Rentrée littéraire 2017

Rentrée littéraire 2017

Nos coups de coeur "Rentrée littéraire"

La salle de bal
22,00

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la
filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l'institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John. Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant,
entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.
Anna Hope est née à Manchester. Elle a étudié à Oxford et à Londres. Après Le chagrin des vivants, La salle de bal est son deuxième roman.


La nuit des béguines
22,00

À Paris, au Moyen Âge, un bâtiment singulier borde la rue de l’Ave Maria, dans le Marais : le grand béguinage royal, fondé par saint Louis. Dans ses murs, vit une communauté de femmes hors normes. Veuves ou célibataires, nobles ou ouvrières, elles peuvent étudier, travailler, circuler librement dans la cité. Mais en 1310, la sérénité du béguinage est troublée par l’exécution en
place de Grève de Marguerite Porete, une béguine de Valenciennes brûlée vive pour avoir écrit un livre qui compromet l’ordre établi... C’est là que commence le roman, alors que le royaume de Philippe le Bel amorce son déclin et que les persécutions contre les Templiers se multiplient. Ysabel, responsable de l’hôpital, vit là depuis vingt ans lorsque la jeune et rousse Maheut s’y réfugie. Celle-ci fuit des noces imposées par son frère, et la traque d’un inquiétant moine franciscain. Son arrivée est mal accueillie par la majorité des femmes du clos : les cheveux roux ne sont-ils pas l’œuvre du Diable ? Dame Ade, qui aspire à se tenir en retrait du monde depuis la mort de son mari, regarde elle aussi avec méfiance la nouvelle venue. Ysabel est obligée de cacher sa protégée ailleurs dans la cité... Ce n’est que le début d’un saisissant suspense qui nous emmène dans une époque charnière d’une étonnante actualité.
L’auteur
Aline Kiner, née en Moselle, vit aujourd’hui à Paris où elle est rédactrice en chef des hors-série du magazine Sciences et Avenir. Passionnée par l’histoire, elle a coordonné de nombreux dossiers consacrés au Moyen Âge, interrogé Georges Duby, Jacques Le Goff, ou encore Claude Gauvard. En 2004, elle publie La Cathédrale, livre de pierre aux Presses de la Renaissance. Aux éditions Liana Levi ont paru Le Jeu du pendu (2011, et Piccolo n°86) et La Vie sur le fil (2014). Elle dépeint dans ce nouveau roman une liberté et une indépendance que les femmes ne connaîtront plus avant des siècles.


Les huit montagnes, Prix Médicis du roman étranger 2017

Prix Médicis du roman étranger 2017

Stock

21,50

« Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus  de nos têtes. »

Pietro est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes.  Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana,  au coeur du val d’Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la  montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers,  puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.
Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès  de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son  passé – et son avenir.
Dans une langue pure et poétique, Paolo Cognetti mêle  l’intime à l’universel et signe un grand roman d’apprentissage  et de filiation.

Traduit de l’italien par Anita Rochedy


Look Homeward, Angel , Une histoire de la vie ensevelie

Une histoire de la vie ensevelie

Bartillat

22,00

Lorsqu’il reçoit le manuscrit de Look Homeward, Angel, l’éditeur Max Perkins mesure aussitôt le caractère exceptionnel de ce roman autobiographique. Avec son titre inspiré d’un vers du poète Milton, le livre paraît en 1929 et rencontre un succès.

Wolfe s’est dépeint lui-même « énorme nuage noir, chargé d’électricité, fécond, impérieux, doué d’une violence d’ouragan, que rien ne pourrait retenir longtemps. » Le roman est à cette image, comme un flot stylistique que rien n’arrête. Le héros, Eugène Gant, habite la petite ville d’Altamont. Son père, en proie à ses démons, ne désire que goûter à toutes les expériences ; sa mère au contraire travaille sans répit, affamée de posséder toujours plus. Le petit Eugène découvre la vie dans cette ville du Sud avec sa lumière particulière, son éternité et son flot d’existences. Vient le temps de l’Université. Le récit se fait alors chant de l’exil et de la solitude. Porté par le souffle d’un lyrisme exceptionnel, ce premier roman a suffi de faire de Thomas Wolfe l’un des plus grands auteurs américains du XXe siècle.


L'art de perdre  ( Prix Goncourt des Lycéens 2017 ), Goncourt des Lycéens - 2017
Neuf 22,00
Neuf à prix réduit 22,00

L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par des questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui ne lui a jamais été racontée ?
Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle n'ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un "harki". Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être lui répondre mais pas dans une langue autre que Naïma comprenne. Quant Hamid, son père, arrivé en France à l'été 62 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l'Algérie des générations successives d'une famille prisonnière d'un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d'être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

--------------------------
Prix des Libraires de Nancy-"Le Point"
Prix littéraire Le Monde - 2017
Prix Landerneau des lecteurs - 2017