifeste du Ding Ding Dong ", un témoignage rare et précieux.

Il était une fois trois sœurs : Alice la plus jeune a trente ans lorsqu’elles comprennent que leur mère s’enfonce dans une maladie irréversible dont on ne parle pas, mais dont on sait vaguement qu’elle “traîne” dans la famille :  la maladie de Huntington mieux connue par son syndrome aux échos moyenâgeux, la danse de Saint Guy. Une affection neurologique incurable dont le porteur du gène sait avec certitude qu’il développera la maladie, sans savoir quand ni comment, entre trente et cinquante ans selon les statistiques. Une maladie pour laquelle la médecine moderne dispose d’un test génétique, mais rien d’autre : la révélation engendrant la malédiction.

Pendant dix ans, jusqu'à ce que la maladie l’envahisse, la mère d’Alice cachera à ses filles qu’elle se sait porteuse du gène. “Vous dire une choses pareille alors que vous aviez vingt ans et des poussières…” Alice et ses sœurs confrontées à la vérité de “cette affaire”, se trouveront alors devant le terrible dilemme de faire ou ne pas faire ce test. Un tragique histoire de pile ou face. Et Alice sait que, si elle ne le fait pas,  elle sera hantée par le doute comme une maison perturbée nuit et jour par un fantôme très encombrant.

C’est de l’extraordinaire effroi de cette traversée que naît le Manifeste de Ding ding dong dans lequel Alice, fée Clochette à l’assaut des “formules tragiques” créé un sillage vivant qui élabore le pari que la maladie de Huntington soit l’occasion de “faire pousser la pensée”. Un manifeste pour fédérer une constellation d’individus animés par la même tension vitale à fabriquer quelque chose qui n’existe pas encore. Ding dingue dong ! Trois notes comme trois sœurs, leur conjuration sonore quand elles ont trop peur de dire Huntington. Mais aussi, ding dingue dong ! Quand elles veulent en rire. Ou lui faire peur.

NB. Si vous voulez en savoir plus sur l'association qui suit cette maladie, allez visiter leur site _[www.dingdingdong.org](http://www.dingdingdong.org/)_

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


En Amazonie, infiltré dans le

infiltré dans le "meilleur des mondes"

Fayard

15,00
par (Librairie Le Neuf)
26 juin 2013

Une enquête à lire...

L’auteur, journaliste de 26 ans se voit refuser l’entrée du géant Américain Amazon pour une enquête-entretien. Qu’à cela ne tienne, il décide d’infiltrer l’entrepôt de la multinationale en se faisant embaucher en CDD sur la plateforme logistique de Montélimar. Il intègre l’équipe de nuit et devient « pickeur » chargé d’extraire des milliers de produits culturels amassés sur des kilomètres de rayonnage, La Pleiade d’Albert Camus aux côtés des slips kangourous.

Là où cela devient édifiant, ce sont les conditions dans lesquelles travaillent ces milliers d’intérimaires, fouillés, surveillés de jour comme de nuit comme aux belles heures du stakhanovisme aux ordres de contremaîtres planqués derrière des écrans. Un récit époustouflant à lire pour connaître les entrailles d’un soi disant « meilleur des mondes » « Work hard, have fun, make history » (travaille dur, amuse-toi, écris l’histoire)


Extraits gratuits - Lectures d'été Folio (15 titres)

Tonino Benacquista, Jonathan Coe, Thomas Day, Philippe Djian, David Foenkinos, Pascale Gautier, Thierry Jonquet, Philippe Labro, Dominique Manotti, DOA, Javier Marías, Elsa Marpeau, Carole Martinez, Jo Nesbo, Bernhard Schlink, Sylvain Tesson, Thomas Day

Gallimard

0,00
par (Leslibraires.fr)
26 juin 2013

Goûtez vos lectures d'été !

Les vacances se préparent et déjà vous vous demandez quelles lectures vous allez emmener avec vous?
Voici un fichier gratuit à télécharger pour lire sur votre tablette, smartphone ou liseuse qui vous permet de feuilleter les premiers chapitres de 15 titres de la collection Folio disponible en version papier et eBook.
Il y en a pour tous les goûts et pour tous les styles de vacanciers...


La Page blanche
9,90
par
26 juin 2013

Une page blanche en miroir

" La page blanche ", c'est une peur que Boulet, le scénariste, et Pénélope Bagieu, la dessinatrice, ne doivent pas éprouver souvent. Ils seraient plutôt du genre très actifs! D'ailleurs " La page blanche " qu'ils racontent, ce n'est pas la panne d'inspiration, mais l'amnésie, totale, sans la moindre lueur, sans le plus petit souvenir qui surgirait. Imaginez-vous que vous vous réveilliez sur un banc: vous ne savez plus comment vous vous appelez, ce que vous faites comme boulot, quels sont vos amis, ni même où vous habitez. Angoissant non? En farfouillant dans son sac, une jeune femme devenue totalement amnésique découvre qu'elle s'appelle Eloise Pinson et habite rue de Nancy dans le 10e arrondissement de Paris. A partir là, comme une enquêtrice de sa propre vie, elle va récolter le plus d'indices possible pour tenter de retrouver qui elle est. En donnant le change avec ses collègues (qu'elle ne reconnaît pas), elle glane quelques renseignements; en prenant rendez-vous chez le médecin (qu'elle ne reconnaît pas), elle essaie d'en découvrir plus sur sa personnalité; en caressant son chat (qu'elle ne reconnaît pas), elle teste son amour des animaux. Cet album, bien plus profond qu'il n'y paraît, est aussi une belle réflexion sur l'identité. Et on aime beaucoup la fin!

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


1, La Passe-miroir (Tome 1-Les Fiancés de l'hiver)
18,00
par (Fontaine Kléber)
25 juin 2013

Une merveille de la première à la dernière page !
Cette histoire qui mélange un imaginaire d'une extrême précision et une aventure à couper le souffle séduira les lecteurs de tous âges !
Tous seront touchés par l'héroïne, la jeune et maladroite Ophélie. De l'Arche d'Anima, où les gens possèdent la capacité de "lire" les objets, à la Cour du Pôle, où des clans aux mystérieux dons se partagent le pouvoir, Ophélie devra suivre l'homme auquel on l'a fiancée, le taciturne et imposant Thorn. Elle devra essayer de survivre à la cour de Farouk et tenter de comprendre les complots qui s'y déroulent.
Je n'ai qu'une chose à dire : vivement la suite des aventures de celle que l'on appelle "La Passe Miroir" !