Hommage à Simone Veil

Hommage à Simone Veil

Triste nouvelle aujourd'hui avec la mort d'une icone du droit des femmes: Simone Veil. Grande figure de la vie politique française, rescapée de la Shoah, elle s'est battue pour l'émancipation de la femme et a contribué à construire l'Europe que nous connaissons aujourd'hui...pacifiée.

Pour ceux qui connaissent peu son parcours nous vous proposons de lire "une vie", son autobiographie aux éditions le livre de poche, ou de vous attarder sur "les hommes aussi s'en souviennent" ou l'histoire de la loi Veil.

Une vie

Le Livre de poche

Neuf 7,60
Neuf à prix réduit 7,60

Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps. Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.


Une vie, une jeunesse au temps de la Shoah, extraits d'

extraits d'"Une vie"

Le Livre de Poche

5,60

L’idée d’extraire de ma biographie les quelques passages qui peuvent être regardés comme d’utile pédagogie vis-à-vis de la jeunesse d’aujourd’hui m’a paru séduisante. Simone Veil. Cette édition pédagogique regroupe les quatre premiers chapitres d’Une vie et couvre la période 1927-1954. Ce que Simone Veil a vécu durant ces années – où elle passa d’une enfance protégée à l’horreur des camps de concentration, puis retourna à la « vie normale » – sans pouvoir partager son expérience avec ceux qui ne l’avaient pas connue, s’inscrit dans le nécessaire devoir de mémoire des jeunes générations. Source de réflexions, son sobre récit est également une leçon de courage et d’espoir.

Édition annotée par Isabelle Hausser.

En annexe : extrait du discours de réception de Simone Veil à l’Académie française par Jean d’Ormesson ; extrait de l’interview donnée par Valentine Veil au magazine Elle.


Les hommes aussi s'en souviennent, discours du 26 novembre 1974

discours du 26 novembre 1974

Stock

15,00

Le 26 novembre 1974, Simone Veil, ministre de la Santé au gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing, présente son projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse devant l’Assemblée nationale. Modifier profondément la loi répressive de 1920 est urgent : chaque année, entre 300 000 et 500 000 femmes ont alors recours à l’avortement clandestin ou se rendent à l’étranger pour se faire avorter, tandis que des médecins de plus en plus nombreux font part publiquement de leur pratique des IVG en toute illégalité. Ce discours et les débats qui l’ont suivi révèlent à la France entière une femme courageuse et déterminée, défendant à la fois la dignité de la femme et l’intérêt de la Nation, face à des parlementaires déchaînés. Personne n’a oublié ce discours. Beaucoup considèrent cette loi comme le fait le plus marquant du septennat Giscard. Trente ans plus tard, Simone Veil a enfin accepté de voir publier son discours de novembre 1974. Il est suivi d’un long entretien avec Annick Cojean, journaliste au Monde. Simone Veil revient ainsi sur ces débats. On comprend pourquoi la publication de ce texte est aujourd’hui plus que nécessaire. Aujourd’hui où certains tentent de remettre en cause cette loi au nom de conceptions religieuses contraires aux fondements de l’État républicain.


Simone Veil, la force de la conviction
19,95

« Un personnage historique qui incarne l'Histoire de France », disait d'elle Frédéric Mitterrand le 18 mars 2010, au lendemain de sa réception à l'Académie française, où elle est la sixième femme à porter l'épée.
Libre et véhémente, exigeante et sereine, Simone Veil (née en 1927), ex-ministre de la Santé, à l'origine de la légalisation de l'IVG, reste une combattante en lutte pour la justice et le respect de la personne, la cause des femmes, l'adoption et les droits de l'enfant. Mais aussi pour l'Europe, qu'elle incarne et porte avec passion. Enfin, pour la mémoire, quitte à s'opposer aux suggestions de Nicolas Sarkozy dans ce domaine.
Au-delà de la figure d'exception, elle est avant tout une femme. Son histoire personnelle passe par les extrêmes : Auschwitz, la disparition des siens. Et par la politique, qui dit aussi l'ardeur de vivre, l'amour, les enfants, la culture, l'écriture. La littérature, enfin, qui l'a accompagnée jusqu'à l'Académie française.
Cette intensité, elle la transmet jusque dans son mystère, sa retenue, son engagement et ses doutes. Cette biographie replace Simone Veil au coeur d'un siècle bouleversé et découvre les tranches de vie et les espaces de liberté d'une femme au destin incandescent.


Les grands discours, Elles sont 300.000 chaque année, discours de la ministre Simone Veil pour le droit à l'avortement devant l'Assemblée nationale, 26 novembre 1974

discours de la ministre Simone Veil pour le droit à l'avortement devant l'Assemblée nationale, 26 novembre 1974

Points

3,10

Dans les années 1970, l'avortement est un acte lourd de conséquences, condamné par la loi française et perpétré clandestinement. Lorsqu'elle présente son projet de loi en 1974, Simone Veil fait face à une majorité de députés opposés à l'avortement. Malgré des débats houleux, teintés parfois d'une grande violence, son discours finit par remporter l'adhésion. La loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG) poursuit ainsi l'entreprise d'émancipation sociale de la femme. Quelques années plus tôt, en 1967, Lucien Neuwirth avait fait voter une loi sur la maternité volontaire autorisant la contraception.Des discours qui ont marqué l'Histoire,incarnés par des figures d'exception