www.leslibraires.fr

Conseils de lecture

Le cycliste de Tchernobyl
Neuf 18,00
Occasion 5,00
par (Le Pain des Rêves)
17 septembre 2013

Vivre malgré tout...

Un vieux monsieur est abandonné dans un fast-food des Champs-Elysées par une femme encore jeune. Un fonctionnaire espagnol a vu la scène. Il revient quelques jours plus tard pour s'informer de ce qu'est devenu le vieil homme. Le patron du fast-food fait appeler la police qui le conduit au SAMU Social. Il est contraint de prendre en charge le vieillard que l'on pense être son père. Le voici responsable d'un homme qu'il ne connaît pas, qui lui demande de le protéger, qu'il présente à ses collègues comme étant son père. Or, ce qui préoccupe surout le fonctionnaire, c'est de se faire élire à la tête de l’unité Kilogramme de la conférence des Poids et mesures.
L'alternance des chapitres nous fait passer du futile à l'insupportable, du souci d'être promu du fonctionnaire à la découverte des gens et de la ville de Pripiat, une cité construite pour accueillir les employés de Tchernobyl, une ville interdite depuis son l'explosion en 1986. Personne ne devrait vivre dans cet endroit où la radioactivité est intense et éternelle. Ces "samosiol" y survivent pourtant, dans des bâtiments à l’abandon, mangeant de mauvaises nourritures, essayant d'éviter les pillards et les chiens errants, avant de mourir dans des conditions atroces.
Le vieillard du fast-food, Vassia, était l’un d’eux. Il avait été un scientifique spécialiste de l'énergie atomique. Il se cachait dans Pripiat pour éviter d'être supprimé par des autorités qui voulaient l'empêcher d'informer le monde sur leurs mensonges. Et aussi pour continuer à vivre dans la communauté des hommes.
Au fil du texte, on éprouve l'effroi des scientifiques et la confusion des politiques pris au piège de leur décisions insensées. Il faudra beaucoup d'effort au lecteur pour échapper à la violence de ce récit, à la conscience du pire qu'il annonce, et à un sentiment de révolte face à l'inhumanité du choix du nucléaire.


Une enfance de Jésus
Neuf 22,00
Occasion 6,99
par (Librairie La Galerne)
17 septembre 2013

Un grand coup de cœur

Comme un enchantement, une fable ou un conte, "Une enfance de Jésus" est un roman absolument mystérieux. Dans un pays où il est possible de tout recommencer, Simon cherche une mère pour David… Avec ce texte totalement étrange et formidable, Coetzee nous laisse sans réponse aux questions sur l’enfance, la filiation, l’utopie ou le désir de bonheur que suscite l’histoire. C’est un roman politique, philosophique et singulièrement humaniste. Un grand coup de cœur.


Canada

Éditions de L'Olivier

Neuf 22,50
Occasion 4,00
par (Fontaine Sèvres)
17 septembre 2013

De la très grande littérature

"D'abord, je vais raconter le hold-up que nos parents ont commis. Ensuite les meurtres qui se sont produits plus tard". Dès la toute première page, Richard Ford annonce les faits qu'il va relater. Le narrateur, un garçon de 15 ans qui doit faire face à l'inconscience de ses parents, va voir son existence basculer. Toute la force du récit tient dans la minutie de l'analyse et la description des faits, de leur conséquences tragiques, et du regard, 50 ans après, que le narrateur porte sur ces évènements. De la très grande littérature.


L'Origine, Simple indication

Simple indication

Gallimard

8,50
par (Librairie l'Esperluète)
16 septembre 2013

Salzbourg, c'est la beauté, l'art, la culture. C'est aussi une ville au climat pourri, peuplée de bourgeois bornés, mesquins, matérialistes, hypocrites, une ville haïe de l'auteur qui y est né, qui ne peut jamais y retourner sans se sentir à nouveau accablé par l'atmosphère qui s'en dégage, où tout être sensible se sent condamné à tous les abandons et parfois au suicide. C'est l'idée du suicide qui obsédait le collégien lorsque, dans le cagibi à chaussures de l'internat où l'avait placé son grand-père, il étudiait le violon. Internat dirigé par un nazi, selon des méthodes éprouvées, guère différentes de celles des bons catholiques qui le remplacèrent après la défaite. Entre-temps il y a eu la guerre et les bombardements avec leurs visions d'horreurs.Premier volume autobiographique de Thomas Bernhard, L'origine nous plonge dans l'enfer quotidien de l'internat dans lequel il a passé son adolescence. D'abord tenu par les nazis, il est reconverti en établissement catholique, après la chute du IIIème Reich.


Esprit d'hiver

Laura Kasischke

Christian Bourgois

14,99
par (Fontaine Auteuil)
16 septembre 2013

excellent

Avec son dernier roman, Kasischke nous offre un huis clos magistral entre une mère et sa fille un matin de Noël.
Dissimulant les indices tout au long de son récit, elle mène son lecteur par le bout du nez. Envoûté par le charme de cette histoire qui fait jouer tour à tour suspens psychologique, obsessions et questionnement existentiel, Kasischke manie avec brio l'art de la déroute.
Le lecteur ne distingue plus le vrai du faux et cette ambiguïté procure une sensation de malaise.
La chute est terrible, glaçante, cruelle!!!
Ames sensibles s'abstenir...