www.leslibraires.fr
Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, suivi du Contrat social entre l'Homme et la Femme
EAN13
9782824900421
Éditeur
République des Lettres
Date de publication
Collection
Franc-Tireur
Langue
français
Langue d'origine
français

Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne

suivi du Contrat social entre l'Homme et la Femme

République des Lettres

Franc-Tireur

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782824900421
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne

    Mise en Forme

    • Aucune information

    Fonctionnalités

    • Aucune option d'accessibilité au système désactivée (exception)
    • Navigation dans la table des matières
    • Balisage de la langue fourni

    Normes et Réglementations

    • Aucune information
    6.99

Autre version disponible

En 1791, Olympe de Gouges s'installe à Auteuil, où elle fréquente les milieux
intellectuels avant-gardistes de l'époque, se liant d'amitié avec Sophie de
Condorcet et Fanny de Beauharnais. Le 14 septembre, elle publie une brochure
radicalement féministe, intitulée "Les Droits de la femme", qu'elle adresse à
la reine Marie-Antoinette. Entre la dédicace à la reine et une proposition de
"Contrat social entre l'Homme et la Femme", l'opuscule inclut surtout sa
désormais célèbre "Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne",
pendant polémique de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" de
1789. Outre une exhortation à donner enfin la parole aux femmes — "La femme a
le droit de monter sur l'échafaud; elle doit avoir également celui de monter à
la Tribune", proclame l'article X — le texte dénonce le fait que la Révolution
oublie les femmes dans son projet puisque une bonne partie des droits
fondamentaux — droit de vote, droit de propriété, droits professionnels, etc.
— ne s'applique qu'aux hommes. Destiné à être présenté à l'Assemblée nationale
le 28 octobre 1791, ce premier document juridique français évoquant l'égalité
des sexes et proclamant le droit des femmes à devenir des citoyennes égales
aux hommes en matière civile et politique, est refusé par la Convention.
S'identifier pour envoyer des commentaires.