www.leslibraires.fr
Les Territoires de l'Imaginaire

Les Territoires de l'Imaginaire

« Le Festival de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges prend ses quartiers d’automne en rêvant de l’ailleurs. Car «les territoires de l’imaginaire et les utopies» sont bien une partie de nos géographies : bien sûr, celles dont nous rêvons tout comme les migrants qui fuient la misère, mais aussi celles de tous les habitants du monde qui ont soif de découvertes et de rencontres. De ceux qui veulent bâtir un monde meilleur. De ceux qui veulent déconnecter d’avec les rythmes sociaux accélérés par la révolution numérique. Ce sont les géographies imaginaires de l’au-delà de nos lieux de vie, qui nous poussent à visiter d’autres contrées pendant les vacances.
Les géographes montrent qu’en réalité, nos imaginaires sont l’autre face de nos géographies personnelles. Que ce soient celles d’un chef de guerre qui rêve de territoire, d’un homme de paix qui aspire à diffuser aux peuples les valeurs du vivre ensemble, la fraternité, les idéaux de l’égalité. Des enfants aux personnes âgées, toutes les générations construisent des utopies. La géographie se prête bien à ces jeux avec l’espace, car les espaces que nous habitons ont été façonnés par nos imaginaires personnels ou sociaux.
Rien de tel pour comprendre cela que de convoquer l’Australie à Saint-Dié pour le festival. L’Australie, un Etat-continent très loin de la vieille Europe, mais pourtant façonné par elle, en partie. Un territoire qui fascine les jeunes, les aventuriers et les hommes d’affaires, les amateurs de surf sur les plages comme les botanistes, les amis des bêtes en quête d’espèces rares dans cette île dont l’isolement a façonné une part de l’endémisme. Les Aborigènes deviendront nos proches le temps d’une fête autour de ce pays immense qui fait rêver.
Le Salon du Livre, le Salon de la Gastronomie et bien d’autres activités sont présents au festival pour concrétiser ce goût de l’ailleurs que nous portons tous en nous. Ouvrons grand ce regard pendant les trois jours du FIG ! »
Gilles Fumey - Professeur à l’université Paris-IV et à Sciences Po et Président de l’Association pour le Développement du Festival International de Géographie (ADFIG).

Téléchargez le programme complet du Festival en cliquant ici.
Vous retrouverez également toute l'actualité du festival avec le magazine 5 Continents à la Une.
Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter le site officiel du festival.

*FIG : Festival International de Géographie

Malavita (Tome 1)
8,49

Une famille d'Américains s'installe à Cholong-sur-Avre, en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues. Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous. Une famille apparemment comme les autres, en somme. Une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner...


En France

Florence Aubenas

L'Olivier

6,99

" Les lecteurs se demandent souvent comment un journaliste choisit ses sujets. C'est une question qui revient sans cesse : pourquoi cette histoire et pas une autre ? Pourquoi ce village-là ? Pourquoi cette usine? Et pourquoi cet homme ? Les explications ne manquent pas. On se rend à cet endroit-là parce qu'un événement s'y est déroulé, incendie ou élection, meurtre ou mariage, peu importe, quelque chose.
Ça paraît simple, non?
Écrits et publiés dans Le Monde, où je suis reporter, les textes rassemblés dans ce livre ont en commun d'être nés dans cette zone d'opacité-là, entre des questions et des réponses qui ne coïncident pas. "
F.A.
Fidèle à l'esprit du Quai de Ouistreham, ce livre nous fait entendre la voix de ceux et celles que Florence Aubenas a rencontrés ces deux dernières années au fil de ses reportages. A travers ces récits de vies multiples se dessine une France prise dans l'aventure du quotidien.


Petits spleens numériques

Antoine Compagnon

Éditions des Équateurs

8,49

D'Un été avec Baudelaire à l'hiver numérique, ou plutôt au printemps du numérique car l'une des caractéristiques de notre époque est la révolution virtuelle. Partant de l'exemple de Baudelaire et de son appréhension contradictoire par rapport à la technique et au monde moderne, Antoine Compagnon se confronte avec candeur et humour aux nouvelles technologies. Il faut dire que notre spécialiste mondial des Fleurs du mal et des Essais de Montaigne est aussi un ancien polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées. En quarante chapitres drôles et particulièrement piquants, Antoine Compagnon effectue des incursions désopilantes dans le monde de google, d'Amazon, de Wikipédia, des moocs, de ces êtres désormais puissants dans les universités américaines que sont les "digital officers". Confrontant en permanence l'ancien monde du papier et des archives à celui du tout numérique, n'hésitant pas à évoquer sa vie personnelle, et ses « prothèses » numériques mais aussi ses cours dans le monde entier, au Japon, en France aux États-Unis, au Québec, Antoine Compagnon se révèle un « geek » et un « nerd » particulièrement poétique et drôle sans parti pris révélant tantôt l'absurde de notre univers virtuel, ou au contraire son apport considérable à notre civilisation. Ces petits billets ont été publiés pendant une année dans le Huffington Post.


Macadam

Jean-Paul Didierlaurent

Au Diable Vauvert

7,99

Pour tromper l'ennui lors des confessions, un prêtre s'adonne à un penchant secret. Une jeune femme trouve l'amour aux caisses d'un péage. Pendant la guerre, un bouleau blanc sauve un soldat. Un vieux graphologue se met en quête de l'écriture la plus noire. Une fois l'an, une dame pipi déverrouille la cabine numéro huit...


Espace de l'imaginaire, Essais et détours

Essais et détours

Bernard Debarbieux

Cnrs

18,99

Match de football ou manifestation, aménagement des parcs naturels ou des villes capitales, récits utopiques ou traités philosophiques, institution de la frontière ou des ethnies dans les colonies, éloge du mondial ou du local en écologie politique et dans la production économique... Qu'y a-t-il donc de commun entre tous ces éléments ? Tous relèvent d'une construction imaginaire. L'imaginaire social est l'arrière-plan de nos schémas de significations et d'actions collectives. Plus que l'attribut d'une société, il est la condition même de son existence ; il participe de l'institutionnalisation de chacune, ainsi que de nos façons communes de penser le monde, et de nous penser en son sein. Aucune expérience individuelle, aucune réalité sociale n'existant indépendamment de l'espace concret dans lequel elles se déploient, l'étude de la pluralité des formes de spatialité des imaginaires sociaux permet de porter sur nos sociétés modernes un regard original et éclairant.