www.leslibraires.fr
Traverser la ville
EAN13
9782369354918
Éditeur
Le Passager Clandestin
Date de publication
Collection
Dyschroniques
Langue
français

Traverser la ville

Le Passager Clandestin

Dyschroniques

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782369354918
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    3.99

  • Aide EAN13 : 9782369354932
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    3.99

Autre version disponible

"Des ingénieurs, des commerçants, des diplomates, que sais-je - leurs
carrières sont liées à d'autres districts que le leur. C'est une des anomalies
de notre société toujours plus fragmentée et stratifiée que cette survivance
d'un contact régulier de communauté à communauté ; un certain nombre de gens
doivent se rendre tous les jours dans des districts périphériques, où ils
travaillent isolés, dans un mon étranger et malveillant." Le monde n’est plus
qu’une seule et gigantesque cité divisée en plusieurs millions de zones
urbaines contigües. Chacune d’elles se veut autonome, politiquement
indépendante et dotée d’un mode de vie propre. Toutes sont sous la
surveillance de redoutables « policiers-robots » qui en contrôlent les
frontières et expulsent où suppriment tous les indésirables. Ces différentes
zones, qui ont entre elles des contacts limités et souvent hostiles, confient
toute leur maintenance et leur sécurité à un programme central. Et lorsque ce
programme est dérobé, rien ne va plus… Dans cette fable où l’alliance
inquiétante de la dépendance technologique et du repli identitaire paraît ne
pouvoir déboucher que sur le chaos annoncé, Silverberg s’empare du fantasme de
la ville-monde connectée pour aborder la question de la place des humains, de
leur nombre et de leur libre circulation. Publié en 1973, la nouvelle fait
écho à l'essai du géographe français Jean Gottmann : Megalopolis. The
Urbanized Northeastern Seabord of the United States, qui forge la notion de
mégalopole. La collection « Dyschroniques » exhume des nouvelles de science-
fiction ou d’anticipation, empruntées aux grands noms comme aux petits maîtres
du genre, tous unis par une même attention à leur propre temps, un même génie
visionnaire et un imaginaire sans limites. À travers ces textes essentiels se
révèle le regard d’auteur·ices d’horizons et d’époques différents,
interrogeant la marche du monde, l’état des sociétés et l’avenir de l’humain.
Lorsque les futurs d’hier rencontrent notre présent… Né en 1935, Robert
Silverberg est un pilier de la SF. Il publie sa première nouvelle à l'âge de
dix-huit ans et remporte le prix Hugo de l'auteur le plus prometteur deux ans
plus tard. Une première consécration qui marque le début d'un travail
d'écriture prolifique (plus de 400 nouvelles dont Destination fin du monde
publiée dans la collection Dyschroniques également, quelques 70 romans). On
lui doit entre autres Les monades urbaines ; Le livre des crânes ; Le Cycle de
Majipoor…. Il a reçu en 2004 le titre de « Grand Maître de la science-fiction
», la plus haute distinction du domaine. Il vit à San Francisco.
S'identifier pour envoyer des commentaires.