Le Tunnel aux pigeons. Histoires de ma vie
  •  
Format
Broché
EAN13
9782021322989
ISBN
978-2-02-132298-9
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Cadre vert
Nombre de pages
368
Dimensions
22 x 14 x 2 cm
Poids
422 g

Le Tunnel aux pigeons. Histoires de ma vie

De

Le Seuil

Cadre vert

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autre version disponible

« Du monde secret que j'ai connu jadis, j'ai essayé de faire un théâtre pour les autres mondes que nous habitons. D'abord vient l'imaginaire, puis la quête du réel. Et ensuite retour à l'imaginaire, et au bureau devant lequel je suis assis à cet instant. » John le Carré Depuis ses années de service dans le renseignement britannique pendant la Guerre froide jusqu'à une carrière d'écrivain qui l'emmena du Cambodge en guerre à Beyrouth après l'invasion israélienne de 1982, en passant par la Russie avant et après la chute du mur de Berlin, John le Carré s'est toujours placé au cœur de notre histoire contemporaine. Dans ce livre de mémoires inédits, il relate d'une plume aussi incisive que drolatique et avec la subtilité morale qui caractérise ses romans les événements dont il fut le témoin. Qu'il décrive le perroquet d'un hôtel de Beyrouth imitant à la perfection le crépitement des mitraillettes ou les premières notes de la Cinquième de Beethoven, sa découverte des charniers du génocide rwandais, son réveillon du Nouvel An 1982 avec Yasser Arafat, la sagesse du génial physicien Andreï Sakharov, sa rencontre avec deux anciens chefs du KGB ou avec l'humanitaire française qui lui inspira l'héroïne de La Constance du jardinier, son regard est souvent caustique, toujours pénétrant. Mais surtout John le Carré nous dévoile son parcours d'écrivain sur plus de six décennies et sa quête infatigable de l'étincelle humaine qui a insufflé tant de vie et de cœur à ses personnages de fiction. John le Carré, né en 1931, a étudié aux universités de Berne et d'Oxford, enseigné à Eton, et a été membre du service du renseignement britannique pendant la Guerre froide. Il se consacre à l'écriture depuis plus de soixante ans et partage sa vie entre Londres et la Cornouailles. Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Isabelle Perrin Isabelle Perrin, que tout destinait à une sage carrière universitaire, contracte le virus de la traduction littéraire auprès de sa mère Mimi. Les incurables duettistes cosigneront plus de trente traductions, dont tous les romans de John le Carré depuis La Maison Russie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur John le Carré

Dossiers relatifs

"Je suis moi-même la matière de mon livre" Michel de Montaigne (Les Essais)

Caryl Férey, à propos de la liberté : "Restait à l'user, de préférence jusqu'à la corde qui me pendrait
si je ne devenais pas un jour, à mon tour, un putain d'écrivain." (Pourvu que ça brûle)

Voir le dossier complet