La grossesse des paresseuses
EAN13
9782501050814
ISBN
978-2-501-05081-4
Éditeur
Marabout
Date de publication
Collection
SANTE PSY
Nombre de pages
346
Dimensions
18 x 13 x 0 cm
Poids
330 g
Langue
français
Code dewey
618.2

La grossesse des paresseuses

De

Marabout

Sante Psy

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

Autre version disponible

Illustration de couverture : Soledad Bravi
© Hachette Livre (Marabout), 2008

ISBN : 978-2-501-06067-7images

Avant-propos

Pourquoi ce guide va vous aider

Voilà quelques jours que vous êtes patraque. Peut-être est-ce l'abus de Bloody Mary (vous venez d'acheter un super-livre, Les Cocktails des paresseuses, et vous les testez les uns après les autres). Ou peut-être les flopées d'insecticide que vous balancez sur la colonie de fourmis qui a élu domicile dans votre kitchenette. Ou alors, le nouveau parfum de Mamour (note de cœur : clou de girofle).

Pourtant, cette fois-ci, c'est comme si vous saviez que quelque chose de différent se passe en vous. Comme si vous sentiez que vous n'êtes pas seulement un peu barbouillée. Comme si une petite voix intérieure vous prévenait qu'un immense bouleversement est en train de se préparer.

Cette grande fatigue qui vous envahit, ce n'est pas votre flemme habituelle.

Ces seins tout gonflés, ce ne sont pas les signes d'un désir brûlant (désolé chéri !).

Cette envie pressante d'aller aux toilettes toutes les dix minutes, ce n'est pas parce que vous bu-vez-éli-mi-nez plus que d'habitude.

Nan.

Pour vous ôter le doute de l'esprit, vous faites pipi (facile !) sur un test de grossesse. Et là, vous restez scotchée.

Le second trait est bleu. Et pas seulement bleu pâle. Carrément bleu marine.

Pas de doute. Vous avez :

o un polichinelle dans le tiroir ;

o un être en devenir dans le ventre ;

o le fruit de votre amour niché au plus profond de vous.

Sans doute allez-vous être folle de joie (j'attends depuis si longtemps !), émerveillée (quel miracle se produit en moi !), émue (j'ai tant d'amour à donner...), mais aussi paniquée (je viens juste d'acheter une Smart !), étonnée (un câlin si minable a-t-il vraiment pu donner un tel résultat ?), flippée (est-ce que je vais vraiment devenir aussi énorme que ma belle-sœur ? Est-ce que mon intimité reprendra sa taille normale après ? Cet enfant va-t-il avoir les oreilles de l'oncle Jean, cette fatalité familiale ???).

Des milliers de questions vont se presser dans votre esprit. Or, tout le monde le sait, le cerveau d'une femme enceinte rétrécit proportionnellement à la poussée de son ventre. C'est dire si vous n'êtes pas vraiment armée pour y répondre.

Seulement voilà, chère lectrice, vous avez entre les mains le guide indispensable qui va vous aider à traverser cette merveilleuse-aventure-de-la-grossesse, ces neuf mois de parenthèse dans votre vie, cette phase de mutation qui va vous faire passer de la jeune écervelée à la Madone à l'Enfant. Vous êtes sauvée. Vous trouverez ici des informations extrêmement sérieuses (on ne rigole pas avec la santé du fruit de vos entrailles) sur le développement de la prunelle de vos yeux, sur l'avenir de votre bidon, sur les démarches qu'il va falloir faire pour assurer l'avenir de votre « famille », mais aussi des réponses aux questions que vous n'oserez pas poser à l'homme en blouse blanche qui va fouiller votre « temple de l'amour » chaque mois. Vous trouverez des réponses aux inévitables : « C'est pour quand ? », « C'est quoi ? », « Y'en a combien là-dedans ??? » (pour éviter de répondre « dans deux ans », « un teckel », « 12 et demi »). Vous apprendrez tout sur cet épisode magique de votre feuilleton personnel, celui que vous vous repasserez en boucle lorsque, l'enfant dans vos bras et non plus dans votre ventre, vous écraserez une larme de nostalgie.

Allez, un conseil : commencez à tourner les pages avant d'avoir les doigts trop boudinés pour le faire.chapitre 1

Comment vous avez fait
pour en arriver là
(et vous fourrer dans un pétrin pareil)
images

Comment, vous croyez encore aux contes de fées ?

Soyons claires dès le départ. Ça risque d'éviter de grosses déconvenues.

