Conseils de lecture

L’Arabe du futur, 1, Une jeunesse au Moyen-Orient, 1978-1984
20,90
par (Fontaine Luberon)
21 mai 2014

Une enfance chez Kadhafi et El Assad

Dans son nouvel album (le premier d'une trilogie), Riad Sattouf revient sur son enfance qu'il passa à naviguer entre la France (sa mère est bretonne) et différents pays arabophones (son père est syrien). C'est souvent très drôle, parfois dramatique et surtout toujours très juste lorsqu'il décrit à hauteur d'enfant sa découverte de cultures différentes ainsi que ses relations avec un père pas toujours évident à comprendre lorsqu'il se mêle de religion, de politique ou du statut de la femme.


Erhard Loretan, une vie suspendue

une vie suspendue

Paulsen Guerin

24,00
par
21 mai 2014

Une vie suspendue

Quand, le 28 avril 2011, les médias annoncent la mort d’Erhard Loretan, tombé avec Xenia Minder, sa compagne d'alors, au Grünhorn, un quatre mille réputé facile, le monde de la montagne, ému, s’interroge : comment un homme aussi doué a-t-il pu chuter là le jour de son anniversaire? La réponse n’est évidemment pas dans le très beau livre de Charlie Buffet, écrivain et journaliste spécialisé dans les histoires de montagne. Mais son ouvrage, qui parle bien sûr d’un pan de vie que les fans d’alpinisme connaissent bien (l’enfance de Loretan dans les branches d’un pommier au pied de l’appartement, la découverte des Gastlosen qui deviendront son terrain de jeu, ses quatorze huit mille notamment), relate aussi, à travers des témoignages de proches (il y a Nicole Niquille, qui fut sa compagne pendant dix ans, et sa jumelle Françoise Repond, Renata Loretan, sa mère, Pierre Morand, l’ami de toujours, l’alpiniste Jean Troillet et bien d’autres encore), les dernières années – sombres – du grand alpiniste sorti Major de sa promotion de guide à 21 ans.

Le 23 décembre 2001, un drame épouvantable ternit sa vie. Il est seul dans son chalet de Crésuz avec Evan, son fils âgé de sept mois. Inquiet de ne pas voir revenir sa compagne partie en montagne et stressé par les pleurs de son bébé, il s’énerve et le secoue brièvement. Un quart d’heure plus tard, il remarque que l’enfant est en détresse respiratoire. Héliporté à l’Hôpital de l’Ile à Berne, il meurt le lendemain, victime du _syndrome du bébé secoué_. Le procureur requiert dix mois de prison avec sursis. Erhard est condamné à quatre mois avec sursis et une amende de mille francs mais son désespoir reste immense.

Quand elle évoque la mort d’Erhard, Nicole Niquille, première femme guide de Suisse, aujourd’hui dans une chaise roulante suite à un accident, dit : « Avec le recul, je ne trouve pas ça dramatique. Bien sûr, pour nous tous qui restons, il laisse un vide incommensurable. Mais il n’aurait pas supporté de vivre plus longtemps. La mort de son bébé a complètement changé sa vie. Il n’était plus le même. »

La dernière nuit du couple ? Elle a été « extraordinairement paisible, harmonieuse ». Au matin, Xenia souhaite son anniversaire à Erhard. Puis, chaudement vêtu, le couple quitte la cabane Finsteraarhorn, un refuge confortable situé à un peu plus de 3 000 mètres d’altitude, pour gravir le Grünhorn. Attachés à la même corde, Xenia et Erhard font une chute d’environ deux cents mètres. Lui mourra, elle survivra.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Une Lettre de vous

Brockmole, Jessica

Pocket

par
21 mai 2014

Bons baisers d'Ecosse !

A l’abri sur l’île de Skye au large de l’Ecosse, Elspeth, 24 ans, écrit des poèmes. Sa vie se résume à ce petit bout de terre sauvage qu’elle n’a jamais quitté par une peur insurmontable de la mer, à son époux toujours au large et qu’elle voit si peu, et à ses longues balades dans la nature d’où elle puise son inspiration. Une vie plutôt banale mais qu’elle aime finalement.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


Indétectable, roman
13,90
par
20 mai 2014

La douleur des invisibles

Il s’est fait arrêter une veille de 14 juillet. Un simple contrôle d’identité dans une station de métro à Paris, peu avant minuit. Mady, un sans-papiers malien, était arrivé en France dix ans plus tôt, dans l’espoir d’y construire une vie. Dix ans, c’est long. Assez pour tomber amoureux, avoir un fils, connaître des gens, travailler, parler sans fin avec un ami écrivain. Dix ans, c’est d’autant plus long quand tout ce qu’on entreprend rate, quand mois après mois la précarité pèse, la peur d’être expulsé augmente. Jean-Noël Pancrazi connaissait Mady, l’hébergeait parfois, l’écoutait souvent. Mady lui parlait de son petit garçon pour lequel il échafaudait mille rêves, de la femme de sa vie, la belle Mariama, qu’il ne savait comment aimer. Mady laissait souvent des affaires chez Pancrazi, peut-être parce qu’il était son seul repère dans une ville qui l’a finalement rejeté. Lorsque Mady a été reconduit à la frontière, Pancrazi n’a rien pu faire pour lui venir en aide. Alors, aujourd’hui, il raconte. Pour donner une voix à l’invisible, l’ « indétectable », comme Mady aimait lui-même se définir.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


La Nuit de Maritzburg, roman
Neuf 21,00
Occasion 7,90
par
20 mai 2014

Le coming out de Gandhi

Singulier portrait de l’apôtre de la non-violence que dresse Gilbert Sinoué dans cette « Nuit de Maritzburg ": un être d'une autorité despotique mais surtout un homme amoureux. Mohandas Karamchand Gandhi exerce la profession d’avocat en Afrique du Sud où il vit avec sa famille depuis plus d’une dizaine d’années lorsqu’il rencontre, Hermann Kallenbach, un architecte juif allemand talentueux et réputé. L’entente entre les deux hommes est immédiate. Eclot alors une passion totale.

En ces années 1903-04, l’Afrique du Sud n’a pas les contours politiques qu’elle possède aujourd’hui. Quatre colonies la composent : le Cap, le Natal et depuis la signature en 1902 du traité de Vereeniging, l’Etat libre d’Orange et le Transvaal. Les Britanniques et la Guerre des Boers sont passés par là. En prohibant toute union entre femmes blanches et hommes de couleur,

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u