Lire - Penser - Résister

Poésie complète
23,35

Né en 1908 dans l’Etat de New York, George Oppen passe une partie de sa jeunesse en Californie. A la fin des années 1920, il rencontre Charles Reznikoff et Louis Zukofsky, avec lesquels il fonde la confrérie secrète des « objectivistes », dans le sillage d’Ezra Pound et de William Carlos Williams. Avec Mary, la compagne de sa vie, il s’établit près de Toulon en 1930 : c’est en France que seront d’abord imprimés les livres de "l’Objectivist Press", avant le retour à New York et la publication de son premier recueil : "Discrete Series", en 1934. L’année suivante, Oppen adhère au Parti communiste américain et cesse totalement d’écrire, pour se consacrer à ses activités militantes. En 1942, il s’engage dans l’armée américaine et sera grièvement blessé durant la bataille du Bulge, seul survivant de sa patrouille. Après la guerre, victimes de la répression maccarthyste, George et Mary Oppen sont contraints de s’exiler au Mexique, où ils vivront jusqu’à la fin des années 1950. C’est là qu’Oppen renoue avec l’écriture, après vingt-cinq ans de silence. Il regagne le territoire américain en 1960 et son deuxième recueil : "The Materials", paraît en 1962, suivi de "This in Which" (1965), puis de "Of Being Numerous" (1968), son livre majeur, qui lui vaut le prix Pulitzer. Son influence s’étend sur une nouvelle génération de poètes, à mesure que les « objectivistes » reviennent sur le devant de la scène. Ses "Collected Poems" sont réunis en 1975. Un ultime recueil : "Primitive", s’y ajoute en 1978. Il s’éteint en 1984, au terme d’une longue maladie.


Résister, à la tentation du laissez-faire, au réformisme et à l'esprit commercial des temps modernes

à la tentation du laissez-faire, au réformisme et à l'esprit commercial des temps modernes

Fayard/Mille et une nuits

3,00

Sous ce titre sont regroupés plusieurs essais inédits de Henry David Thoreau, qui viennent compléter et prolonger sa théorie philosophique développée dans sa fameuse Désobéissance civile. 
Thoreau, qui ne fut pas l’ermite dans les bois que la postérité voudrait voir en lui, mais un acteur des combats politiques de son temps, dénonce les risques d’un pacifisme passif, s’en prend aux conservateurs et réformateurs de tout poils et prône un engagement concret, parfois jusqu’au-boutiste, qui surprendra plus d’un de ses lecteurs. Bien qu’adepte d’un transcendantalisme individualiste, il n’a cessé de réfléchir à la façon d’améliorer la société et le gouvernement.


Résister, les archives intimes des combattants de l'ombre

les archives intimes des combattants de l'ombre

Textuel

Neuf 40,50
Occasion 25,00

La colère, la honte, le doute, la peur, l'excitation, l'euphorie, la lucidité, le dépassement de soi, la solitude, l'abandon... cette étrange palette des sentiments est celle du vécu résistant qu'a voulu reconstituer l'historien Guillaume Piketty. Carnets, journaux, lettres de prison invitent à ressentir leurs émotions, leurs réflexions, leur motivations. L'intensité qui émane de ces témoignages est saisissante.
Tout est dit : la radicalité d'un engagement, la grandeur d'un combat, la force d'une morale. Comment entre-t-on en résistance ? Comment vit-on la clandestinité ? Comment reprendre une vie " normale ", sociale, familiale, après ?


Traque verte / les dernières heures d'un journaliste en Inde : roman d'investigation
16,00

L’accès de l’Inde à la consommation de masse - souvent décrite comme une joyeuse épopée bollywoodienne - sème la mort et les ténèbres: par l'histoire tragique d'un assassinat, ce livre saisit le moment où la ruée vers les ressources naturelles se transforme en guerre, où la société de consommation atteint son point de rupture.


La mer dans une goutte d'eau
19,00

Reportages réunis et présentés par Margot Carlier

« J’ai découvert le monde à travers des gens comme Hanna Krall et Ryszard Kapuściński », confiait récemment Svetlana Alexievitch, lauréate du prix Nobel de littérature.

Réunir en un seul volume les deux grands noms du reportage polonais, dont se réclament aujourd’hui les meilleures plumes de la « littérature du réel », est l’occasion de faire découvrir leurs textes les plus anciens, d’une remarquable qualité littéraire.

Les récits-reportages de Kapuściński sur les années 1960 et ceux de Krall sur la décennie suivante abordent souvent des thématiques semblables et témoignent d’une même empathie face aux plus démunis, aux victimes de l’oppression. Soumis à un contrôle sévère, le reporter de l’époque communiste ne pouvait critiquer le système dans son ensemble : il lui fallait se tourner vers les destins individuels, vers le détail qui prendrait soudain une signification plus large, plus universelle. « Nous disions du reportage qu’il était l’art de voir la mer dans une goutte d’eau », rappelle le grand opposant Adam Michnik.

Au fil de textes où le lecteur ne boude pas son plaisir, une éclatante illustration des ruses du coeur et de l’intelligence face à la censure.