www.leslibraires.fr
John Lee Hooker
EAN13
9782361398965
Éditeur
Le Mot et le reste
Date de publication
Collection
Musiques
Langue
français
Langue d'origine
français

John Lee Hooker

Le Mot et le reste

Musiques

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782361398958
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    12.99

  • Aide EAN13 : 9782361398965
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    12.99

Autre version disponible

De John Lee Hooker, on connaît la légende : fils d’un métayer prêcheur du
Delta, élevé par son beau-père (avec qui il aurait entendu Charley Patton et
Blind Lemon Jefferson), il aurait quitté ses parents à 14 ans, vécu en hobo,
connu une carrière faite de succès et d’oublis, lui, le guitariste improbable
qui ne pouvait jouer qu’en solo… Entre construction de son propre mythe et
négligence biographique, Hooker lui-même a beaucoup contribué à cette légende,
jetant de la fumée sur des pans entiers de sa vie et construisant une
discographie labyrinthique. Démystifiant ce qui doit l’être, ce livre
s’attache à éclairer la vie souvent nébuleuse de ce grand bluesman, à suivre
sa piste à travers ses écrans de fumée, débusquer ses ruses et ses sauts de
côté. Car Hooker est un personnage faussement simple, irrégulier, hautement
singulier. Serait-il une sorte de dieu grec du Delta ? Rusé comme Ulysse, il
multiplie les fausses pistes et joue avec son identité ; tel Orphée, muni de
sa lyre à six cordes, il envoûte ses auditeurs avec sa voix de cuir velouté ;
en Protée averti, il s’adapte aux fluctuations du marché tout en restant
éminemment le même : on reconnaît un riff de Hooker à la première seconde.
L’enjeu est donc ici de reconstituer sa vie au plus près, malgré les lacunes
de documents historiques. La galère, le premier tube en 1948, puis la gloire…
On a beau regarder, lorsque l’on lit des histoires du Blues, on se rend bien
compte que l’on a du mal à caser Hooker : ni uniquement Delta, pas Chicago (il
y enregistre mais), le genre « Detroit blues » n’existe pas sauf pour lui — il
n’est pas allé à l’école, n’allons pas en créer une pour lui! Il n’est pas que
traditionnel, folk quand il le veut, très vite électrique… Contrairement à
Wolf ou Muddy, il n’est pas un chef de groupe (de bande) et ne doit en gros
son succès qu’à lui même : a eu des accompagnateurs de qualité, mais
ponctuellement : jamais un Otis Spann à demeure, par exemple. Solitaire ? Aime
trop les gens. Soliste ? Pas assez virtuose. C’est un singulier. Eccéité. Pas
de son temps : sa musique vient d’avant mais c’est comme s’il se situait au-
devant de ça : il fonce. Sans être de l’avant-garde, ce qu’il fait est souvent
tout à fait nouveau. C’est un temps parallèle, à côté... Olivier Renault est
né en 1964. Libraire à Paris (La Petite Lumière dans le 14e) il a publié des
livres sur l’histoire de Montparnasse et Montmartre, sur les peintres Bonnard
et Soutine et sur l’écrivain Blaise Cendrars.
S'identifier pour envoyer des commentaires.