www.leslibraires.fr
La Parole de l’enfant au bénéfice de ses droits, De la prise en compte à l’agentivité
EAN13
9791036584558
Éditeur
Presses Universitaires de Liège
Date de publication
Collection
Mondes de l’Enfance
Langue
français

La Parole de l’enfant au bénéfice de ses droits

De la prise en compte à l’agentivité

Presses Universitaires de Liège

Mondes de l’Enfance

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9791036584558
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    6.99

Autre version disponible

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) de 1989 a reconnu
aux enfants le droit d’expression, le droit d’opinion et le droit
d’association (articles 12 à 15). À l’occasion du 25e anniversaire de ce grand
texte juridique (2014), estimant la parole de l’enfant « innovante et
nécessaire », l’UNICEF a donné la parole à des enfants du monde afin qu’ils
puissent dire leurs rêves et leurs souhaits pour le XXIe siècle. La journée
internationale des droits de l’enfant du 20 novembre 2017 a été placée par
l’ONU sous l’égide de la question : « Êtes-vous prêts à entendre ce que les
enfants du monde ont à dire ? ». Au-delà de ces manifestations ponctuelles qui
donnent lieu à des actes symboliques très politiques et médiatiques, le
recueil de la parole des enfants est aujourd’hui considéré comme un des enjeux
forts de l’effectivité des droits de l’enfant. L’objectif de cet ouvrage est
de confronter les diverses formes de prise en compte de la parole de l’enfant
avec la notion d’agentivité des enfants, c’est-à-dire – au-delà de leur
expression – leur capacité à être des agents actifs de leur propre vie, à
exercer un contrôle et une régulation de leurs actes. La notion d’intérêt de
l’enfant se trouve ainsi au cœur du dialogue interdisciplinaire et des
réflexions portées par les auteur.e.s de ce volume. Dans les différentes
contributions, les enfants sont perçus comme des acteurs et non comme des
êtres passifs, dépendants ou incomplets ; comme des membres à part entière de
la société et pour ce qu’ils sont en tant qu’enfants aujourd’hui, et pas
seulement pour ce qu’ils seront demain. Les différentes sciences sociales
mobilisées (droit, science politique, linguistique, archivistique, sociologie,
psychologie, sciences de l’éducation, géographie) abordent les questions de la
parole des enfants selon des angles variés (apprentissages, genre, famille,
justice, migrations, travail) et à différentes échelles (locales, nationales,
transnationales), en privilégiant l’expérience quotidienne de ces derniers.
S'identifier pour envoyer des commentaires.