Conseils de lecture

So much pretty
20,00
par (Librairie Ravy)
22 octobre 2012

“ Alice, 16 ans, est une jeune fille extra-ordinaire (surdouée en tout, gentille, belle). Que lui est-il arrivé? Au début du roman le corps de Wendy, 19 ans, est retrouvé dans un fossé. Mais Alice ? On sait que quelque chose de terrible a eu lieu, mais quoi ? On parle d’elle au présent mais aussi au passé. Alors ?!
Cara Hoffman nous fait nous poser beaucoup de questions et quand elle dévoile le fin mot de l’histoire on est littéralement assommés !
Un très bon roman noir qui inaugure une nouvelle collection chez Stock : La Cosmopolite Noire. Une collection à suivre ! »


La faille souterraine et autres enquêtes, Les premières enquêtes de Wallander

Les premières enquêtes de Wallander

Seuil

21,80
par (Librairie Ravy)
22 octobre 2012

« Que vous connaissiez ou pas le commissaire Kurt Wallander vous découvrirez avec beaucoup d’intérêt et de bonheur le jeune homme qu’il a été, ses relations compliquées avec son père, ses années de formation d’abord à Malmö puis à Ystad.
5 nouvelles plus ou moins longues qui donnent envie de lire ou relire toute la série et dans l’ordre ! »
La série des enquêtes de Kurt Wallander :
-Meurtriers sans visage
-Les chiens de Riga
-La lionne blanche
-L’homme qui souriait
-Le guerrier solitaire
-La cinquième femme
-Les morts de la Saint-Jean
-La muraille invisible
-L’homme inquiet


Némésis 
19,50
par (Fontaine Passy)
21 octobre 2012

Eté 1944 à Newark, banlieue de New York. Le jeune Mr. Cantor, animateur sportif, entraîne les enfants du quartier de Weequahic lorsque survient une terrible épidémie de polio. Pressée par sa fiancée de le rejoindre plus au Nord, dans les montagnes Poconos supposées plus saines, il abandonne son job, ses élèves, son quartier. Mais a-t-il fait le bon choix en choisissant d'échapper à l'épidémie ?
Dans le contexte qui est celui de la seconde guerre mondiale, le fléau qui s'abat sur le quartier juif de Newark va déclencher les réflexes irrationnels de la peur.
Un roman très puissant, construit à merveille, sur les thèmes de l'innocence, de la culpabilité, mais aussi de la fragilité du plus fort.


peplum - l'antiquité spectacle

Lafont-Couturier, Hélène

Fage éditions

Neuf 29,50
Neuf à prix réduit 10,00
par (Fontaine Villiers)
20 octobre 2012

Ave

Genre surnommé aussi « Sabre et sandales ».
Alors, quel péplum vous botte? Cinecittà ou Hollywood? Images de synthèse ou carton-pâte? Mare nostrum ou pax americana? Pour Marc Aurèle vous prendrez Alec Guinness ou Richard Harris? Quant à Cléopâtre, il y a le choix: ce livre nous informe qu'une trentaine de comédiennes ont incarné la reine au cinéma et à la télévision.
Leçon d'histoire ou de mythologie? Pour celle-ci, par définition, toutes les fantaisies sont admises. Quant à celle-là, les historiens et archéologues s'arrachent les cheveux ou se gaussent devant tant d'anachronismes. Mais Hélène de Troie ou Alexandre seront connus du plus vaste public grâce au cinéma.

Genre facile à parodier. Avec leur humour respectif, très anglais, les Monty Python et les Carry On ( « OK Cléo ») s'y sont distingués. Les Astérix sont, en tant que BD, déjà une parodie. Et il y a bien sûr le comique involontaire.
Tous les films qui traitent de l'Antiquité ou de la mythologie sont-ils des péplums? Pasolini, Cacoyannis, « Fellini-Satyricon »? Ou encore « Jules César » de Mankiewicz, dont le scénariste fut un certain William Shakespeare? Pour un péplum faut-il du grandiloquent en plus du spectaculaire? Y a-t-il, pour citer Laurent Aknin, du péplum « d'art et d'essai »?
Comme toute oeuvre qui parle du passé, le péplum reflète l'époque de sa création. Cela vieillit donc. Mal? Oui et non: plus ils sont ringards plus on les aime. Ce deuxième degré n'exclut pas d'être ému par tel ou tel acteur, ravi par les images.
Ce livre très illustré contient de courts essais sur différents aspects du péplum: arrière-plan politique ou idéologique, liens avec la peinture, la BD, la publicité etc. Divertissant et stimulant.


Les contes de la Mère l'Oie

Courtes et longues

29,90
par (Fontaine Villiers)
20 octobre 2012

Ce beau livre est à retenir pour les illustrations splendides de Harry Clarke (1889-1931),dont la finesse et la malice conviennent parfaitement à Perrault.
Il a aussi illustré les contes de Grimm et d'Andersen avec autant de bonheur.Espérons que cet éditeur intéressant les fasse connaître du public français.