Conseils de lecture

Seule Venise, roman
Neuf 6,70
Occasion 3,90
par
7 mai 2013

Le coup de cœur de Pascale Frey

On s'est noyé  avec elle dans " Les Déferlantes ", qui a commencé sa carrière doucement, puis est monté en puissance avant de remporter le prix des lectrices de ELLE et de squatter la tête des meilleures ventes pendant de longs mois. On oublie parfois que Claudie Gallay écrivait déjà depuis un petit moment, ce qui lui a permis de garder la tête froide et de ne pas perdre son regard bleu candide face à cette autre déferlante qu'est un énorme succès. Elle avait donc publié cinq romans, dont " Seule Venise " qui reste mon préféré. Je dois reconnaître que dès qu'un roman ou un film se passe au bord de la lagune, j'ai tendance à me laisser embarquer en gondole, sans trop chipoter sur la qualité. Ce n'est pas la cas ici, ce livre est excellent. Claudie Gallay réussit un récit intimiste qui fait certes la part belle au décor, mais aussi à la littérature, à la peinture et aux voyages intérieurs. L'héroïne, ravagée par une rupture amoureuse, décide d'aller noyer son chagrin à Venise, en plein hiver. Elle loge dans une pension un peu décatie, fait la connaissance d'un aristocrate russe, se rapproche d'un libraire amoureux des ouvrages anciens et qui lui fait découvrir un peintre, Zoran Music, hanté par l'holocauste. Claudie Gallay excelle dans les atmosphères, et celle qui se dégage de ces pages a un charme tout particulier. " Seule Venise " existait déjà en poche, mais il vient de ressortir dans la collection " J'ai Lu ". L'occasion idéale pour le découvrir si vous ne l'avez pas encore fait, et pour patienter jusqu'à fin août. Que se passe-t-il fin août? Et bien c'est la rentrée littéraire bien sûr, et Claudie Gallay en sera.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Sorry

Le Livre de Poche

Neuf 7,60
Occasion 3,50
par (Fontaine Passy)
6 mai 2013

A Berlin, quatre amis d'adolescence qui voient l'approche de la trentaine d'un œil désenchanté, décident de créer une agence du nom de Sorry qui se charge de s'excuser à la place des autres. Le concept inédit va se révéler fructueux et l'entreprise rencontrer un franc succès. Mais leur enthousiasme s'effondre lorsqu'un tueur à la conscience trop lourde prend contact avec eux. Les quatre amis vont alors se retrouver plongés en plein cauchemar, sans autre possibilité que de découvrir par eux-mêmes l'identité de l'assassin. Élu meilleur thriller de l'année 2010 en Allemagne, ce nouveau polar de l'excellente maison d'édition Sonatine est une réussite totale. Écrit dans un style sensible, alliant différents types de narration qui passent du "je" au "tu" dans un subtil brouillage des pistes, "Sorry" offre avant tout une trame inédite aux abords farfelus (cette histoire d'agence qui s'excuse aurait pu tomber dans le grotesque, ce n'est jamais le cas) mais courageusement assumée et surtout parfaitement traitée. L'histoire est donc passionnante de bout en bout et si les codes du suspense sont totalement maîtrisés (frissons garantis, comme le veut la formule), Drvenkar fait surtout la différence en abordant des thématiques difficiles ou dérangeantes (la pédophilie, le pardon, le châtiment...) à travers des personnages très attachants à la psychologie fouillée. Un roman tourmenté, intelligent et d'une grande originalité.


INCURABLES
23,80
par
6 mai 2013

A ne manquer sous aucun prétexte

Si vous avez envie de vous couper du monde,  n’hésitez pas et  plongez dans le dernier Lars Kepler.  Vous  deviendrez indisponible à votre entourage tant que vous n’aurez pas tourné la dernière page.

La Suède, de nos jours. Birgittagarden,  une institution de réhabilitation psychique pour  jeunes filles de 12 ans à 17 ans. Mélanie, l’une des pensionnaires est découverte sans vie,  la tête fracassée, les mains protégeant son visage.  A quelques centaines de mètres dans une cabane, git Elisabet Grim, l’infirmière responsable ce soir- là au centre,  le crâne et la partie supérieure du visage défoncés.  Les scènes de crime sont insoutenables et d’une violence inouïe.   Une autre jeune fille, la délicate Vicky Bennett, a disparu. Elle a fui laissant sa  chambre dans un désordre indescriptible, ses draps et une couette imbibés de sang, un marteau ensanglanté,  dissimulé sous l’oreiller. Tout  indique qu’elle est la coupable. Pourtant ni Daniel Grim, l’éducateur de Birgittagarden et mari d’Elisabet, ni l’inspecteur Joona Linna de la Rikskrim, venu en observateur, ne croient à sa culpabilité. Très vite, on signale l’enlèvement d’un petit garçon de 4 ans, Dante. Il semblerait qu’il ait été kidnappé par Vicky. Une course à la montre s’engage pour retrouver  les fugitifs d’autant qu’une l’enquête rapide sur le passé de Vicky révèle les contours d’une personnalité instable  d’une grande dangerosité. N’a-t-elle pas tailladé les visages d’une mère et de son fils ? Malgré ces indices, Joona Linna n’en démord pas : Vicky  est innocente. L’inspecteur est d’autant plus sensible au drame qui se joue que des années auparavant, son épouse et leur fille se sont volatilisées et qu’ils cherchent depuis leur trace.

Après « L’hypnotiseur » et « Le Pacte », le couple Ahndoril signe sous le pseudonyme habituel de Lars Kepler un nouvel opus particulièrement réussi. Intrigue serrée, rebondissements à répétition, tension tout au long des pages, « Incurables » est mené tambour battant sans une seconde de répit. A ne manquer sous aucun prétexte.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Le spectre d'Alexandre Wolf
18,00
par (Fontaine Passy)
5 mai 2013

Le narrateur, âgé de 16 ans tue un homme pendant la révolution russe. Des années plus tard, il lit une nouvelle racontant très exactement ce fait, mais du point de vue de la victime à Paris où il a émigré.
Dès lors, son « spectre » ressurgit derrière toutes ses rencontres nocturnes au travers de la ville. Celui qu'il a vu mourir serait-il vivant ? Par quel hasard improbable son meurtre peut-il ne pas avoir eu lieu ? Sa rencontre avec Elena, une mystérieuse compatriote, dont il tombe éperdument amoureux, lui fournira peut-être le fin mot de l'énigme...
Gaïto Gazdanov nous signe un roman formidable qui mêle le fantastique, l'intrigue policière et la réflexion
philosophique.
Nous pouvons incontestablement comparer cet écrivain aux grands auteurs russes comme Pouchkine.


33 LECONS DE PHILOSOPHIE PAR ET POUR LES MAUVAIS GARCONS
20,00
par (Librairie L'Armitière)
4 mai 2013

La philo pour les durs

Présentant les grands philosophes à la manière d'Audiard, avec beaucoup d'humour et une bonne dose d'irrévérence, Alain Guyard (le prof que l'on aurait rêvé d'avoir !) redonne vie à la philosophie de la meilleure manière. Un livre vraiment génial !