Vous avez déjà entendu des femmes raconter leur grossesse comme une véritable épopée où elles tenaient le rôle de l'héroïne sublime, belle et forte dans les situations les plus éprouvantes. Tous les livres que vous avez ouverts jusqu'à maintenant vous préviennent que vous êtes au début d'une « merveilleuse aventure », que vous écrivez « la première page d'un long roman plein d'amour », que vous êtes « à l'aube d'une nouvelle vie »...

Pffff...

On est bien d'accord. Rien ne sera plus pareil après. On peut même ajouter que vous pouvez dire au revoir à la jeune femme insouciante que vous étiez (avant de devenir une horrible mégère aux cheveux hirsutes, aux cernes profonds et aux poches pleines de bavoirs crasseux).

N'empêche qu'il est inutile de vous bercer d'illusions : si vous allez effectivement vivre neuf mois « entre parenthèses », une période dont vous vous souviendrez toute votre vie, si vous allez passer dans « l'autre camp » (celui de celles-qui-l'ont-fait), cessez en revanche tout de suite de croire que votre grossesse sera un véritable conte de fées au cours duquel votre visage irradiera la sérénité et où vous serez entourée d'anges bienveillants. Nan. Il y a des jours (notamment quand vous ne pourrez plus vous regarder dans une glace avec votre salopette aux coutures prêtes à craquer) où vous vous demanderez vraiment quelle idée vous a prise ce soir-là (celui où Mamour vous a dit, le regard plein de larmes : « Je vais te faire dix enfants »).

Même si tout se passe bien, même si vous vivez une grossesse idéale, vous ne nous ferez pas croire qu'à quelques jours du terme vous ne supplierez pas mentalement : « Mais quand est-ce qu'il va se décider à sortir, bon sang de bon soir ! » On n'est pas chez Walt Disney.

Comment l'envie d'avoir un enfant peut-elle bien vous prendre ?

Comme toutes les petites filles (enfin, sauf votre cousine Marion qui ne commandait que des camions au Père Noël), vous avez sûrement pouponné un baigneur en Celluloïd dès l'âge de 3 ans. En tant qu'être humain de sexe féminin, vous êtes programmée pour enfanter. C'est d'ailleurs un des gros avantages que vous avez sur les garçons (en plus du fait de ne pas avoir à vous raser la barbe tous les jours ; on passera sur la liste des désavantages).

Souhaiter être mère est inscrit dans vos gènes, c'est l'accomplissement naturel de votre féminité. Ce besoin instinctif apparaît en général avec la naissance du désir sexuel (à 3 ans, on veut juste jouer à imiter maman) ; il correspond à un sentiment profond, quelque chose qui « vient du ventre » et qu'il n'est possible ni d'expliquer ni de modérer. Certaines ne l'éprouvent pas : elles font le choix de ne pas avoir d'enfant et le vivent très bien (même si elles devront s'en justifier à tout instant).

Pourtant, on ne se lève pas un matin, comme ça, en se disant : « Tiens, j'ai envie d'avoir un enfant », comme on aurait envie d'une nouvelle paire de ballerines. D'autant que les magasins où l'on pourrait se fournir n'existent pas (contrairement aux magasins de chaussures qui pullulent, au grand dam de notre banquier). Et surtout que l'échange ou le remboursement sont impossibles, même avec le ticket de caisse.

Non, avoir un bébé est une décision qui se mûrit, grandit, prend de plus en plus de place... jusqu'à devenir une évidence.

Top 3 des arguments qui vous poussent à vouloir faire pousser le fruit de l'amour

1. Je veux un bébé de l'homme que j'aime (chabadabada)

L'envie prend corps dans l'amour qui naît entre deux personnes : on veut concrétiser son union, montrer au monde entier que l'on s'aime, fonder une famille, construire son avenir...

2. Je veux un être à aimer

On veut être responsable d'un autre être (et pas seulement de Mamour, qu'il faut pourtant materner tous les jours), on veut se dévouer, se donner, partager son amour, son expérience... comme on a toujours vu sa propre mère le faire avec soi.

Quand, au contraire, on a souffert dans ses relations avec sa mère, avoir un enfant peut devenir une sorte de « réparation ». On a alors le sentiment qu'avec ce petit à soi, on pourra donner tout ce que l'on n'a pas reçu, combler le vide que l'on ressent, rattraper le temps perdu. (Attention alors au danger de la déception si l'enfant dans lequel on a fondé tant d'espoir ne remplit pas son rôle...)

3. Mon horloge biologique a sonné

Vous avez tellement planifié votre vie, attendu le moment propice (bon boulot, bon appa...
S'identifier pour envoyer des commentaires.